Test

Test : Tesla Model S P85+

Notre avis
9 / 10
Automobile

Par Anh Phan le

Très honnêtement, je ne sais pas si je peux appeler ce qui suit comme un test dans la mesure où le Journal du Geek ne teste pas encore de voitures. C’est plus une sorte de grosse prise en main en fait. On est loin d’avoir l’expertise pour vraiment juger une voiture. Cependant, avec l’arrivée en masse des moteurs électriques dans le monde de l’automobile, la voiture rejoignait de plus en plus le monde de la hi-tech et vice-versa. Il faut bien un début à tout et même si on n’est clairement pas encore au point, on compte sur vous pour nous épauler et vos remarques nous aideront forcément à être de plus en plus précis.

Dans tous les cas, on a pu profiter d’un petit week-end avec la Tesla Model S P85+ (qui devient P85D maintenant) pour non seulement rouler avec, mais aussi pour tester les fameux super-chargeurs de Tesla qui sont déjà au nombre de 19 en France et qui vous permet, gratuitement, de recharger votre Tesla en moins d’une heure.

tesla-s-live-01

La Petite Histoire

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Tesla Motors Inc. C’est un constructeur automobile américain qui produit avant tout des voitures haut de gamme avec un moteur électrique. La compagnie a été créée en 2003 par Martin Eberhard et Marc Tarpenning avant d’être rejoint une année plus tard par Elon Musk (qui en devient le CEO en 2008). Depuis, ce dernier a tout fait pour faire de Tesla Motors Inc. un constructeur automobile à part entière et surtout pour, à long terme, proposer des véhicules électriques au grand public. Le premier véhicule de la marque était le Tesla Roadster et il s’en est vendu 2.250 unités entre 2008 et mars 2012. Le prix de base était tout de même de plus de 100.000$ alors. Le Model S a succédé au Roadster et vous propose un prix de base à partir de 60.000$. Le constructeur automobile ne cache pas ses ambitions de proposer une voiture électrique haut de gamme pour le grand public à moins 30.000$ en prix de base, il s’agira du Model 3, prévu pour 2017. En attendant, Tesla Motors Inc. continue à se diversifier et a annoncé début 2012 le Model X, un SUV électrique dans la lignée du Model S.

tesla-s-live-04

Tesla Motors Inc. est présent en Europe depuis juin 2009. Cela avait commencé par l’Angleterre puis l’Allemagne et les Pays-Bas où se trouve d’ailleurs le siège européen. La marque est arrivée en France durant le second semestre 2014.

La Découverte

À vraie dire, ce n’était pas la première fois que je testais un véhicule électrique, il y avait bien évidemment les Autolib dans Paris que j’utilise de temps en temps, mais aussi les véhicules hybrides chez Toyota ou Ford ainsi que la Renault Zoe avec laquelle j’avais pu passer deux jours. Dans tous les cas et très honnêtement, je n’étais pas plus emballé que cela, peut-être à cause de l’autonomie de 120km seulement pour la Zoe et quant aux véhicules hybrides, eh bien l’expérience était similaire à un véhicule thermique. Mais là, on parle d’une Tesla Model S, une berline haut de gamme aux dimensions d’une Mercedes Classe S ou d’une Audi A6 avec sous le capot un moteur éléctrique avec une puissance de 420 chevaux et une autonomie moyenne de 350/400 kilomètres. La donne était changée. Je m’étais promis de la tester un jour ou l’autre et puis les vidéos sur internet n’aidaient pas forcément à garder la tête froide.

hdr

C’est donc dans le Nord de Paris chez Tesla France que nous avions rendez-vous un samedi matin pour découvrir dans des conditions réelles la Tesla Model S. Inutile de vous décrire notre excitation quand nous découvrions les voitures que nous allions testé. Après un bref briefing, Tesla France nous a enfin remis les clés d’une des Tesla Model S que nous allions conduire. La clé se présente sous la forme d’une petite Tesla en modèle réduit avec un bouton pour le coffre. À l’approche du véhicule, les poignées de porte se sont dévoilées sous nos yeux ébahis. À noter que si, vous vous éloignez de votre véhicule avec votre clé, les poignées se rétracteront d’elles-mêmes et la voiture se verrouillera automatiquement.

Bref, comme vous vous en doutez, je ne voulais pas spécialement m’éloigner de la voiture. Je me suis ainsi installé à la place conducteur afin de découvrir la console centrale. Fini les boutons et molettes, sur la Tesla Mode S, c’était un écran tactile géant de 17″. On y reviendra plus tard. Je trouvais l’écran un peu bas et parce que je suis habitué à avoir le GPS sur la console centrale, je trouvais le positionnement un peu bas, mais c’était sans compter le tableau de bord qui n’était autre qu’un écran avec toutes les informations dont on pouvait avoir besoin comme la vitesse, le GPS, etc. On notera par ailleurs que la Tesla Model S ne propose plus de freins à main, tout est contrôlé par la voiture quand vous êtes en mode Parking.

hdr

Après un second briefing sur les fonctions où tout se fera vraiment depuis l’écran tactile géant, on démarre enfin la voiture. Pas un bruit, c’est comme une Toyota Prius sauf que là, quelque soit la vitesse, on n’entend pas de moteur, c’est un peu déstabilisant au départ, mais pas désagréable. On devait rejoindre la l’autoroute pour aller dans le sud, du coup, la petite demi-heure en ville a permis de constater qu’une Tesla Model S, c’est aussi impressionnant qu’une Ferrari ou une Porsche. Les gens dans la rue se retournaient, ceux en voiture nous observaient et certains ne savaient sans doute même pas qu’était la voiture que j’avais entre les mains. La comparaison avec les voitures de sport n’est pas anodine. La Tesla Model S est électrique et il n’y a pas de couple, son accélération est juste IMPRESSIONNANTE ! Atteindre 100 km/h en 4,2 secondes, c’est complètement fou, ça vous scotche au siège, et ce, malgré les 2 tonnes de la voiture. En gros, la vraie différence avec un véhicule thermique, c’est qu’un véhicule électrique vous délivre toute sa puissance à la demande, un peu comme les produits informatiques. On peut tout avoir ou rien, c’est à la demande.

tesla-s-live-07

D’ailleurs, c’est assez déroutant au départ, mais le frein moteur est super puissant. En discutant avec de nombreux fans et utilisateurs de la marque (j’étais au Rallye Tesla), tous n’utilisent plus vraiment la pédale de frein. En gros, pour comprendre, quand vous appuyez sur la pédale d’accélération, vous avez accès à toute la puissance disponible du moteur, mais dès que vous relâchez un peu la pédale, la voiture va freiner d’elle-même. Du coup, parce qu’il n’y a plus d’embrayage, la voiture n’est jamais en mode « roue libre ». C’est un peu déstabilisant au départ, mais on s’y fait au bout d’une petite demi-heure en ville. En fait, le seul moment où j’utilisais la pédale de frein, c’était pour arrêter complètement la voiture et c’est là qu’on réalise le remarquable travail des ingénieurs de Tesla pour nous proposer une pédale d’accélération à la fois souple et précise.

Design et Finition

Bon, n’ayant aucune expérience réelle dans le monde de l’automobile, je ne sais pas trop comment je vais vous parler de finition et de design. Pour moi, on aime ou on n’aime pas, c’est avant tout une affaire de goût. De mon point de vue, les lignes de la Tesla Model S sont à la fois sportives et harmonieuses, les phares et rétroviseurs suivent bien les courbes initiées par le design général de la voiture. Pour ce qui est de la finition, je ne vais pas pouvoir dire du mal dans la mesure où le modèle testé avait toutes les options avec du cuir, des sièges chauffants et tout et tout.

tesla-s-live-23

tesla-s-live-25

tesla-s-live-24

Les sièges sont très confortables et l’habitacle plus que spacieux. Le fait de ne pas avoir d’arbre de transmission ou encore de réservoir vous procure une place hors norme, que cela soit devant ou pour les passagers à l’arrière. Je vous avouerai que je n’ai pas spécialement regardé tous les espaces de rangement, mais Tesla pourra clairement faire mieux, surtout pour les passagers arrière. Maintenant, si on se cale sur l’espace pur, il y a de quoi faire sans cet arbre de transmission, si typique des voitures thermiques. De même, parce que le moteur n’est plus un moteur à proprement parler et que tout se passe sous la voiture (les batteries sont à plat), vous avez non seulement un coffre arrière classique, mais aussi un coffre avant. Ce dernier est bien évidemment pratique, mais ça me fait penser aussi que ça doit être mieux en cas d’accident avec une meilleure répartition en cas de choc avant.

Toujours est-il que la finition reste de haute volée avec une parfaite isolation entre l’intérieur de la Tesla Model S et l’extérieur. On est clairement au niveau des berlines allemandes. C’est agréable.

Performances et Autonomie

J’ai donc eu en main la Tesla Model S P85+ avec un moteur électrique d’une puissance de 310 kW (contre 225 kW pour le modèle de base). Dans un usage normal, Tesla nous promet entre 350 et 400 kilomètres d’autonomie. Et si on est vraiment économe, on peut même monter jusqu’à 500 kilomètres d’autonomie. Maintenant, tout va dépendre de votre utilisation. En gros, il faut comprendre qu’un moteur électrique, c’est vraiment différent d’un moteur thermique en terme de consommation. Typiquement, en ville, un moteur électrique consommera beaucoup moins d’énergie que sur route alors que c’est l’inverse sur un moteur thermique.

tesla-s-live-10

Du coup, vous l’aurez compris, plus vous voudrez vous la péter sur la route en allant vite, plus ça va prendre sur la batterie et moins d’autonomie vous aurez. Pour avoir essayé d’être à 160 km/h pendant 10 minutes, ça m’avait pris quasiment 10% de batterie. Du coup, l’ordinateur de bord me conseillait vivement de réduire ma vitesse si je voulais au moins atteindre le prochain super-chargeur. En plein milieu d’une autoroute, le calcul en temps réel fait quand même peur. Déjà que je flippe de ne plus avoir de batterie pour mon smartphone en milieu d’après-midi, je vous laisse imaginer mon inquiétude sur la route avec une voiture électrique. Et c’est d’ailleurs la préoccupation première quand on s’intéresse pour l’instant à une voiture électrique.

tesla-s-live-02

Dans tous les cas, c’est en sortie de péage que j’ai pu tester la fameuse accélération et je peux vous dire que ça vous scotche au siège. C’est vraiment impressionnant, tout simplement parce qu’on récupère la puissance maximale sans temps d’attente. Conséquence directe, la reprise est tout aussi impressionnante, je dépassais sans le moindre effort. Dès que j’avais besoin de dépasser, j’étais quasi-automatiquement à la vitesse que je souhaitais. Vive l’électrique. Et en plus, c’est tout silencieux. J’adore.

tesla-s-live-18

tesla-s-live-15

Il faudra donc faire attention à sa consommation. L’avantage de l’électrique, c’est que ça vous empêche d’aller trop vite si vous n’êtes pas sûr d’avoir un point de recharge à disposition. Cela concerne ainsi plus les grandes distances que ce que vous pouvez couvrir en ville. Du coup, avec une allure à 130km/h en moyenne, on peut facilement relier les différents super-chargeurs avec encore 10%/20% d’autonomie possible. Pour les super-chargeurs, je vous rappelle que c’est ce que Tesla est en train de déployer dans le monde et surtout, c’est totalement gratuit pour ses clients. Un peu comme un smartphone, il faudra environ 30 minutes pour vous assurer 80% de recharge et encore 30 minutes supplémentaires si vous voulez avoir une batterie à 100%. Dans mon usage, j’estimerai l’autonomie aux alentours de 250 kilomètres. À noter enfin que la conduite d’une voiture électrique implique de nouvelles habitudes qui vous permettront d’améliorer sensiblement l’autonomie. Je pense notamment au frein moteur qu’on exploite très mal au départ.

tesla-dashboard-2

À part tout cela, j’ai trouvé que la voiture était très confortable en route, et ce, quel que soit le mode de conduite (Sport, Standard ou Confort). Les suspensions répondaient parfaitement et j’ai à peine senties les aspérités de la route, un peu comme dans une berline allemande type Mercedes Classe E/S ou BMW Série 6/+. Le fait que ça soit une voiture électrique implique un silence des plus agréables, surtout en ville.

Le Tableau de Bord

Comme je vous l’ai déjà dit, tout se gère à partir d’un écran tactile géant de 17″. Il n’y a pas de boutons ou autres, c’est le strict minimum. J’avoue avoir été un peu sur la défensive au départ. Tout ce minimalisme me gênait un peu, mais mon esprit geek a repris le dessus au bout de 5 secondes. Le fait de tout pouvoir géré depuis l’écran tactile est super agréable, c’est comme si je jouais avec une tablette géante.

J’avais super peur au départ, j’ai toujours trouvé que les écrans tactiles dans les voitures jusqu’à présent étaient tout sauf pratique avec des menus de menus et avec des fonctions de base, souvent, super bien cachées. Heureusement pour nous, Tesla a fait en sorte que son écran tactile soit le mieux exploité possible et surtout, cet écran de 17″ nous donne des accès directs à toutes les fonctions dont on pourrait avoir besoin. C’est sobre et pratique, tout ce que j’aime, surtout quand je conduis.
On notera que Tesla propose une voiture connectée par défaut. En effet, une puce 3G (pas de 4G encore) est intégrée dans la voiture. En France, le partenaire de choix n’est autre qu’Orange. Du coup, pas besoin de votre smartphone ou autre, vous aurez accès aux cartes satellites, à l’info-traffic Google, etc. Le tout géré par Tesla. Avec cette connexion, vous pourrez même surfer sur internet avec le navigateur intégré. La navigation est basée sur la solution de Google, il vous suffit de saisir l’adresse ou le point d’intérêt et on vous propose l’itinéraire, qui est d’ailleurs retransmis sur le tableau de bord.

tesla-dashboard-1

Avec une telle taille d’écran, vous pourrez afficher jusqu’à deux fonctions en même temps. Par exemple la navigation avec le navigateur internet ou encore le lecteur multimédia avec le navigateur internet. En parlant de lecteur multimédia, vous aurez bien évidemment accès à la radio, la radio par satellite ou encore votre propre contenu via USB ou Bluetooth. Sans m’être vraiment attardé dessus, il m’a semblé que le son était très bon. À voir plus tard.
Si l’écran tactile répond bien aux différentes sollicitations, j’aurais voulu que l’expérience utilisateur soit plus réactive, il y a toujours des petits lags que je n’aurais pas forcément pardonnés sur un smartphone ou un ordinateur portable. Du coup, je ne sais pas si ça vient de l’OS basé sur Linux ou du processeur Nvidia.

Pour finir, j’ai bien aimé le système de mise à jour du firmware de la voiture qui apporte ainsi de nouvelles fonctions comme ce fut le cas de l’assistance de conduite adaptive durant le troisième trimestre 2014. Bon, j’espère juste que les constructeurs utiliseront ce système de mises à jour OTA pour ajouter des fonctions et non corriger des bugs et autres. Oui, j’aimerai, dans la mesure du possible éviter d’avoir une voiture en Beta. À noter aussi la possibilité d’avoir des profils avec réglages des sièges, du mode de conduite, etc.

Conclusion


L’autonomie me faisait peur et elle me fait toujours peur. Les bornes de recharges ne sont pas encore légion et si on n’a pas sa propre borne de recharge, on ne consommera pas la Tesla Model S comme elle devrait être consommée.

Maintenant, si on met cette partie de côté, la Tesla Model S est agréable tant au niveau du confort de route qu’au niveau de la conduite. Elle reste certes chère, mais le futur de la voiture est là. Très personnellement, j’ai été emballé de pouvoir tester cette Tesla S et je suis impatient de voir ce que nous réservent le future des voitures électriques.

PS : La note, c’est pour le fun ! J’adore cette voiture, mais je n’ai pas les moyens et la borne de recharge 😛

Galerie

Très honnêtement, je ne sais pas si je peux appeler ce qui suit comme un test dans la mesure où le Journal du Geek ne teste pas encore de voitures. C’est plus une sorte de grosse prise en main en fait. On est loin d’avoir l’expertise pour vraiment juger une voiture. Cependant, avec l’arrivée en masse des moteurs électriques dans le monde de l’automobile, la voiture rejoignait de plus en plus le monde de la hi-tech et vice-versa. Il faut bien un début à tout et même si on n’est clairement pas encore au point, on compte sur vous pour nous épauler et vos remarques nous aideront forcément à être de plus en plus précis.

Dans tous les cas, on a pu profiter d’un petit week-end avec la Tesla Model S P85+ (qui devient P85D maintenant) pour non seulement rouler avec, mais aussi pour tester les fameux super-chargeurs de Tesla qui sont déjà au nombre de 19 en France et qui vous permet, gratuitement, de recharger votre Tesla en moins d’une heure.

tesla-s-live-01

La Petite Histoire

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Tesla Motors Inc. C’est un constructeur automobile américain qui produit avant tout des voitures haut de gamme avec un moteur électrique. La compagnie a été créée en 2003 par Martin Eberhard et Marc Tarpenning avant d’être rejoint une année plus tard par Elon Musk (qui en devient le CEO en 2008). Depuis, ce dernier a tout fait pour faire de Tesla Motors Inc. un constructeur automobile à part entière et surtout pour, à long terme, proposer des véhicules électriques au grand public. Le premier véhicule de la marque était le Tesla Roadster et il s’en est vendu 2.250 unités entre 2008 et mars 2012. Le prix de base était tout de même de plus de 100.000$ alors. Le Model S a succédé au Roadster et vous propose un prix de base à partir de 60.000$. Le constructeur automobile ne cache pas ses ambitions de proposer une voiture électrique haut de gamme pour le grand public à moins 30.000$ en prix de base, il s’agira du Model 3, prévu pour 2017. En attendant, Tesla Motors Inc. continue à se diversifier et a annoncé début 2012 le Model X, un SUV électrique dans la lignée du Model S.

tesla-s-live-04

Tesla Motors Inc. est présent en Europe depuis juin 2009. Cela avait commencé par l’Angleterre puis l’Allemagne et les Pays-Bas où se trouve d’ailleurs le siège européen. La marque est arrivée en France durant le second semestre 2014.

La Découverte

À vraie dire, ce n’était pas la première fois que je testais un véhicule électrique, il y avait bien évidemment les Autolib dans Paris que j’utilise de temps en temps, mais aussi les véhicules hybrides chez Toyota ou Ford ainsi que la Renault Zoe avec laquelle j’avais pu passer deux jours. Dans tous les cas et très honnêtement, je n’étais pas plus emballé que cela, peut-être à cause de l’autonomie de 120km seulement pour la Zoe et quant aux véhicules hybrides, eh bien l’expérience était similaire à un véhicule thermique. Mais là, on parle d’une Tesla Model S, une berline haut de gamme aux dimensions d’une Mercedes Classe S ou d’une Audi A6 avec sous le capot un moteur éléctrique avec une puissance de 420 chevaux et une autonomie moyenne de 350/400 kilomètres. La donne était changée. Je m’étais promis de la tester un jour ou l’autre et puis les vidéos sur internet n’aidaient pas forcément à garder la tête froide.

hdr

C’est donc dans le Nord de Paris chez Tesla France que nous avions rendez-vous un samedi matin pour découvrir dans des conditions réelles la Tesla Model S. Inutile de vous décrire notre excitation quand nous découvrions les voitures que nous allions testé. Après un bref briefing, Tesla France nous a enfin remis les clés d’une des Tesla Model S que nous allions conduire. La clé se présente sous la forme d’une petite Tesla en modèle réduit avec un bouton pour le coffre. À l’approche du véhicule, les poignées de porte se sont dévoilées sous nos yeux ébahis. À noter que si, vous vous éloignez de votre véhicule avec votre clé, les poignées se rétracteront d’elles-mêmes et la voiture se verrouillera automatiquement.

Bref, comme vous vous en doutez, je ne voulais pas spécialement m’éloigner de la voiture. Je me suis ainsi installé à la place conducteur afin de découvrir la console centrale. Fini les boutons et molettes, sur la Tesla Mode S, c’était un écran tactile géant de 17″. On y reviendra plus tard. Je trouvais l’écran un peu bas et parce que je suis habitué à avoir le GPS sur la console centrale, je trouvais le positionnement un peu bas, mais c’était sans compter le tableau de bord qui n’était autre qu’un écran avec toutes les informations dont on pouvait avoir besoin comme la vitesse, le GPS, etc. On notera par ailleurs que la Tesla Model S ne propose plus de freins à main, tout est contrôlé par la voiture quand vous êtes en mode Parking.

hdr

Après un second briefing sur les fonctions où tout se fera vraiment depuis l’écran tactile géant, on démarre enfin la voiture. Pas un bruit, c’est comme une Toyota Prius sauf que là, quelque soit la vitesse, on n’entend pas de moteur, c’est un peu déstabilisant au départ, mais pas désagréable. On devait rejoindre la l’autoroute pour aller dans le sud, du coup, la petite demi-heure en ville a permis de constater qu’une Tesla Model S, c’est aussi impressionnant qu’une Ferrari ou une Porsche. Les gens dans la rue se retournaient, ceux en voiture nous observaient et certains ne savaient sans doute même pas qu’était la voiture que j’avais entre les mains. La comparaison avec les voitures de sport n’est pas anodine. La Tesla Model S est électrique et il n’y a pas de couple, son accélération est juste IMPRESSIONNANTE ! Atteindre 100 km/h en 4,2 secondes, c’est complètement fou, ça vous scotche au siège, et ce, malgré les 2 tonnes de la voiture. En gros, la vraie différence avec un véhicule thermique, c’est qu’un véhicule électrique vous délivre toute sa puissance à la demande, un peu comme les produits informatiques. On peut tout avoir ou rien, c’est à la demande.

tesla-s-live-07

D’ailleurs, c’est assez déroutant au départ, mais le frein moteur est super puissant. En discutant avec de nombreux fans et utilisateurs de la marque (j’étais au Rallye Tesla), tous n’utilisent plus vraiment la pédale de frein. En gros, pour comprendre, quand vous appuyez sur la pédale d’accélération, vous avez accès à toute la puissance disponible du moteur, mais dès que vous relâchez un peu la pédale, la voiture va freiner d’elle-même. Du coup, parce qu’il n’y a plus d’embrayage, la voiture n’est jamais en mode « roue libre ». C’est un peu déstabilisant au départ, mais on s’y fait au bout d’une petite demi-heure en ville. En fait, le seul moment où j’utilisais la pédale de frein, c’était pour arrêter complètement la voiture et c’est là qu’on réalise le remarquable travail des ingénieurs de Tesla pour nous proposer une pédale d’accélération à la fois souple et précise.

Design et Finition

Bon, n’ayant aucune expérience réelle dans le monde de l’automobile, je ne sais pas trop comment je vais vous parler de finition et de design. Pour moi, on aime ou on n’aime pas, c’est avant tout une affaire de goût. De mon point de vue, les lignes de la Tesla Model S sont à la fois sportives et harmonieuses, les phares et rétroviseurs suivent bien les courbes initiées par le design général de la voiture. Pour ce qui est de la finition, je ne vais pas pouvoir dire du mal dans la mesure où le modèle testé avait toutes les options avec du cuir, des sièges chauffants et tout et tout.

tesla-s-live-23

tesla-s-live-25

tesla-s-live-24

Les sièges sont très confortables et l’habitacle plus que spacieux. Le fait de ne pas avoir d’arbre de transmission ou encore de réservoir vous procure une place hors norme, que cela soit devant ou pour les passagers à l’arrière. Je vous avouerai que je n’ai pas spécialement regardé tous les espaces de rangement, mais Tesla pourra clairement faire mieux, surtout pour les passagers arrière. Maintenant, si on se cale sur l’espace pur, il y a de quoi faire sans cet arbre de transmission, si typique des voitures thermiques. De même, parce que le moteur n’est plus un moteur à proprement parler et que tout se passe sous la voiture (les batteries sont à plat), vous avez non seulement un coffre arrière classique, mais aussi un coffre avant. Ce dernier est bien évidemment pratique, mais ça me fait penser aussi que ça doit être mieux en cas d’accident avec une meilleure répartition en cas de choc avant.

Toujours est-il que la finition reste de haute volée avec une parfaite isolation entre l’intérieur de la Tesla Model S et l’extérieur. On est clairement au niveau des berlines allemandes. C’est agréable.

Performances et Autonomie

J’ai donc eu en main la Tesla Model S P85+ avec un moteur électrique d’une puissance de 310 kW (contre 225 kW pour le modèle de base). Dans un usage normal, Tesla nous promet entre 350 et 400 kilomètres d’autonomie. Et si on est vraiment économe, on peut même monter jusqu’à 500 kilomètres d’autonomie. Maintenant, tout va dépendre de votre utilisation. En gros, il faut comprendre qu’un moteur électrique, c’est vraiment différent d’un moteur thermique en terme de consommation. Typiquement, en ville, un moteur électrique consommera beaucoup moins d’énergie que sur route alors que c’est l’inverse sur un moteur thermique.

tesla-s-live-10

Du coup, vous l’aurez compris, plus vous voudrez vous la péter sur la route en allant vite, plus ça va prendre sur la batterie et moins d’autonomie vous aurez. Pour avoir essayé d’être à 160 km/h pendant 10 minutes, ça m’avait pris quasiment 10% de batterie. Du coup, l’ordinateur de bord me conseillait vivement de réduire ma vitesse si je voulais au moins atteindre le prochain super-chargeur. En plein milieu d’une autoroute, le calcul en temps réel fait quand même peur. Déjà que je flippe de ne plus avoir de batterie pour mon smartphone en milieu d’après-midi, je vous laisse imaginer mon inquiétude sur la route avec une voiture électrique. Et c’est d’ailleurs la préoccupation première quand on s’intéresse pour l’instant à une voiture électrique.

tesla-s-live-02

Dans tous les cas, c’est en sortie de péage que j’ai pu tester la fameuse accélération et je peux vous dire que ça vous scotche au siège. C’est vraiment impressionnant, tout simplement parce qu’on récupère la puissance maximale sans temps d’attente. Conséquence directe, la reprise est tout aussi impressionnante, je dépassais sans le moindre effort. Dès que j’avais besoin de dépasser, j’étais quasi-automatiquement à la vitesse que je souhaitais. Vive l’électrique. Et en plus, c’est tout silencieux. J’adore.

tesla-s-live-18

tesla-s-live-15

Il faudra donc faire attention à sa consommation. L’avantage de l’électrique, c’est que ça vous empêche d’aller trop vite si vous n’êtes pas sûr d’avoir un point de recharge à disposition. Cela concerne ainsi plus les grandes distances que ce que vous pouvez couvrir en ville. Du coup, avec une allure à 130km/h en moyenne, on peut facilement relier les différents super-chargeurs avec encore 10%/20% d’autonomie possible. Pour les super-chargeurs, je vous rappelle que c’est ce que Tesla est en train de déployer dans le monde et surtout, c’est totalement gratuit pour ses clients. Un peu comme un smartphone, il faudra environ 30 minutes pour vous assurer 80% de recharge et encore 30 minutes supplémentaires si vous voulez avoir une batterie à 100%. Dans mon usage, j’estimerai l’autonomie aux alentours de 250 kilomètres. À noter enfin que la conduite d’une voiture électrique implique de nouvelles habitudes qui vous permettront d’améliorer sensiblement l’autonomie. Je pense notamment au frein moteur qu’on exploite très mal au départ.

tesla-dashboard-2

À part tout cela, j’ai trouvé que la voiture était très confortable en route, et ce, quel que soit le mode de conduite (Sport, Standard ou Confort). Les suspensions répondaient parfaitement et j’ai à peine senties les aspérités de la route, un peu comme dans une berline allemande type Mercedes Classe E/S ou BMW Série 6/+. Le fait que ça soit une voiture électrique implique un silence des plus agréables, surtout en ville.

Le Tableau de Bord

Comme je vous l’ai déjà dit, tout se gère à partir d’un écran tactile géant de 17″. Il n’y a pas de boutons ou autres, c’est le strict minimum. J’avoue avoir été un peu sur la défensive au départ. Tout ce minimalisme me gênait un peu, mais mon esprit geek a repris le dessus au bout de 5 secondes. Le fait de tout pouvoir géré depuis l’écran tactile est super agréable, c’est comme si je jouais avec une tablette géante.

J’avais super peur au départ, j’ai toujours trouvé que les écrans tactiles dans les voitures jusqu’à présent étaient tout sauf pratique avec des menus de menus et avec des fonctions de base, souvent, super bien cachées. Heureusement pour nous, Tesla a fait en sorte que son écran tactile soit le mieux exploité possible et surtout, cet écran de 17″ nous donne des accès directs à toutes les fonctions dont on pourrait avoir besoin. C’est sobre et pratique, tout ce que j’aime, surtout quand je conduis.
On notera que Tesla propose une voiture connectée par défaut. En effet, une puce 3G (pas de 4G encore) est intégrée dans la voiture. En France, le partenaire de choix n’est autre qu’Orange. Du coup, pas besoin de votre smartphone ou autre, vous aurez accès aux cartes satellites, à l’info-traffic Google, etc. Le tout géré par Tesla. Avec cette connexion, vous pourrez même surfer sur internet avec le navigateur intégré. La navigation est basée sur la solution de Google, il vous suffit de saisir l’adresse ou le point d’intérêt et on vous propose l’itinéraire, qui est d’ailleurs retransmis sur le tableau de bord.

tesla-dashboard-1

Avec une telle taille d’écran, vous pourrez afficher jusqu’à deux fonctions en même temps. Par exemple la navigation avec le navigateur internet ou encore le lecteur multimédia avec le navigateur internet. En parlant de lecteur multimédia, vous aurez bien évidemment accès à la radio, la radio par satellite ou encore votre propre contenu via USB ou Bluetooth. Sans m’être vraiment attardé dessus, il m’a semblé que le son était très bon. À voir plus tard.
Si l’écran tactile répond bien aux différentes sollicitations, j’aurais voulu que l’expérience utilisateur soit plus réactive, il y a toujours des petits lags que je n’aurais pas forcément pardonnés sur un smartphone ou un ordinateur portable. Du coup, je ne sais pas si ça vient de l’OS basé sur Linux ou du processeur Nvidia.

Pour finir, j’ai bien aimé le système de mise à jour du firmware de la voiture qui apporte ainsi de nouvelles fonctions comme ce fut le cas de l’assistance de conduite adaptive durant le troisième trimestre 2014. Bon, j’espère juste que les constructeurs utiliseront ce système de mises à jour OTA pour ajouter des fonctions et non corriger des bugs et autres. Oui, j’aimerai, dans la mesure du possible éviter d’avoir une voiture en Beta. À noter aussi la possibilité d’avoir des profils avec réglages des sièges, du mode de conduite, etc.

Conclusion


L’autonomie me faisait peur et elle me fait toujours peur. Les bornes de recharges ne sont pas encore légion et si on n’a pas sa propre borne de recharge, on ne consommera pas la Tesla Model S comme elle devrait être consommée.

Maintenant, si on met cette partie de côté, la Tesla Model S est agréable tant au niveau du confort de route qu’au niveau de la conduite. Elle reste certes chère, mais le futur de la voiture est là. Très personnellement, j’ai été emballé de pouvoir tester cette Tesla S et je suis impatient de voir ce que nous réservent le future des voitures électriques.

PS : La note, c’est pour le fun ! J’adore cette voiture, mais je n’ai pas les moyens et la borne de recharge 😛

Galerie

Notre avis

Electric

9 / 10

52 réponses à “Test : Tesla Model S P85+”

  1. Cela donne bien envie. Je vous rejoins sur votre conclusion, dommage pour le nombre de bornes dispos….. mais aussi pour le prix 😉

  2. Bof, cette voiture n’a rien d’impressionnant. J’attends 2020, l’année du véritable renouveau dans le domaine de l’automobile avec l’Apple Car.

  3. Merci pour le test, juste une question ; Pourquoi dire ‘pas de couple’?

    Au contraire étant donné la disponibilité de la puissance à n’importe quel régime, les moteurs électriques sont ceux qui offrent les meilleurs chiffres en terme de couple!

  4. Excellent travail réalisé, néanmoins, je suis contre les voitures électriques telles qu’elles sont conçues aujourd’hui. Pourquoi ? Tout simplement parce que pour les alimenter (à grande échelle j’entends), il va falloir produire ENORMEMENT d’électricité en plus par rapport à aujourd’hui, et le seul moyen sera de faire fleurir bon nombre de nouvelles centrales nucléaires et ça, désolé, mais je suis totalement contre et ce n’est pas négociable.
    Au fait, je n’ai pas dit que je préférais le super ou le gazoil…

  5. « La Tesla Model S est électrique et il n’y a pas de couple, son accélération est juste IMPRESSIONNANTE !  »
    Si l’accélération est impressionnante, c’est justement parce que les moteurs éléctriques offrent 100% du couple à tous les régimes, contrairement aux moteurs thermiques qui doivent monter en régime avant de donner le max de couple !

  6. Un grand bravo pour cet article de qualité.
    Cela donne effectivement envie en attendant les voitures autonomes…
    Sinon en parlant de borne de recharge, est-il possible de recharger sa Tesla chez soi avec une simple prise électrique (type Zoé) meme si ce n’est pas une super recharge ?
    Il n’y avait pas le mode « Insane » sur ta version ? 😛

  7. le futur de l’automobile ? euh, le présent je dirai.
    Un moteur électrique dépendant de sa batterie traînera avec lui tous les inconvénients connus : faible autonomie et manque d’infrastructures.
    Attendons demain.

  8. C’est sérieux le 10/10 certes c’est fun mais l’intérieur est dégueulasse, l’extérieur d’une mondeo des années 2000…
    Donc si je vous suis bien une Mercedes SLS AMG Electric obtient 21/10 pour le fun bien sure….

  9. C’est une magnifique voiture, même si elle n’est pas « démocraticable » puisqu’on ne pourra jamais fournir assez de lithium pour équiper toutes les voitures suivant cette conception.

    Sinon j’attends surtout de Tesla le modèle de taille inférieure, et leur technologie de batterie interchangeable.

  10. « Si l’accélération est impressionnante, c’est justement parce que les moteurs éléctriques offrent 100% du couple à tous les régimes,  »

    C’est un peu plus compliqué que ca @Arghl mais l’idée est que le couple maximal est au démarrage ce qui permet une accélération impressionnante.

  11.  » Pour avoir essayé d’être à 160 km/h pendant 10 minutes  »

    Ça c’est pas bien du tout cher monsieur, pas bien … Non vraiment pas bien XD

  12. @dadam Truc de ouf, j’étais persuadé que la ligne était horizontale sur un graphe du couple… grave erreur et merci de la correction !

  13. c’est pas encore ca les tuture tesla,
    elles ont encore pas mal de problèmes (pieces/programmes)
    et faut esperer que la marque survive, parce que la elle ne fait pas un seul dollars de benef, bien au contraire.
    combien de temps va t’elle vivre?

  14. @Styx : Chacun ses gouts, mais entre une voiture sobre à 60000€ et une bagnole tape à l’oeil à 415000€, je préfère la sobre à 60000. Surtout qu’en terme de performance, le modèle HDG Tesla (100k$, certes) bouffe sur quasi tous les points celle à 415k€.

    Bref, PERSONNELLEMENT, je la trouve sublime et je serai vraiment très heureux de pouvoir conduire cette Tesla :).

  15. Sobre ? je n’ose imaginer ce qu’il adviendrait si tout le parc automobile français était converti à l’électrique d’un coup de baguette magique…
    ..

  16. @Sgrol d’abord elle fait plus de 200000e dans cette configuration! Je parle de beauté de qualité et de performance! Mais bon si ce n’est pas cela le sujet oui tu as raison…

  17. « Typiquement, en ville, un moteur électrique consommera beaucoup moins d’énergie que sur route alors que c’est l’inverse sur un moteur thermique. »

    -> Heuuuuuuuuu… je suis à 12L/100 en Ville et 5.6L/100 sur l’autoroute.
    Je pense que la phrase est mal formulée 🙂 ( du moins j’espère :p car c’est la base de la revue automobile ! )

  18. Test très intéressant.
    J’aime bien Tesla, parce qu’ils ont été suffisamment malin pour ne pas considérer qu’une voiture électrique devait ressembler soit à une navette spatiale, soit à une chiotte en plastique.
    Par contre, niveau finition… Ca doit faire longtemps que vous êtes pas monté dans une allemande pour dire que ça se vaut. Ou alors une Golf en finition de base. Même sur les photos, on voit que l’intérieur vaut celui d’un Scénic, en finition +, sans doute, mais un Scénic quand même. C’est moche, avec des plastiques de mauvaise qualité.
    C’est inique, surtout à ce niveau de prix. Mais bon, à ce niveau de prix, il n’y a rien avec une finition convenable made in US.

  19. @styx : tut tut tut, la Tesla S P85D est à 107.000€ TVA inc. et aucune primes déduites (source : site fabriquant). La Merco elle rivalise pas avec ce prix là en terme d’apport (pas mal de place, réseau de recharge gratuite en construction, équipements complets, rapport qualité/prix, performance/prix…). Après si tu veux une petite sportive d’une marque réputée qui claque, pourquoi pas… t’investis ou tu veux 🙂

    Moi aussi je parle de beauté, de qualité et de performance : Pour la performance j’ai les chiffres, pour la qualité j’ai la garantie et pour la beauté mes goûts personnels.

    A mon sens, la Mercedes que tu cite c’est comme se balader avec une grosse Rolex blinquante : Certains considère que les grosses Rolex c’est tape à l’oeil ou encore que c’est un objet pour étaler sa richesse, d’autres que c’est des bijoux et/ou une merveille d’horlogerie. J’ai choisi mon camp concernant les deux voitures comparées. Et c’est pas demain la veille que je pourrais m’en payer une 🙁 (Rolex ou voiture 🙂 ).

  20. Les superchargers ne permettent nullement de recharger gratuitement sa Tesla.
    C’est une option que l’on paye à l’achat de la voiture.
    La version de base ne bénéfice pas de l’utilisation des superchargers mais si on monte en gamme et option si.
    Donc dire que c’est gratuit est mensongé

    Et que dire du design intérieur (et extérieur à minima) , c’est americain… Hormis le grand écran c’est vraiment très moche,le volant est immonde pour une voiture de luxe.

    On rigolera le jour ou tout le monde roulera en électrique et que l’on ce rendra compte que l’électrique ce n’est pàsobre,bien au contraire

  21. franchement moi ce qui me fait vraiment douter dans cette voiture c l’ecran tactile pour tout commander parce que pour ma part impossible de faire quoi que ce soit sur cet ecran sans quitter les yeux de la route ce qui est hyper dangereux alors qu’avec des vrais boutons physiques on peut toujours apputer dessu sans avoir a les regarder…

  22. Moi ça me fait rêver. Pas spécialement pour la voiture en elle-même (bon ok, elle est ultra cool), mais pour les perspectives que ça déploie concernant le marché de l’automobile pour les années à venir. Je me souviens avoir entendu il y a une dizaine/quinzaine d’année des estimations disant que les voitures électriques se démocratiseraient à grande échelle aux alentours de 2020, et force est de constater qu’on est sur la bonne voie. J’ai vraiment envie de voir de plus en plus de constructeurs s’inspirer des Tesla et nous proposer des voitures électriques performantes et vraiment intéressantes.

  23. Oula si tu fais du 160 km/h(pas bien du tout) et du 130km/h en moyenne pendant tes trajets pas étonnant que tu es peur d’être en manque d’électricité mais cela veut dire plusieurs chose soit tu fais souvent de longues distance ou sois tu es un fou du volant !

  24. « Tesla Model S P85+ (qui devient P85D maintenant) »

    Ce n’est pas tout a fait vrai. LA P85D a deux moteurs, ce qui n’est pas le cas de la P85+. la + fait un peu plus de 400 chevaux quand la D avoisine les 700 !

    Bref, j’ai un ami suisse qui en possede une depuis plus d’un an je pense et bien je peux vous dire que c’est plutot fiable. Il beneficie meme gratuitement d’upgrades que ce soit cosmetique ou mecanique. Bon, il a paye le prix pour le tres haut de gamme aussi, il a d’ailleurs la version « signature » puisqu’il fut un early-adopter mais toutes les marques ne font pas ca.

    Enfin, pour avoir eu le plaisir de monter dedans plusieeurs fois, c’est tout bonnement une voiture exceptionnelle.

    (desole pour les accents, je ne les ai pas encore trouve sur ce PC de substitution :))

  25. Au amateur de belle voiture et de technologie auto je vous conseille le magasine evo. et l’énergie nucléaire on en parle et la production de graphite qui polu toute les nappes phréatique chinoise.
    mesieur faite quelque recherche avant de faire un article et votre note finale.

  26. « La Tesla Model S est électrique et il n’y a pas de couple, son accélération est juste IMPRESSIONNANTE ! Atteindre 100 km/h en 4,2 secondes »

    J’ai arrêté de lire à partir de ce passage là…
    Ca fait plus de 10 ans que je suis dans le monde de l’électrotechnique, et juste la page wikipédia « Moteur électrique » explique l’histoire du couple…

    Enfin bon… Encore un article écrit sans prendre le temps de se renseigner…

  27. @Zebdhot il faut pas dire que c’est immonde comme voiture et qu’au vu du prix cela ne vaut même pas en qualité de fabrication skoda! Il suffit de regarder l’image du siège arrière on a l’impression qu’il a 20ans d’utilisation… whaouuu un grand écran cela vaut bien un bel article!
    Mais bon c’est cool en plus du pétrole pour sa fabrication il va falloir mener des guerres pour son lithium!

