L’écrivain brésilien, Vanessa de Oliveira a attiré les regards des citoyens de Lima, au Pérou, en protestant contre le piratage de ses livres en tenue légère. L’auteur a arraché ses vêtements devant le palais du gouvernement, en expliquant qu’elle faisait cela pour son livre, afin qu’il ne soit pas piraté, où que ce soit dans le monde.

La sublime rousse ayant travaillé pour PlayBoy, sort un livre dans lequel elle raconte ses expériences sexuelles avec 5000 hommes. Ainsi, pour se faire voir entendre, Vanessa de Oliveira s’est retrouvée en petite culotte, la poitrine à l’air, avec inscrit sur son dos et son ventre « non à la piraterie ». Elle explique également :

Un pays est fait à partir de sa culture, avec ses livres. Lorsque les gens piratent des livres, la culture est en danger. Le Pérou est le premier pays dans lequel je vois cela. Au Brésil, aucun livre n’est piraté.

Une méthode certainement plus attrayante que les mails d’Hadopi, mais concernant l’efficacité, je ne suis pas certaine. En tout cas, cette demoiselle a réussi une chose : se faire une belle publicité.

Perou seins piraterie

Source

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction