Test

[Test] Titanfall 2

Par killy le

Cas d'école du jeu à potentiel dont l'intérêt s'était écroulé sous les pas lourd d'un manque de contenu, Titanfall a tout de même réussi à pérenniser...

Cas d’école du jeu à potentiel dont l’intérêt s’était écroulé sous les pas lourd d’un manque de contenu, Titanfall a tout de même réussi à pérenniser son ADN. C’est bien conscient de cette lacune que Respawn lance dans la nature Titanfall 2, promis comme bien plus costaud. Après le petit ange parti trop tôt, le gros bébé arrivé trop tard ?

titanfall 2

FPS chargé de gros mechas au design titillant la mémoire encore vivace de la série Mechwarrior, Titanfall avait créé la surprise il y a 2 ans. Imparfait, prenant la forme d’un flyer commercial pour un futur projet, déserté rapidement, il proposait pourtant une approche originale. Il remettait la vitesse et l’agilité au centre du gameplay, ainsi qu’un système « asymétrique » de joueurs à pieds et d’autres à l’intérieur de titans, robots géants et armés. Bien évidemment, ce nouveau Titanfall 2 conserve cette spécificité forte en la replaçant dans ce qui aurait dû être son prédécesseur, à savoir un jeu complet.

La vraie plus-value de cette suite est son mode solo qui s’articule autour d’une histoire de copinage entre robots et humains, entre Jack Cooper et BT 7274. Soldat au sein de la Milice dans la zone de la Frontière – limite de l’expansion spatiale humaine – Jack rencontre le titan BT au cours d’une opération qui tourne mal. Transformé en binôme par la force des choses, ces deux protagonistes ne vont pas de contenter de collaborer dans une relation pilote/mecha, chacun disposant d’un vrai caractère.

titanfall 2 1

Si l’idée est classique, autant dans le domaine du jeu vidéo que dans celui de la littérature ou du cinéma, elle est ici exploitée avec une certaine sensibilité. Un constat étonnant de la part d’un Respawn dont l’héritage est en grande partie celui de Call of Duty. Rattrapant Jack après une chute, le propulsant jusqu’à un objectif, transformant son corps en bouclier pour le protéger, BT est davantage qu’une armure à investir. Il devient tout à la fois un gimmick de gameplay et une aide véritable qui impose son côté attachant au fur et à mesure de l’aventure. Et si l’écriture n’est pas le point fort de Titanfall 2, avec des dialogues convenus et des personnages secondaires transparents, son approche d’une certaine notion d’aventure chaleureuse se laisse appréhender avec plaisir. La campagne fait preuve d’une belle efficacité, proposant des phases de bravoure qui fonctionnent parfaitement et surtout une poignée de niveaux surprenant d’inventivité.

Les différents chapitres se concluent par des boss, stéréotypes vivants de grands méchants de films d’action 80’s, demandant d’adapter sa stratégie en fonction des éléments du mécha à sa disposition. Car à la différence du premier épisode, il est ici possible de changer la configuration de son mécha en fonction de divers build qui ont chacun une spécificité. Une feature qui trouve son utilité en mode difficile, tant le changement opéré entre deux styles de jeu reste anecdotique dans les autres niveaux de difficulté. Mais ces modifications prennent une toute autre saveur en multi.

titanfall 2 2

[nextpage title=”Sur les mêmes qualités que son aîné”]

Rayonnant autour d’une dizaine de modes de jeu, en comptant les variations, le mode multijoueur est encore une fois le centre de ce nouveau Titanfall. Il reprend en grande partie le programme du précédent volet, déjà convaincant dans son approche verticale et véloce du FPS, en y ajoutant un peu plus de complexité. Valables pour les méchas, les builds sont aussi d’une grande importance dans le cas des pilotes. Débloqués au fur et à mesure d’une progression où les récompenses pleuvent régulièrement – une motivation par petits cadeaux très actuelle – les divers rôles sont entièrement customisables. Une grande liberté qui permet de concevoir des équipes équilibrées et de pousser la logique de véritable jeu de groupe. D’autant que certaines compétences, à la fois spectaculaires et jouissives à utiliser, tel un retour express à son point de départ quelques secondes en amont ou une téléportation sur courte distance, permettent d’amener rapidement le danger dans le camp adverse.

titanfall 2 3

Il en est de même pour les robots qui, malgré un nombre plus restreint de styles disponibles offrent un choix de stratégie complet. Du mécha Ronin armé d’un sabre et privilégiant le corps à corps au modèle Légion, tank sur pattes d’ailleurs quelque peu pété pour le moment, le joueur peut définir une sorte d’équilibre entre son pilote et sa monture. Et c’est cette variété qui crée l’intérêt du multi, ainsi que lesdites compétences qui favorisent elles un rythme intense et tourbillonnant. Notamment dans le mode Bounty Hunt où les joueurs doivent éliminer des vagues d’ennemis dirigés par l’I.A. et les adversaires humains afin d’engranger de l’argent qu’il faut ensuite déposer dans un coffre.

Les guet-apens deviennent alors une science cruelle et l’équipe doit osciller de manière très réactive entre attaque et défense. Et si le feeling des armes fait encore trop Call of Duty, les parties s’enchaînent sans lassitude. Reste qu’il est encore tôt pour juger de la qualité du multi en terme de fréquentation. Avec Battlefield 1 en embuscade et Call of Duty : Infinite Warfare pour le coup de grâce, Titanfall 2 risque de perdre nombre de joueurs. Au final, limité graphiquement, pas foncièrement original dans son solo malgré des excellentes idées et solide en multi, le jeu de Respawn est exactement l’évolution logique du premier épisode. Et visiblement un début tant l’histoire laisse des portes, des fenêtres, des pièces ouvertes pour une suite.

Titanfall, sortie le 28 octobre sur PC, PS4 et Xbox One
Les visuels qui illustrent ce test sont des visuels éditeurs

Notre avis

Suivant la ligne de conduite du premier épisode, Titanfall 2 est ce qu'aurait finalement dû être son prédécesseur. Disposant d'un solo convaincant malgré une durée de vie rachitique et un manque d'originalité dans ses personnages, il parvient tout de même à accrocher par un travail attachant sur le rapport homme-machine. Vrai centre du jeu, le multi est quant à lui efficace, nerveux, et vaste, permettant de trouver son style grâce à une grande variété d'approches. Pas révolutionnaire mais carré, fun et surtout enlevé, Titanfall 2 est le parfait FPS léger qui permet de se faire plaisir et d'avoir devant soi une marge de progression attirante.

7 / 10