Tesla interdit d’avance d’utiliser sa voiture autonome pour la rentabiliser avec Uber

Automobile

Par Gaël Weiss le

Tesla a déjà pensé à la façon dont ses utilisateurs pourraient exploiter leur voiture entièrement autonome. Et la firme américaine interdit d’avance d’utiliser sa voiture afin qu’elle rapporte de l’argent, en la « sous-louant » à des services comme Uber ou Lyft.

tesla-x-01

Il suffit de se projeter dans un futur pas si lointain pour imaginer la scène. Nous sommes en 2025 et vous venez tout juste d’acheter une Tesla Model X flambant neuve. Voilà une semaine que vous allez au travail avec elle tous les matins. Cette voiture est entièrement autonome depuis qu’Elon Musk a annoncé en octobre 2016 que toutes les Tesla étaient entièrement pourvues de nouveaux capteurs lui permettant de se débrouiller toute seule, sans que vous ayez à mettre les mains sur le volant. Les trajets d’aller et de retour sont fantastiques : bien calé dans votre fauteuil, vous avez tout le loisir d’avancer dans The Elder Scrolls VII sur votre Switch U (oui, désolé) sans vous soucier de la route. Le futur est confortable, reposant et bien plus sécurisé qu’il y a 10 ans.

Que faire de ma voiture autonome quand je ne l’utilise pas ?

Mais en arrivant au boulot, au moment de fermer la portière à clé, vous vient une idée. Une bonne idée. Au lieu de faire moisir votre voiture sur le parking du travail, pourquoi ne pas faire en sorte qu’elle aille des réaliser des courses avec votre compte Uber ? Après tout, tout comme vous, elle peut elle aussi aller trimer pendant les 10 prochaines heures et rapporter un peu d’argent en transportant des passagers toute la journée. Vous n’avez non seulement rien à faire mais en plus cela permettra d’amortir le prix de la voiture… Cessez de rêver tout de suite, Tesla a déjà pensé à cette possibilité et vous l’interdit formellement.


Un aperçu de votre trajet pour aller au boulot dans 10 ans.

C’est ce que l’on découvre en effet en lisant le site officiel de Tesla et plus particulièrement la rubrique dédiée à l’Autopilot. « Notez s’il vous plaît que nous ne voyons pas de problème à l’utilisation d’une Tesla autonome pour le partage de véhicule avec des amis ou des membres de la famille. Mais dans le cadre d’une utilisation destinée à générer des revenus, cela sera uniquement possible sur le réseau Tesla (Tesla Network), dont nous parlerons l’année prochaine ». En d’autres termes, ne comptez pas vous faire de l’argent avec votre Tesla autonome sans l’accord ou la supervision de la marque.

Faire de l’argent avec sa voiture autonome, oui, mais uniquement avec Tesla

Mais qu’est-ce que ce mystérieux Tesla Network ? Contacté par The Verge, Tesla n’a pas voulu aux questions des journalistes. Mais le site web américain pense savoir que Tesla, par l’intermédiaire d’Elon Musk, a déjà réfléchi à la chose avec le deuxième chapitre du Grand Plan révélé lors de l’été dernier. On pouvait alors lire dans le manifeste :

« Il vous sera possible d’ajouter votre voiture à la flotte partagée de Tesla en pressant un simple bouton, que ce soit dans la voiture ou sur l’application Tesla. Cela permettra de générer un revenu pendant que vous serez au travail ou en vacances, permettant ainsi de mieux amortir le prix de la voiture, voire de faire des bénéfices. » Bref, louer, sa Tesla, oui, mais seulement sous l’égide bienveillante (et forcément intéressée) de la marque.