Banques centrales, grands patrons, experts et médias n’en finissent plus de parler du Bitcoin, cette monnaie virtuelle qui déchaîne les passions. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Persuadés que vous aussi, vous vous posez des questions sur cette étrange devise, nous vous avons préparé ce dossier qui devrait vous donner quelques clés pour comprendre les bases de ce phénomène monétaire.

Antanacoins / Creative Commons / Flickr

Antanacoins / Creative Commons / Flickr

1/ Qu’est-ce que le Bitcoin ?

Inventé en 2009 par un (ou plusieurs) mystérieux informaticien(s) se faisant appeler Satoshi Nakamoto, le BitCoin est une cryptomonnaie virtuelle et décentralisée.

« Cryptomonnaie », car la création et les transactions de Bitcoins reposent sur des algorithmes de cryptographie, en l’occurrence l’algorithme SHA-256 (ce qui ne veut pas dire que tout est crypté).
« Virtuelle », car elle n’est fixée à aucun support physique, si l’on excepte les supports de mémoire informatique : il n’y a pas de planche à billets qui fabrique des billets de Bitcoins.

Enfin, « décentralisée », car le protocole Bitcoin par lequel transite cette devise est un protocole de type peer to peer qui ne nécessite pas d’intervention d’une quelconque banque centrale. Ici, les transactions sont validées par des ordinateurs du réseau, et non par un serveur central.

Grâce à ce protocole et à cette monnaie, il est possible d’envoyer et de recevoir des Bitcoins ou des fragments de Bitcoins à quiconque possédant un portefeuille adéquat, sans droit de regard de la part des banques, sans frais de transaction ou presque, et de manière relativement anonyme.

Autrement dit, une fois en possession de Bitcoins, vous pouvez les utiliser pour payer certaines transactions (de la toute nouvelle carte graphique à la pizza livrée chez vous), ou encore le placer sur des comptes gérés par des places de marché. Bientôt, il sera même possible de retirer du cash dans un distributeur en prélevant son compte Bitcoin, ou à l’inverse, de créditer son compte en insérant du cash dans la machine. Un tel distributeur a d’ailleurs déjà été mis en place à Vancouver à l’automne dernier, et un autre devrait arriver bientôt à New-York. Bref, vous l’avez compris : moyen d’échange, réserve de valeurs : le Bitcoin ressemble à s’y méprendre à n’importe quelle monnaie.

Le premier distributeur de BitCoins

Le premier distributeur de BitCoins

2/ Comment est-il créé ?

Si le Bitcoin ressemble à toute autre monnaie, quelques différences demeurent, notamment au regard de sa création. Comme évoqué précédemment, le Bitcoin ne s’est pas créé par magie en faisant tourner une planche à billets. Pour en comprendre les mécanismes, il faut le comparer à une ressource naturelle telle que l’or. Comme l’or, le Bitcoin est une ressource qu’il faut découvrir par un procédé appelé le minage. Comme l’or, le Bitcoin existe en une quantité limitée : on ne peut pas miner plus que ce qu’il existe. Comme l’or enfin, il est possible de s’en procurer en en achetant à ceux qui en possèdent.

BTC Trinkets.com / CC / Flickr

BTC Trinkets.com / CC / Flickr

Vous vous souvenez que les transactions sont validées par les ordinateurs du réseau ? C’est justement cette tâche que l’on appelle le minage et qui consiste à faire travailler son processeur sur de terribles calculs afin de valider les transactions en Bitcoins. En guise de récompense, on reçoit ainsi des Bitcoins nouvellement créés, voire quelques décimales de Bitcoin correspondant à des frais de transaction éventuels. Les nouveaux BitCoins sont en effet émis régulièrement sur le réseau, à un rythme de plus en plus lent au fil du temps jusqu’à atteindre une limite de 21 millions de Bitcoins en circulation. Pour simplifier, le rythme d’émission est divisé par deux tous les quatre ans (d’abord 50 Bitcoins toutes les 10 minutes de 2009 à 2013, puis 25 Bitcoins/10 min de 2013 à 2017, et ainsi de suite). À ce rythme, on devrait atteindre la limite des 21 millions vers 2040, si le projet n’est pas stoppé entre temps.

évolution de l’émission des bitcoins sur le marché – Source : Insti / Wikipédia

évolution de l’émission des bitcoins sur le marché – Source : Insti / Wikipédia

Avant de poursuivre, autant le dire tout de suite : même avec votre PC dernier cri, vous ne minerez quasiment rien. En effet, seule la première machine ayant terminé le calcul est gratifiée de Bitcoins. Dans cette compétition où le plus rapide gagne, il faut donc énormément de puissance de calcul pour rivaliser avec les autres mineurs qui utilisent désormais des processeurs spécifiquement conçus pour le minage, les ASIC (Application Specific Integrated Circuit) et sont en outre bien souvent regroupés en clusters ou en pools. Des tutoriels de minage existent toutefois, pour les plus curieux ou les plus courageux.

3/ Combien vaut le Bitcoin ?

Fin janvier, le Bitcoin valait environ 950 dollars, soit un peu plus de 700 euros. Pas mal pour une monnaie qui ne valait que quelques millièmes de dollars à sa création en 2009 ! Comment expliquer une telle ascension ? D’une part, le Bitcoin attise la curiosité, ce qui alimente la demande. D’autre part, le contexte économique y a sans doute joué : la chute de Lehman Brothers, qui a marqué le début de la dernière grande crise économique mondiale, a eu lieu fin 2008, ce qui a poussé à la recherche de nouvelles valeurs alors que le dollar dévissait. L’affaire Wikileaks, qui avait conduit fin 2010 le site de Julian Assange à accepter le BitCoin comme moyen de soutien financier, y a sans doute contribué également. Bref, plusieurs événements précis ont sans doute fait escalader le cours du Bitcoin, mais la principale cause reste sans doute la simple activité spéculative. Aujourd’hui, environ 12 millions de Bitcoins sont en circulation, soit 11.4 milliards de dollars au cours actuel (8.5 milliards d’euros). Un chiffre qui peut paraitre impressionnant mais qui est finalement bien peu au regard des sommes délirantes qui transitent chaque jour sur les marchés financiers.

4/ Le Bitcoin est-il anonyme ?

C’est un peu l’idée reçue véhiculée par cette monnaie : non, le Bitcoin n’est pas anonyme. Tout au plus garantit-elle un certain niveau de confidentialité, mais en aucun cas l’anonymat. En fait, le Bitcoin est même assez transparent : chaque Bitcoin possède l’historique de ses transactions, historique qui est public. En somme, il est possible de savoir par quels portefeuilles a transité le moindre Bitcoin depuis sa création : une traçabilité qui n’a rien à voir avec celle de la viande contenue dans vos lasagnes surgelées !

Ceci étant dit, des moyens existent pour rester discret. Le but de cet article n’est pas de les énumérer, mais il est par exemple notamment possible d’augmenter la confidentialité des transactions en diversifiant ses adresses Bitcoin, une pour chaque type de transaction.

On associe souvent le Bitcoin à l’anonymat total et donc aux activités illégales telles que le blanchiment d’argent sale ou la vente de stupéfiants. C’est vrai dans une certaine mesure : cette monnaie était largement utilisée sur des sites du dark net comme Silk Road, fermé récemment par le FBI. Elle servait à acheter des cartes de paiement contrefaites, de la drogue ou encore des armes. Mais cela reste à analyser avec des pincettes : certes, la cryptomonnaie a servi à des échanges rigoureusement interdits, et elle continue de le faire. Mais cela est aussi le cas pour le dollar, l’euro, le yen, la roupie, etc., n’importe quelle autre monnaie en fait. Ce n’est pas parce que le Bitcoin est une monnaie virtuelle que cela en fait un paradis pour les truands. Une petite comparaison pour relativiser : pour l’année 2013, rien que pour les drogues, on estime le marché à 200 milliards d’euros. Silk Road aurait quant à lui généré seulement 890 millions d’euros entre 2011 et fin 2013…

5/ Le Bitcoin, quelles limites ?

On l’a vu, cette monnaie virtuelle innovante dispose de qualités certaines. Mais elle n’est pas pour autant parfaite, et ses limites sont régulièrement montrées du doigt par des politiques, des économistes ou des chercheurs, d’ailleurs pas forcément toujours de bonne foi.
D’un point de vue technologique, on peut noter que le stockage des données relatives aux transactions (les numéros de compte, les montants en jeu) est réalisé sur des disques durs de simples ordinateurs, le système étant décentralisé. La question de la sécurité des données peut donc se poser.

Ensuite, bien qu’ouvert à tous, le minage de Bitcoin est devenu en pratique une activité réservée aux mineurs professionnels. Couplé au fait que cette monnaie est émise de plus en plus lentement, on constate qu’il sera donc, à terme, extrêmement difficile, si ce n’est impossible, de s’en procurer par le biais du minage.

Ce qui nous amène aux limites politico-économiques du Bitcoin. La plupart des banques centrales voient d’un mauvais œil l’engouement suscité par cette monnaie. Rapports, alertes, mises en garde, il ne se passe pas un mois sans que ces organismes n’en remettent une couche. Par peur, sans doute, puisque ce genre de monnaie leur fait de l’ombre…

Parmi les critiques formulées, on évoque souvent le risque inhérent (comme si les marchés financiers en étaient dénués), l’absence de cadre légal, ou encore la ressemblance avec l’arnaque pyramidale ou système de Ponzi, dans lequel les premiers utilisateurs bénéficient de l’argent des nouveaux adhérents (autrement dit, une arnaque à la Madoff). Cela s’applique-t-il au Bitcoin ? Certes, les premiers Bitcoin n’ont pour ainsi dire rien coûté aux mineurs, tandis que les nouveaux utilisateurs doivent lourdement investir pour s’en procurer. Pourtant, cela n’en fait pas un système de Ponzi : tout le monde peut s’assurer de son fonctionnement, il n’existe pas d’entourloupe destinée à masquer la vérité, ce qu’on retrouve dans ce type d’arnaque à grande échelle. (Pour convaincre ses clients, Madoff leur montrait par exemple une fausse salle de marchés).

Enfin, parmi les dernières critiques que l’on peut formuler à l’égard du Bitcoin, c’est que pour l’instant elle n’a pas vraiment changé notre rapport à la monnaie, notamment en ce qui concerne son accumulation. Alors qu’on attend des monnaies alternatives une dynamisation des échanges, la tendance observée est plutôt à l’accumulation (près de 80% des Bitcoins dorment sur des comptes) et à la spéculation. Son caractère virtuel n’encourage pas non plus les échanges commerciaux locaux.

Expérimentation encore inachevée, le Bitcoin n’a, quoi qu’il arrive, pas fini de faire parler de lui. Et si on venait à l’oublier, il y a fort à parier qu’il serait vite remplacé par d’autres monnaies virtuelles : inspirés de memes et de la culture web, les très sérieux Dogecoins, Nyancoins et autres Shitcoins connaissent déjà le succès auprès du public.

very currency wow much coins

very currency wow much coins

 Il fallait s’y attendre, Kanye West a poursuivi en justice les créateurs du CoinYe West

Il fallait s’y attendre, Kanye West a poursuivi en justice les créateurs du CoinYe West