Test

Razer Phone 2 : notre test du monolithe pensé pour les gamers

Smartphone

Par Camille Suard le

Le Razer Phone 2 reprend tous les ingrédients qui ont fait le succès du précédent modèle tout en promettant certaines améliorations, notamment sur la partie photo. Pour 850 euros, voyons à travers notre test s’il peut prétendre au titre de meilleure smartphone gaming de 2018.

Le Razer Phone de 2017 a été le point de départ d’une nouvelle tendance qui s’est affirmée cette année : les smartphones gaming. Bien qu’il s’agisse avant tout d’un marché de niche, plusieurs marques se sont prêtées au jeu comme Honor, Xiaomi, Asus ou encore Nubia. Le Razer Phone 2, qui ressemble sur bien des points à son prédécesseur, propose une fiche technique robuste, notamment du côté de l’écran, des performances et de l’audio. Il promet, en tout cas sur le papier, quelques petits nouveautés et ajustements pour améliorer l’expérience des joueurs. C’est ce que nous allons vérifier dès maintenant dans ce test.

Mais avant, jetons un rapide coup d’oeil à sa fiche technique.

NomRazer Phone 2
Taille de l'écran- Dalle IGZO IPS LCD
- 5,72 pouces
- Format 16:9
Définition de l'écranFull HD+ (2560 × 1440 pixels)
SoC- Processeur octa-core Qualcomm Snapdragon 845 (10 nm)
- GPU Adreno 630
Logiciel- Android 8.1 Oreo (Android 9.0 Pie prévu prochainement)
Mémoire vive8 Go
Mémoire interne64 Go
Port Micro-SDOui (jusqu'à 512 Go)
Batterie- Batterie de 4000 mAh
- Recharge rapide compatible Qualcomm Quick Charge 4+
Appareil photo dorsal- Double module photo 12 + 12 MP
- Premier capteur : 12 MP, objectif ouvrant à f/1.8
- Second capteur : 20 MP Objectif ouvrant à f/2.6, mode portrait
- HDR
- Vidéo : 2160p 30/60 fps, 1080p 30/60/120 fps
Appareil photo frontal- Capteur de 8 MP (f/2.0)
- Vidéo 1080p 30/60 fps
Dimensions158.5 x 79 x 8.5 mm
Poids220 grammes
Carte SIM- 1 port nano-SIM
Capteur d'empreintes digitalesOui (sur la tranche droite)
Connectique- WiFi a/b/g/n/ac
- Bluetooth 5.0, A2DP, LE
- A-GPS
- NFC
- Port USB Type-C
Prise jackNon (adaptateur fourni)
Etanchéité à l'eauNon
ConnectivitéCompatible avec toutes les bandes de fréquences 4G françaises
ColorisNoir avec dos en verre, Noir avec dos satiné (disponible prochainement)
Prix- 849 euros

Le Razer Phone 2 au meilleur prix

[nextpage title= »Design et Écran »]Au premier abord, les deux Razer Phone se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Nous avons toujours en face de nous un grand monolithe noir flanqué de ses grilles de haut-parleurs, bien loin des diktats habituels du marché. Ne cherchez pas le capteur d’empreintes à l’arrière, à l’avant ou sous l’écran, celui-ci n’a pas bougé : il ne fait qu’un avec le bouton de déverrouillage sur la tranche droite. Assez inhabituel comme placement, il a le mérite de devenir pratique une fois le coup de main pris.

Le tiroir pour nano Sim et micro SD ainsi que les boutons du volume audio sont accessibles sur le côté opposé. Le placement pile-poil au milieu de la tranche de ces derniers peut paraître assez déstabilisant pour régler le son, mais rappelons-nous que nous avons affaire à un smartphone gaming et donc optimisé principalement pour une utilisation à l’horizontale. Et c’est vrai que tenu en mode paysage, les boutons ont la meilleure position qu’il soit : faciles d’accès et absolument pas gênant pendant les parties.

Si on continue le tour du propriétaire, le bord inférieur accueille un port USB Type-C pour la recharge et votre casque ou écouteurs filaires. Sachez que le constructeur prévoit un adaptateur USB C vers mini jack dans la boîte. Le Razer Phone peut désormais compter sur une certification IP67 et donc résister aux éclaboussures, à la poussière et être immergé dans l’eau jusqu’à un mètre de profondeur. Néanmoins, on regrette que ses grilles retiennent toujours autant les miettes et autres saletés.

