Test

Test de la Unagi Model One E500 : s’il existait une trottinette électrique Tesla, ce serait elle !

Disponible aux États-Unis, la marque de trottinettes électriques Unagi arrive en France avec son Model One. Celle-ci a été produite avec une attention particulière portée sur le design, les matériaux employés ou encore ses performances. Découvrez-la en détail à travers cette prise en main.

Cela fait maintenant plusieurs semaines que nous testons la Unagi Model One, cette trottinette électrique qui cartonne aux US vient d’arriver en France. On la retrouve en 4 couleurs et dans deux versions : la E250 commercialisée à 840 euros et la E500 à 990 euros, la différence entre les deux modèles se situe au niveau du moteur puis la E250 n’en embarque qu’un seul moteur, alors que la E500 en a deux ainsi que 2 kg de plus du coup. Tout le reste est identique !

@JDG

Une trottinette électrique de luxe

Nous avons donc pu tester le modèle E500, qui est appelé outre-Atlantique, la Tesla des trottinettes électriques. Et c’est peu dire tant cette trottinette Unagi mise presque tout sur un design fin et épuré, avec une excellente finition. Fabriquée en magnésium, aluminium et fibre carbone, la E500 offre des lignes fines et agréables à l’œil car il a peu de câbles visibles, ainsi qu’une robustesse à tout épreuve et un poids de 12kg. Preuve de cette qualité, l’extérieur de celle-ci est digne d’un véhicule de luxe avec trois couches distinctes comprenant un revêtement stratifié et une peinture hautement résistante à l’abrasion pour gérer l’usure de la route. Cerise sur le gâteau, le tube de direction de la trottinette utilise la même fibre de carbone que la navette SpaceX d’Elon Musk (fibre de carbone japonaise TORAY) ! Selon le constructeur, “ses trottinettes ne rouilleront jamais”.

Son guidon futuriste en alliage de magnésium (33% plus léger que l’aluminium) offre des commandes intuitives via peu de boutons (klaxon, phare LED et options), une manette d’accélération et une pour le frein. Les poignées de guidon sont faites de caoutchouc et ont une forme assez ergonomique, elle ne se déplacent pas en les tenant lors de la conduite.

Au centre, on retrouve l’écran (et le bouton on/off/activation de 1 ou 2 moteurs) qui est quant à lui monochrome et particulièrement lisible même en plein soleil. Il indique la vitesse, le nombre de km, le mode de vitesse, l’autonomie ou encore si vous utilisez un ou deux moteurs.

Le “plateau” de la trottinette est assez spacieux (charge max de 120 kg), sa hauteur est de 8,3 cm, il est sous la forme d’une pièce unique d’aluminium usiné avec du silicium intégré sur la surface supérieure pour la traction. Les dimensions globales de la E500 sont de 96 x 42 x 110 cm dépliée contre 96 x 42 x 38 cm pliée.

@JDG

Comme c’est le cas chez de nombreux concurrents, la trottinette est livrée dans un grand carton, et il vous suffira de brancher et visser le guidon (tout est fourni dans la boite) pour pouvoir rapidement en profiter !

Enfin, on notera qu’elle dispose de phares LED avant et arrière, ainsi que de deux garde-boues robustes, une béquille en métal (côté gauche), et d’un indice de résistance à l’eau IP54.

Puissance au rendez-vous et conduite agréable

La E500 possède un moteur 250 watts dédié pour chaque roue, procurant 500 watts et 32 newtons mètres de couple pour vous permettre de vous attaquer facilement et sans difficulté aux montées allant jusqu’à 15 degrés d’inclinaison. Ces moteurs sont équipés d’un aimant NdFeB (aimant permanent en terres rares en Neodymium-fer et bore) et d’un système de surveillance pour éviter la surchauffe. Silencieux et rapides, ces moteurs font de la E500, une des trottinettes les plus rapides du marché avec une accélération en 4,4 secondes de 0 à 24 km/h (5,3 s pour la Xiaomi M365 Pro par exemple) ! Sa vitesse de pointe est de 25 km/h en France (mais elle peut aller plus vite aux US par exemple) avec une distance de freinage de moins de 5 mètres. Elle dispose de 3 modes de vitesse : Eco 15 km/h, Standard 20 km/h et Pro à 25 km/h.

En conduite, il faut avouer qu’elle est très agréable. Légère, la E500 se manipule assez bien et se faufile partout. Elle offre également pas mal de répondant avec ses deux moteurs, mais bien moins si vous en utilisez qu’un seul, ce qui est possible suivant votre utilisation (cela a aussi un impact sur l’autonomie).

En fait ce qu’on regrettera le plus sur cette E500 durant nos trajets, ce sont les roues, d’une dimension de 19.05 cm, celles-ci sont faites d’un caoutchouc solide et sont increvables. OK, mais même avec des poches d’air réparties sur toute la surface de la roue, dès que la route est en mauvais état, les secousses se font assez ressentir. On aurait bien aimé un système de suspension avant et/ou arrière à ce prix ! Le guidon et la potence sont assez solides, nous n’avons pas spécialement constaté de vacillement entre eux lors de nos essais.

Avec des 12kg la E500 n’est finalement pas très lourde et bien équilibrée pour vous accompagner dans les transports en commun par exemple. La prise en main se fait facilement, mais c’est surtout son système de pliage simple et efficace qui nous a agréablement surpris. En effet, il suffit de presser un simple bouton (au niveau de la roue avant) et le système de charnière en acier inoxydable se plie et se verrouille en un seul clic, idem pour le déverrouillage. On notera juste un petit bémol, c’est que si vous la poussez (à pieds) et qu’elle est allumée, on a l’impression que les roues freinent et c’est assez désagréable, il faudra donc l’éteindre dans ce cas.

Sécurité mais autonomie en berne

Le Model One E500 est équipé de deux freins électroniques E-ABS et d’un frein manuel au pied à l’arrière. Pour l’accélération, ainsi que le freinage, les contrôles ont une sensibilité intégrée pour qu’une simple poussée vers le bas augmente leurs réactivités. D’ailleurs, le freinage d’urgence ne se veut pas excessivement brutal. On notera que les freins électroniques ne fonctionneront pas si l’alimentation est coupée soudainement (antiblocage électronique), vous devrez dans ce cas utiliser le frein à pied, ce qui est plus sécurisant.

@JDG

La trottinette est également équipée de deux LED, l’une blanche à l’avant d’une puissance de 1.8W offrant un éclairage de 47 lumens, et l’autre rouge à l’arrière allumé en permanence et clignotant dès que vous utilisez le frein.

Passons maintenant à la partie autonomie. La E500 embarque une batterie de 500 W composée de cellules lithium-ion pour un total de 9000mah et aune autonomie max de 25 km selon le constructeur. Soyons honnêtes, nous n’y sommes jamais arrivés, que ce soit avec un ou deux moteurs activés, l’autonomie varie entre 13 km et 20 km, c’est une véritable déception, même si heureusement nous ne faisons pas autant de kilomètres par jour, mais une charge tous les 3 ou 4 jours semble inévitable dans notre cas (utilisation des deux moteurs en mode Pro). La recharge s’effectue en 4h environ. Notez qu’il n’y a pas contre pas de régénération de la batterie quand vous roulez comme sur la trottinette de Xiaomi.

@JDG

On notera enfin que la batterie est équipée de plusieurs capteurs pouvant détecter une anomalie de température, un court-circuit, une surtension électrique et peut se mettre en veille en automatiquement en cas de sous-tensions, sans compter une protection contre la surcharge et la décharge excessive.

Enfin, à ce prix-là, on aurait pu s’attendre à ce que la E500 soit un minimum connectée, ne serait-ce que pour avoir des datas sur l’utilisation de cette dernière, mais aussi un verrouillage antivol électronique, même si on sait que ce n’est jamais suffisant. Un point qu’il faudra surement prendre en compte pour les prochains modèles.

Où l’acheter ?

La Unagi Model One est disponible en 4 coloris sur le site officiel de la marque au prix de 840 euros le modèle E250 et 990 euros le modèle E500, livraison gratuite.

@JDG

Notre avis

Après avoir testé de nombreuses trottinettes, la Model One E500 ne laisse pas indifférente ! Robuste, dynamique et dotée d'un superbe design, il ne manque que peu de chose pour en faire la meilleure trottinette électrique à moins de 1000 euros...

8 / 10
Les plus
Les moins
  • Design, finition et robustesse
  • Système de pliage pratique et simple
  • Poids
  • Puissance, réactivité surtout avec des 2 moteurs activés
  • Bonne sécurité (freins et éclairage)
  • Mauvaise absorbions des chocs
  • Autonomie (surtout avec les deux moteurs activés)
  • Non connectée
  • Prix un peu élevé