L’enquête du département de la justice américaine (DoJ), relève que 90% des utilisateurs du service de partage de fichiers en ligne se servaient de MegaUpload afin de télécharger du contenu illégal. Sur les 66,6 millions d’utilisateurs (non pas 180 millions comme indiqué sur le site) seulement 5,8 millions utilisaient le service afin de stocker leurs données personnelles, une minorité comme on pouvait très fortement s’en douter.

Des nouvelles charges contre les dirigeants
Ce sont 8 nouvelles charges qui viennent se greffer aux 5 autres chefs d’inculpation contre les dirigeants du site MegaUpload. En effet, en plus des charges actuelles, il s’avère que le site de partage est maintenant accusé d’avoir copié le contenu des sites d’hébergement vidéos comme YouTube, afin de faire croire que son service hébergeait du contenu légal créé par des particuliers. De plus, la justice reproche à MU d’avoir ignoré les demandes de suppression de données illégales, ainsi un utilisateur aurait mis en ligne plus de 16 950 fichiers (comme Ocean’s 13, Ratatouille) et malgré le trafic que ça générait, aucune mesure n’aurait été prise contre lui. L’entreprise rémunérait de surcroît l’utilisateur pour ses contributions.

Le fondateur de MegaUpload devrait rester en prison jusqu’au 22 février, date à laquelle une demande d’extradition sera demandée à la justice Néo-Zélandaise.

MegaUp