Navettes autonomes : elles pourront bientôt rouler sans humain à bord

Automobile

Par Anne Cagan le

Un nouveau décret pourrait autoriser le contrôle à distance de ces véhicules. Pour le moment, un opérateur doit être présent afin d’assurer l’arrêt en cas de problème.

Une navette autonome Transdev. Crédit image : Nicolas DUPREY/ CD 78 (Conseil Départemental des Yvelines) via Flickr.

Bientôt fini de discuter de la pluie et du beau temps avec le conducteur de bus ? La navette autonome s’apprête en tout cas à passer la vitesse supérieure. Selon nos confrères du Journal du Net, le gouvernement préparerait un projet de décret les autorisant à rouler sans la présence d’un humain à bord. Pour l’heure, un opérateur doit systématiquement être présent, non pas pour conduire le véhicule, mais pour l’arrêter en cas d’urgence.

Un opérateur pourra reprendre à distance le contrôle de la navette

Pas d’emballement: nous n’en sommes pas (encore) au stade où ces véhicules roulent sans surveillance aucune. Le décret impose en effet à l’opérateur de maintenir un contact visuel direct avec la navette afin de pouvoir reprendre le contrôle à distance si besoin. Quel intérêt alors? Selon le Journal du Net, cela pourrait peut-être autoriser les opérateurs à superviser plusieurs véhicules simultanément.

Le décret devrait dans tous les cas simplifier les expérimentations sur le sujet. On les a d’ailleurs vus se multiplier ces derniers mois. Les Parisiens ont ainsi pu essayer ce mode de transport innovant à plusieurs reprises l’an dernier. Au printemps, ce sont les Rouennais qui pourront tester trois parcours différents (avec 17 points d’arrêt) à bord des Zoé de Renault.

Dossier Voiture autonome : le conducteur, une espèce en voie de disparition ?