Jour de joie et d’allégresse pour les linuxiens. Valve devrait très prochainement porter la plateforme Steam sur leur OS favori après un portage réussi sur Mac OS.

Un portage attendu

Après des années de lutte avec Wine, les utilisateurs de Linux recevront très prochainement l’attention qu’ils méritent et ce geste vient d’un acteur non négligeable de l’industrie du jeu-vidéo.

Valve s’est donc décidé à porter le Source engine ainsi que la plateforme de téléchargement Steam sur Linux et selon les premières informations en notre possession, Left For Dead 2 sera le premier jeu rendu disponible aux joueurs.

OpenGL c’est bien, des pilotes optimisés c’est mieux

Linux oblige, c’est OpenGL qui sera utilisé afin de faciliter le travail de portage pour les développeurs. Valve a par ailleurs présenté une version adaptée de Left For Dead 2 sur plateforme Linux, se pose dès lors la question des performances :

Sur Mac OS, les performances de la machine sont hélas sous-exploitées en raison du peu d’optimisation dont font preuve les pilotes graphiques d’Apple (ici sur une carte graphique AMD).

Sachant que Nvidia a récemment rejoint la fondation Linux, il n’est pas impossible que la société fasse des efforts désormais afin d’apporter un soin particulier à ses drivers ForceWare pour Linux. L’assertion étant également valide pour AMD puisqu’en ayant recours à OpenGL (le panel de choix étant finalement assez restreint), Valve offre la possibilité au fondeur de mettre en avant ses solutions graphiques meilleures sur ce point que son concurrent NVIDIA.

La machine de test utilisée par Valve lors de la présentation de Steam sous linux tournait sous Ubuntu 11.10 avec des pilotes et une carte graphique AMD. La société n’a cependant pas précisée une éventuelle compatibilité avec les distributions majeures.

Cela reste une bonne nouvelle pour les utilisateurs sous Linux. Espérons que cette initiative incitera les éditeurs à allouer des ressources au développement de titres à succès sur Linux.

Source

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction