[Trolling] Wikipedia bloque le ministère de l’Intérieur pour « foutage de gueule »

Sur le web

Par Elodie le

Wikipedia est une encyclopédie participative mais il ne faut pas trop exagérer. Lorsque les petites mains de la place Beauvau font tout et n’importe quoi, elle dit stop. Privé d’accès pendant un an.

troll_wikipedia_bloque_ministère_intérieur_

C’est l’information trolling du jour rapportée par le Canard Enchaîné dans son édition du 13 janvier : Wikipedia a sévi face aux personnels du ministère de l’intérieur chargé de mettre à jour la page Wikipedia de la place Beauvau : entre les modifications tous les quatre matins et les insultes (avec fautes d’orthographes en prime), l’encyclopédie a dit : « Il suffit ».

Le Canard Enchainé rapporte ainsi les motifs avancés :

Le 18 décembre, l’adresse IP 212.234.218.196 s’est retrouvée bloquée pour une année entière [par Wikipedia]. Motif : ‘attitude non collaborative […], passage en force’ et ‘foutage de gueule’.

« Foutage de gueule », vous avez bien lu. Face à tant d’impudence et d’irrévérence, une seule solution : le blocage d’accès pur et simple pendant un an. Toute personne se connectant depuis cette adresse IP propre au ministère de l’Intérieur (comme toute adresse IP rattachée à un seul et même réseau), ne pourra donc plus modifier le contenu de l’encyclopédie.

« Il ne faut pas pousser Mémé dans les orties ». Le Canard Enchaîné donne quelques détails :

Le 21 août, l’un d’eux a effacé une partie de la fiche de présentation de l’encyclopédie avant d’écrire « sale batar » (sic) sur une autre page. Le 9 décembre, le ministère a même fait l’objet d’un signalement pour « vandalisme répété ». Avec, en guise de ‘dernier avertissement’, ce message adressé par des gestionnaires du site […] : « Veuillez cesser immédiatement toute dégradation de Wikipedia. Au prochain acte de vandalisme, vous serez interdits en écriture. »

.
Un avertissement qui n’aura pas suffi puisque les vandales ont continué leurs forfaits. Bernard Cazeneuve serait avisé de faire le ménage parmi ses troupes. Des récidivistes qui plus est : le Canard explique en effet qu’ « En 2013 déjà, un poulet avait tenté à six reprises, en l’espace d’une demi-heure, de modifier la fiche du préfet de police de l’époque, Bernard Boucault, afin d’effacer la trace de ses démêlés avec les opposants au mariage pour tous. Cet épisode avait alors valu au ministère d’être temporairement interdit de Wikipedia. »

Il n’y a plus de respect ! Néanmoins, les agents de la place Beauvau pourront poursuivre leur délire puisque Rue 89 précise que « l’adresse IP ne représente pas la totalité des connexions depuis les services du ministère de l’Intérieur. Loin de là : il existerait au total 256 adresses possibles soit 255 toujours libres d’accès ».

L’honneur est (presque) sauf…

Source: Source