Test

Test Flash : EVIL Witchcraft III, un casque caméléon

Notre avis
7 / 10
Audio

Par Henri le

Spécialisée dans le matériel audio pour gamer, la marque EVIL Sound vient de commercialiser la troisième déclinaison de son casque Witchcraft. Un modèle avant tout pensé pour la mobilité.

_DSC0248


Design

On ne change pas une équipe qui gagne comme dit l’adage, et EVIL Sound l’a bien compris. Ce Witchcraft III reprend exactement la forme des deux premiers casques de la marque. Le design est racé, plutôt agressif, et alterne noir laqué et bleu électrique. L’ensemble n’est pas très discret, et c’est un peu dommage. Le stéréotype qui veut que le materiel gamer soit flashy et voyant (le plastique n’aidant pas) semble encore avoir de beaux jours devant lui. Les écouteurs et l’arceau sont flexibles, ce qui permet au Witchcraft III de se plier pour le rangement. Une feature connue, mais bien pensée.

Les haut-parleurs de 40 mm arborent un design circum-aural triangulaire, qui englobe toute l’oreille. Le tout est taillé dans un similicuir souple, et l’arceau ajustable est également rembourré. Le casque bénéficie d’une large fréquence de réponse de 20-20 KHz, d’une impédance limitée (40 Ohms) et d’un bon niveau de pression sonore (117 dB).

_DSC0239

Le Witchcraft III est livré dans une boîte peu inspirée, mais très fournie. Il ne trahit pas sa promesse d’ultra compatibilité puisqu’il est fourni avec un câble optique, deux câbles Jack proposant de switcher entre du 3,5 mm et du 2,5 mm, deux microphones amovibles (un pour le gaming, l’autre pour les conversations téléphoniques), un contrôleur de volume filaire (d’une longueur de 4.2 mètres), une station audio Dolby Digital Pro Logic IIx 7.1, un câble USB, un fascicule et une housse en simili cuir. Difficile de le prendre à défaut de ce côté-là. Vous pourrez brancher le casque à votre PC/MAC, votre PS3/Xbox 360 ou vos téléphones et lecteurs audio.

_DSC0243

Confort et Son

Une fois sur la tête, le Witchcraft III n’égale pas le confort d’un RIG (Plantronics) ou d’un G35 (Logitech), mais finit par se faire oublier. Avec 300 grammes à la pesée sans micro, le casque se fait sentir bien que l’arceau ne serre pas abusivement la tête. La forme triangulaire des haut-parleurs empêche de plaquer parfaitement les transducteurs contre les oreilles, ce qui laisse une très légère ouverture au niveau des lobes. Ce n’est pas foncièrement gênant, mais il faut le souligner. Casque fermé oblige, il profite en revanche d’une isolation phonique plus qu’efficace. À moins de pousser le volume à fond, vous ne devriez pas déranger votre entourage.

_DSC0246

Le casque peut être utilisé en stéréo, mais sa station Dolby Surround Pro Logic IIx 7.1 reste le principal intérêt du dispositif. Cette dernière permet de contourner la carte son du dispositif auquel il est branché. Et la différence se fait entendre. Bien que de nombreux jeux ne supportent que le 5.1, et qu’un casque ne fait que simuler plusieurs sources audio, l’immersion est réellement renforcée. Le casque retranscrit bien le champ de bataille sur un Battlefield ou un Call of Duty, et on distingue clairement le lieu d’une explosion ou d’un échange de coups de feu.

Mais un beat them all comme Castlevania : Lords of Shadow permet aussi de s’en rendre compte. Une fois que vous êtes encerclé, les ennemis émettent un son caractéristique avant de charger. En prêtant l’oreille, on devine lequel des assaillants va attaquer. Le passage près d’un élément sonore distinct, comme un feu qui crépite, ou un PNJ qui parle, nous fait vite oublier le son stéréo de base. Mais on aurait aimé une plus grande spatialisation, comme celle du Megalodon de chez Razer (sans pour autant arborer le son caverneux de ce dernier).

_DSC0255

À l’écoute de musique, le Witchcraft III se défend. Le boitier Dolby Pro Logic II dispose d’un mode « Musique », qui égalise les morceaux. Les basses claquent bien sans trop baver sur les gammes moyennes et aiguës. Les voix sont bien retranscrites, et seule la musique orchestrale laisse une impression mitigée. Nous ne sommes pas ici en présence d’un casque destiné aux grands audiophiles, mais il convaincra les gamers qui aiment un son puissant et plutôt équilibré.

Le casque est accompagné de deux micros antibruits amovibles, destinés au jeu et à la téléphonie. Le tout est fonctionnel, bien qu’on ne s’imagine pas parler des heures avec un dispositif pareil sur la tête. D’autant plus qu’il n’est pas possible d’interrompre une partie pour prendre un appel. Mais c’est toujours ça de pris.

_DSC0253

Un casque nomade

Le Witchcraft III se destine aux joueurs qui voyagent souvent, et qui ont besoin d’un dispositif solide, mais surtout compatible. En proposant la quasi-intégralité des connectiques actuelles, il est difficile de ne pas pouvoir brancher le casque quelque part. On pense notamment aux joueurs qui vont en LAN, et qui apprécieront les très (trop ?) longs câbles, ou à ceux qui switchent souvent d’une console à une autre, et qui cherchent une solution abordable pour pouvoir tout faire (jeux, film, musique) dans de bonnes conditions. Vous pourrez par exemple débuter une partie sur PS3 grâce au câble optique, écouter vos mp3 dans le métro sur une prise jack, et brancher votre station audio en USB sur un ordinateur.

Mais cette multitude d’options de branchement demande un peu de soin et d’attention, ou vous verrez rapidement votre bureau envahi de câbles en tout genre. Les différents schémas de branchement (avec la station audio) de consoles à PC se mémorisent vite, mais agaceront les plus impatients.

_DSC0256

Le Witchcraft III est un casque intéressant, qui peut convenir aux gamers les plus mobiles d’entre nous, malgré un prix un peu trop élevé. Efficace en jeu, il propose également une expérience musicale et cinématographique convenable. Reste un design particulier, qui ne le destine pas vraiment à une écoute hors de la maison. Le Witchcraft III est moins confortable que certains de ses concurrents, mais se distingue avant tout pour son utilisation pratique et sa compatibilité, mieux pensées que celles des casques plus sédentaires.

Le Witchcraft III d’Evil Sound est disponible pour 139,99 €. Vous pouvez retrouver les spécificités techniques sur le site de Suza International.

Spécialisée dans le matériel audio pour gamer, la marque EVIL Sound vient de commercialiser la troisième déclinaison de son casque Witchcraft. Un modèle avant tout pensé pour la mobilité.

_DSC0248


Design

On ne change pas une équipe qui gagne comme dit l’adage, et EVIL Sound l’a bien compris. Ce Witchcraft III reprend exactement la forme des deux premiers casques de la marque. Le design est racé, plutôt agressif, et alterne noir laqué et bleu électrique. L’ensemble n’est pas très discret, et c’est un peu dommage. Le stéréotype qui veut que le materiel gamer soit flashy et voyant (le plastique n’aidant pas) semble encore avoir de beaux jours devant lui. Les écouteurs et l’arceau sont flexibles, ce qui permet au Witchcraft III de se plier pour le rangement. Une feature connue, mais bien pensée.

Les haut-parleurs de 40 mm arborent un design circum-aural triangulaire, qui englobe toute l’oreille. Le tout est taillé dans un similicuir souple, et l’arceau ajustable est également rembourré. Le casque bénéficie d’une large fréquence de réponse de 20-20 KHz, d’une impédance limitée (40 Ohms) et d’un bon niveau de pression sonore (117 dB).

_DSC0239

Le Witchcraft III est livré dans une boîte peu inspirée, mais très fournie. Il ne trahit pas sa promesse d’ultra compatibilité puisqu’il est fourni avec un câble optique, deux câbles Jack proposant de switcher entre du 3,5 mm et du 2,5 mm, deux microphones amovibles (un pour le gaming, l’autre pour les conversations téléphoniques), un contrôleur de volume filaire (d’une longueur de 4.2 mètres), une station audio Dolby Digital Pro Logic IIx 7.1, un câble USB, un fascicule et une housse en simili cuir. Difficile de le prendre à défaut de ce côté-là. Vous pourrez brancher le casque à votre PC/MAC, votre PS3/Xbox 360 ou vos téléphones et lecteurs audio.

_DSC0243

Confort et Son

Une fois sur la tête, le Witchcraft III n’égale pas le confort d’un RIG (Plantronics) ou d’un G35 (Logitech), mais finit par se faire oublier. Avec 300 grammes à la pesée sans micro, le casque se fait sentir bien que l’arceau ne serre pas abusivement la tête. La forme triangulaire des haut-parleurs empêche de plaquer parfaitement les transducteurs contre les oreilles, ce qui laisse une très légère ouverture au niveau des lobes. Ce n’est pas foncièrement gênant, mais il faut le souligner. Casque fermé oblige, il profite en revanche d’une isolation phonique plus qu’efficace. À moins de pousser le volume à fond, vous ne devriez pas déranger votre entourage.

_DSC0246

Le casque peut être utilisé en stéréo, mais sa station Dolby Surround Pro Logic IIx 7.1 reste le principal intérêt du dispositif. Cette dernière permet de contourner la carte son du dispositif auquel il est branché. Et la différence se fait entendre. Bien que de nombreux jeux ne supportent que le 5.1, et qu’un casque ne fait que simuler plusieurs sources audio, l’immersion est réellement renforcée. Le casque retranscrit bien le champ de bataille sur un Battlefield ou un Call of Duty, et on distingue clairement le lieu d’une explosion ou d’un échange de coups de feu.

Mais un beat them all comme Castlevania : Lords of Shadow permet aussi de s’en rendre compte. Une fois que vous êtes encerclé, les ennemis émettent un son caractéristique avant de charger. En prêtant l’oreille, on devine lequel des assaillants va attaquer. Le passage près d’un élément sonore distinct, comme un feu qui crépite, ou un PNJ qui parle, nous fait vite oublier le son stéréo de base. Mais on aurait aimé une plus grande spatialisation, comme celle du Megalodon de chez Razer (sans pour autant arborer le son caverneux de ce dernier).

_DSC0255

À l’écoute de musique, le Witchcraft III se défend. Le boitier Dolby Pro Logic II dispose d’un mode « Musique », qui égalise les morceaux. Les basses claquent bien sans trop baver sur les gammes moyennes et aiguës. Les voix sont bien retranscrites, et seule la musique orchestrale laisse une impression mitigée. Nous ne sommes pas ici en présence d’un casque destiné aux grands audiophiles, mais il convaincra les gamers qui aiment un son puissant et plutôt équilibré.

Le casque est accompagné de deux micros antibruits amovibles, destinés au jeu et à la téléphonie. Le tout est fonctionnel, bien qu’on ne s’imagine pas parler des heures avec un dispositif pareil sur la tête. D’autant plus qu’il n’est pas possible d’interrompre une partie pour prendre un appel. Mais c’est toujours ça de pris.

_DSC0253

Un casque nomade

Le Witchcraft III se destine aux joueurs qui voyagent souvent, et qui ont besoin d’un dispositif solide, mais surtout compatible. En proposant la quasi-intégralité des connectiques actuelles, il est difficile de ne pas pouvoir brancher le casque quelque part. On pense notamment aux joueurs qui vont en LAN, et qui apprécieront les très (trop ?) longs câbles, ou à ceux qui switchent souvent d’une console à une autre, et qui cherchent une solution abordable pour pouvoir tout faire (jeux, film, musique) dans de bonnes conditions. Vous pourrez par exemple débuter une partie sur PS3 grâce au câble optique, écouter vos mp3 dans le métro sur une prise jack, et brancher votre station audio en USB sur un ordinateur.

Mais cette multitude d’options de branchement demande un peu de soin et d’attention, ou vous verrez rapidement votre bureau envahi de câbles en tout genre. Les différents schémas de branchement (avec la station audio) de consoles à PC se mémorisent vite, mais agaceront les plus impatients.

_DSC0256

Le Witchcraft III est un casque intéressant, qui peut convenir aux gamers les plus mobiles d’entre nous, malgré un prix un peu trop élevé. Efficace en jeu, il propose également une expérience musicale et cinématographique convenable. Reste un design particulier, qui ne le destine pas vraiment à une écoute hors de la maison. Le Witchcraft III est moins confortable que certains de ses concurrents, mais se distingue avant tout pour son utilisation pratique et sa compatibilité, mieux pensées que celles des casques plus sédentaires.

Le Witchcraft III d’Evil Sound est disponible pour 139,99 €. Vous pouvez retrouver les spécificités techniques sur le site de Suza International.

Notre avis

Pratique

7 / 10