En retournant l’appareil, on a enfin le droit à quelques petites surprises. Adieu le revêtement en métal banal, bonjour le verre classieux et…crasseux. Eh oui, si ce type de dos réservé au haut de gamme fait son effet, le revers c’est que ces smartphones sont particulièrement salissants. Et avec un coloris noir, impossible d’y échapper. Le double module photo change également puisqu’il occupe désormais une place au centre, juste au-dessus du logo tribal de la marque. Avec le modèle de l’année dernière, on s’attendait à le voir s’illuminer, mais il n’en était rien. Razer a enfin franchi le cap puisque les trois serpents peuvent maintenant réagir avec Chroma et ainsi prendre la couleur, l’intensité que vous souhaitez, comme cela est déjà le cas sur les PC et accessoires Razer. Pratique quand on reçoit une notification, mais attention, c’est énergivore.

Razer a choisi encore une fois une dalle IGZO LCD avec une définition Quad HD capable d’afficher un taux de rafraîchissement de 120 Hz. Cet écran de 5,72 pouces est le seul à proposer cette technologie sur le marché des smartphones et n’a pas grand-chose à envier à l’OLED. En effet, les couleurs se rapprochent grandement d’un rendu naturel, le taux de contraste et la luminosité maximale le rendent vraiment très agréable à regarder au quotidien. Bien entendu, vous pouvez vous rendre dans les paramètres de l’écran pour jouer avec la colorimétrie, la résolution ou même le taux de rafraîchissement en fonction de vos préférences.

[nextpage title= »Performances et Logiciel »]Pour justifier son appellation gaming, le Razer Phone 2 se dote d’une belle fiche technique. Il est équipé de la puce mobile la plus puissante de Qualcomm à savoir le Snapdragon 845 et bénéficie de 8 Go de RAM. Entre ça, le taux de rafraîchissement à 120 Hz et sa solution de refroidissement renforcée… l’appareil est un véritable monstre de puissance, bien optimisé, offrant aussi une fluidité et rapidité d’exécution remarquable. Cela se confirme avec les résultats de benchmarks, mais surtout au quotidien. Avec des titres particulièrement gourmands comme PUBG Mobile, le Razer Phone 2 opte directement pour les configurations les plus élevées. Rien à noter pendant les parties, l’expérience est on ne peut plus optimale. Avec son nouveau dos en verre, il a quand même tendance à vite chauffer. Néanmoins, rien d’alarmant, jouer une demi-heure d’affilée ne m’a pas non plus brûlé les doigts.

Pour séduire les joueurs, et optimiser un maximum l’expérience, Razer a fait le choix encore une fois de ne pas imposer une surcouche lourde, mais de simplement ajouter quelques éléments de personnalisation bienvenue comme un magasin de thème, l’application Chroma pour contrôler la LED placée au dos, régler l’affichage comme vu précédemment ou encore Cortex, dédié au mode jeu, qui permet notamment de paramétrer les titres au cas par cas. Mis à part cela, on a affaire à une version assez pure de l’OS de Google, avec en prime le très recommandable lanceur d’applications Nova Launcher. La navigation demeure simple, l’organisation logique… On peut juste regretter l’absence d’Android 9 Pie, il faut en effet se contenter d’Android 8.1 Oreo. Peut être une mise à jour prochaine ?

[nextpage title= »Autonomie »]Le Razer Phone 2 embarque une belle batterie d’une capacité de 4000 mAh. On n’en demandait pas moins tant l’appareil est sollicité, surtout par son écran. Résultat, il tient une bonne journée avec ses paramètres d’origines, mais guère plus Un conseil, quand vous n’en avez pas l’utilisation et que vous êtes en déplacement, faites descendre le taux de rafraîchissement de l’écran à 90 voire 60 Hz. De même, évitez de trop pousser la luminosité de la dalle et de la LED. Puissant, mais pas très endurant, donc.

Heureusement il a l’avantage de proposer une recharge rapide efficace, grâce à sa compatibilité avec Quick Charge 4.0+ de Qualcomm. En une demi-heure, j’ai pu retrouver 57 % de sa capacité. Pour atteindre les 100 % il faut environ 1 heure et 20 minutes. On n’arrive pas à des records comme chez Oppo et OnePlus avec leur système propriétaire, mais Razer s’en sort déjà bien, compte tenu du marché actuel. Ajoutons également qu’il est compatible avec la recharge sans fil Qi à 10W.

[nextpage title= »Photos et audio »]Les smartphones gaming font souvent l’impasse sur la partie photo, privilégiant les performances ou encore l’écran. Le Razer Phone premier du nom ne brillait pas dans le domaine, et autant le dire tout de suite, son successeur non plus. Cependant, on peut saluer les efforts qui ont été faits. Son double module photo à l’arrière se compose d’un premier capteur de 12 Mégapixels Sony et non Samsung comme c’était le cas sur le précédent modèle. Celui-ci propose un grand-angle, profite d’une stabilisation optique et d’un objectif ouvrant à f/1,7. Le second est de 12 Mégapixels également, avec un objectif ouvrant à f/2,6. Ce dernier a pour fonction de produire un zoom 2x. Si vous vous lancez dans une petite session photo, vous constaterez que la zone entourant les caméras chauffe très rapidement. Dans la majorité des cas ça ne pose pas réellement de problème, mais cela aura réussi tout de même une fois à faire planter et fermer le logiciel photo.

Quand vous prenez une photo en extérieur qui profite de bonnes conditions lumineuses, les clichés s’avèrent corrects : des couleurs naturelles, un niveau de détails et une netteté appréciable. Même en macrophoto, il réussit à créer un effet bokeh satisfaisant, à reproduire les textures de la végétation et les gouttes de pluie. Cela se corse quand vous avez des contrastes trop importants comme une scène se partageant un ciel très lumineux et des arbres ou des bâtiments plus sombres. La photo risque de souffrir de surexposition et de sous-exposition. En intérieur, les photos ne manquent pas de détails, mais on remarque qu’il a un peu de mal à reproduire les textures et les dégradés de couleurs quand la lumière vient un peu à manquer. Quant à son mode portrait, il faut parfois s’y prendre à plusieurs fois pour obtenir un résultat satisfaisant. Les contours ne sont pas toujours bien délimités et ne produisent pas un effet des plus naturels. Bref, il est plus anecdotique qu’autre chose.

En basses lumières, la qualité des clichés baisse. On observe une perte de détails, de netteté, mais aussi de couleurs : elles perdent de leur éclat et la palette se réduit. La gestion des sources lumineuses de nuit se veut capricieuse, formant un halo autour de ces dernières. Ce n’est cependant pas la catastrophe, et c’est toujours mieux que sur le modèle de 2017.

La caméra avant opte pour un capteur de 8 Mégapixels et un objectif qui s’ouvre à f/2,0. Même si les couleurs paraissent moins naturelles, la faute à une température un peu trop chaude, les selfies ont le mérite de capturer beaucoup de détails. Libre à vous de jouer avec le mode beauté et de lisser votre peau, mais la configuration de base m’a personnellement convaincue. Son mode portrait, comme à l’arrière, est rarement concluant et tombe trop vite dans un rendu superficiel.

Le Razer Phone 2 possède un argument qui lui permet encore une fois de se démarquer côté multimédia : l’audio. Le DAC 24 bits est toujours de la partie et vous pourrez profiter du Dolby Surround 5.1 avec l’application Netflix. Enfin, revenons un peu sur la qualité de ses haut-parleurs stéréo. Je ne crois pas avoir déjà entendu un son aussi puissant et équilibré sur un smartphone d’un autre constructeur. Qu’il s’agisse de la basse ou même des aigus, le résultat reste toujours agréable et surprenant pour un appareil de cette taille.

[nextpage title= »Où l’acheter, Galerie Photos et conclusion »]Le Razer Phone 2 est déjà disponible à l’achat en France au prix de 850 euros. Une nouvelle version avec un dos mate devrait bientôt également voir le jour.

Le Razer Phone 2 au meilleur prix

 

 

Notre avis

Sans surprise, le Razer Phone 2 est taillé pour le gaming. Puissant, optimisé, avec un superbe écran et des haut-parleurs stéréo jamais vus ailleurs, il ne déçoit pas. Cependant, on a plus affaire à une mise à jour du précédent modèle qu'à une réelle évolution. Le format, presque original pour 2018, ne sera pas du goût de tout le monde et son autonomie un peu faible pourrait en rebuter certains. L'appareil photo dorsal connaît des améliorations, mais compte tenu du prix assez élevé du smartphone (850 euros) c'est juste correct. Bref, le Razer Phone 2 plaira surtout aux adorateurs de la marque et ceux qui recherchent une excellente expérience avec le multimédia, la photo en moins.

7 / 10
Les plus
Les moins
  • Un écran LCD de très grande qualité
  • La puissance alliée à l’optimisation logicielle
  • L'audio toujours au top
  • Format difficile à prendre en main
  • Pas très endurant