  28. Quand j’ai lu « il n’y a pas de couple », je me suis dit en effet, JDG ferais mieux déjà de se concentrer sur du high tech s’il ne pige rien en mécanique, car 660 Nm de couple à 416cv, c’est pas rien !! O_o’
    Allez on apprend à tout âge JDG : http://fr.wikipedia.org/wiki/Couple_%28physique%29

    Sinon voiture sympa, belle découverte. Mais c’est un peu prétentieux de faire un test auto ici guys…c’est un peu comme si Auto Plus faisait une review de la Shield ! ^^

    Sinon chouette perf, dommage qu’elle ne soit pas très belle à mon gout, veillotte.

  29. Cela change des zoé, c_zero ou ion qui be sont que des voiturettes!! Enfin une vrai voiture !!!

    Familiale, pratique (coffre) et BELLE

  30. Cela sens le hater et l’ignorant ici. La tesla mal fini ? Moi je suis monté dedans et j’affirme le contraire
    (@fred pour ton info a gamme equivalent renault est parfaitement a la hauteur de wv, je parle en connaissance de cause, j’en est l’exemple a la maison)
    Pour info c’est une voiture typé sport (ford mondeo lol, perso je regarde l’avant je pense plus a une audi et l’arriere a une jag mais bon) qui est en plus un bijou de techno.
    Quid des 420 cv avec le double d’autonomie d’une zoe ?

    Ps: Les centrales electrique y en a déjà, sa explose pas H24, le masout sa pollue H24 🙂

  31. @Sgrol

    « Surtout qu’en terme de performance, le modèle HDG Tesla (100k$, certes) bouffe sur quasi tous les points celle à 415k€. »

    Raah putain les sacrés geeks, arrêtez d’essayer de paraître cultivé si c’est pour sortir de tels monceaux de merde 🙂

  32. Bonjour,
    120km d’autonomie pour la Zoé……………… Il faut revoir sa copie messieurs. Ou mieux se renseigner……….De plus la technologie Renault avance a grand pas nouveau moteur en 2016/2017 ……… Et je ne parle pas tarifs n’y avantage(Renault est propriétaire de sa batterie / pas chez Tesla…… etc )

  33. @Kalzedar

    « …pour ton info a gamme equivalent renault est parfaitement a la hauteur de wv, je parle en connaissance de cause, j’en est l’exemple a la maison) »

    Bah oui, et Fiat équivaut à Maserati hein ? Vous êtes vraiment ridicules… Pour rappel Renault en personne (morale) reconnait ne pas pouvoir atteindre le même rapport qualité/prix que les marques allemandes, ce qui est d’autant plus vrai pour VW dont c’est le point fort (ses comparses étant tout de même dans des tranches tarifaires plus élevées…)

  34. Merci pour l’article, c’est pas mal d’avoir un point de vue différents que ceux des expert auto.

    Cela aurait été pas mal d’avoir plus de photos et de détails sur les réaction lors de la conduite (comme quand vous expliquer qu’a 160, l’ordinateur vous demande de ralentir).

    Sinon un petit test de la BMW i3 serait cool aussi 🙂

  35. La question se pose quand on a les moyens de s’acheter une voiture autour de 70-80k€… car finalement, entre une A6 ou A7 de base au même prix, je préfère une Tesla… Ce que l’article ne dit pas, enfin il m’a semblé, c’est qu’on peut charger cette voiture également dans des bornes publiques (avec l’adaptateur borne publique type 2 en option), certes moins puissantes que les superchargeurs, mais aussi plus nombreuses. Ca peut dépanner…
    J’attends de voir le prochain modèle plus grand public autour de 30-40k€, là ça deviendra sympa, et l’implantation des super-chargeurs va se généraliser.

  36. J’ai également eu l’occasion de jouer avec. Cette voiture est une pure merveille.
    Même en respectant les limites de vitesse 🙂
    Le confort y est maximal.

    Mais le silence !!! X-)

  37. Excellent article.
    Par contre 2 choses:
    – un moteur électrique a beaucoup de couple! Plus qu’un thermique.
    – et arrêtez avec votre arbre de transmission. Les autos de type propulsion sont rares. Donc l’arbre ne gène en rien! Et pour celles qui en ont, il est invisible pour les utilisateurs…

  38. « La Tesla Model S est électrique et il n’y a pas de couple… »

    Euh, n’utilisez pas de termes que vous ne comprenez pas. Le moteur électrique livre un couple énorme ET constant.

    Sans vouloir faire de comparaison entre les site, il y a un essai sur presse citron qui est parfait je trouve, et très compréhensible par les gens qui sont pas de ce milieu.

  39. Ce qui est impressionnant, c’est que depuis hier, l’article est à environ 50 commentaires, dont la moitié parle du « couple nul » et ça n’a toujours pas été corrigé…

    Enfaite, le JDG s’en foute de ce qu’on peut bien dire… Bienvenue dans un monde parallèle !

  40. Merci de ne pas avoir tuer une de mes connaissances à 160km/h pour quelqu’un qui semble conduire peu et avec une voiture aux réactions inconnues.

  41. par rapport à cet article, il y a plusieurs points
    1. Le prix n’est pas si élevé si vous déduisez l’essence pour un véhicule équivalent. De plus Tesla propose des leasing intéressants
    2. La recharge peut aussi se faire à partir de n’importe quelle prise électrique, mais alors le temps sera assez long (c’est la voiture qui gère la tension selon la prise sur laquelle elle se branche.
    3. Perso j’ai testé le modèle P pour performance, 4 roues motrice et environ 700ch.
    4. Si ce n’étais la taille du véhicule, j’aurais signé le bon…..

    tester une Tesla est plus facile que tester une grosse Audi, BMW ou Mercedes équivalente, on ne va pas essayer de vous forcer la main mais simplement de vous convaincre de la validité de la voiture électrique pour les Tesla à venir.
    Vivant dans une ville ou il y a de nombreuses voitures haut de gamme, je remarque un grand nombre de Tesla et la disparition progressive de nombreuses Panamera.

    • mais de quoi parlez-vous ? d’une voiture à 120k€ qui va se vendre à une ou deux centaines d’unités et empêcher porsche de vendre sa couteuse panemera qui ne se vend pas mieux ? OSEF
      Ou d’un véhicule électrique qui prends ses acquéreurs pour des beta testeurs en attendant la construction d’un hypothétique réseau ? OSEF bis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *