Dossier

[Dossier] La blockchain : l’avenir de l’industrie automobile ?

Crypto

Par Thibaut Boutrou le

La blockchain est une technologie polyvalente ayant la capacité de s’adapter à de nombreux, si ce n’est à tous les secteurs d’activité. Évidemment chaque secteur d’activité ne s’intéresse pas à cette technologie pour les mêmes raisons.

Dans cet article, nous allons faire un zoom sur le marché de l’automobile et analyser comment la blockchain peut jouer un rôle important dans cette gigantesque industrie. Nous verrons ainsi que les géants de l’automobile ne s’y sont pas trompés et sont déjà activement positionnés sur la Blockchain à l’image de Volvo, Jaguar, Lamborghini,…

Certifier l’authenticité du véhicule

Le mois dernier, l’Aventador S de Skyler Grey est devenue la première Lamborghini à être certifiée grâce à la technologie Blockchain. Ce véhicule unique entre dans un projet pilote nommé « Lamborghini Sicura » qui vise à protéger la voiture comme une œuvre d’art. Pour ce faire, c’est la blockchain de Salesforce qui a été utilisée. Son processus d’authenticité est axé sur deux points : éliminer la contrefaçon et certifier toutes les informations relatives au véhicule.

Pour comprendre en quoi la Blockchain est utile à Lamborghini, il faut se pencher sur le modèle de certification actuelle. Aujourd’hui, lorsqu’un véhicule est revendu, il passe entre 800 et 1000 inspections de certification au siège de la marque, en Italie. Ce processus monopolise du personnel et prend du temps entrainant logiquement des coûts importants. Grâce à la blockchain de Salesforce, Lamborghini numérise son processus d’authentification en créant un réseau de confiance entre techniciens, ateliers de réparation, concessionnaires et autres acteurs. Chaque véhicule sera livré avec un dossier infalsifiable comprenant de nombreuses informations sur l’historique du véhicule. Cette collaboration permet à la marque italienne d’augmenter encore un peu plus son expérience client et son image haut de gamme.

Adam Caplan, vice-président directeur de Salesforce annonce dans un communiqué « Nous sommes ravis de voir comment une marque aussi emblématique est capable d’innover et de transformer le marché automobile grâce à une technologie de pointe comme la Blockchain. »

La traçabilité pour prouver son engagement éthique

La traçabilité est une des caractéristiques très appréciées de la Blockchain. Dans le secteur de l’automobile, les groupes Volkswagen et Volvo Car ont fait appel à cette spécificité pour améliorer le suivi du cobalt, un minerai que l’on retrouve dans les batteries des voitures électriques.

La chaine d’approvisionnement de cobalt de nombreux groupes (Microsoft, BMW,…) a été plusieurs fois pointée du doigt ces dernières années. En cause, des enquêtes prouvant que l’exploitation du minerai était susceptible d’être la source du travail d’enfants dans des pays défavorisés.

Ainsi, grâce à la blockchain les deux groupes automobiles offres plus de transparences sur leurs chaines d’approvisionnement. Volkswagen expliquait que ce système couplé avec des audits réguliers permettait d’être en adéquation avec les exigences de conformité.

« Cette approche permet de créer un climat de confiance entre les participants tout au long de la chaîne d’approvisionnement », assure Volvo Cars.

Récompenser ses conducteurs en cryptomonnaies

Que diriez-vous d’être payé pour conduire votre véhicule ? C’est tentant non ? Ce concept est l’un des sujets étudiés en ce moment même par Jaguar Land Rover dans le cadre des services innovant de l’automobile connectés. Les conducteurs pourraient gagner de l’argent et effectuer des paiements durant leurs déplacements.

Ici, le groupe britannique utilise la technologie « smart wallet ». Elle permet au véhicule d’être en interaction constante avec les fournisseurs de services de navigation et les autorités. Ces derniers peuvent ainsi récupérer de nombreuses données comme le niveau de trafic ou l’état des routes. Ensuite, les conducteurs pourraient utiliser ces récompenses pour payer leur parking, le péage ou encore charger la batterie de sa voiture.

Jaguar Land Rover travaille en collaboration avec la fondation IOTA sur la partie blockchain afin de pouvoir effectuer et recevoir ces paiements. Ce système a la particularité de ne pas avoir de frais de transaction pour fonctionner.

Si vous pensez que ce concept est utopique, sachez que certains véhicules (des Jaguar F-Pace et des Range Rover Velar) dotés du « smart wallet » sont actuellement en circulation en République d’Irlande aux mains d’ingénieur du groupe.

Nick Rogers, Directeur exécutif de l’ingénierie des produits, Jaguar Land Rover annonce également dans un communiqué officiel « Notre centre de développement logiciel fait progresser l’utilisation de la cryptomonnaies pour améliorer la vie des gens, en permettant aux conducteurs de partager des données en toute sécurité et d’effectuer des paiements depuis leur véhicule. »

Et bien d’autres applications

Voilà quelques applications montrant que la blockchain est déjà bien ancrée dans le monde de l’automobile. En réalité, il y a bien d’autres applications qui auraient pu être en avant ici. Mercedes-Benz est très actif sur le sujet, en 2019, il annonçait travailler sur la blockchain pour optimiser la transparence et la responsabilité écologique de leur supply chain qui est actuellement très complexe, mais également pour déployer un crypto-wallet dans un esprit proche de celui de Jaguar. Son rival allemand BMW est également dans la course, l’an dernier, ils ont développé DOVU un système permettant une meilleure gestion des véhicules loués afin de préserver leur valeur marchande. Quelques mois plus tard, il formait avec Renault et Ford un groupe de recherche axé sur la blockchain : MOBI. Enfin, l’autre pointure allemande, Audi, a testé un système dont le but de superviser les étapes commerciales lors du processus d’importation de véhicules.

Les géants de l’automobile sont convaincus que la blockchain jouera très vite un rôle majeur dans leur industrie. Pour cette raison, tous à quelques exceptions près se sont déjà penchés plus ou moins concrètement sur le sujet. Depuis 2018, nous observons ces géants multiplier les tests dans le but d’optimiser leurs process. Alors l’avenir du monde automobile s’écrira-t-il avec la blockchain ? Il semble que la réponse soit oui. En effet, grâce à la blockchain, les groupes automobiles pourraient développer de nouveaux services pour leurs utilisateurs, améliorer leur image en étant plus transparents et réaliser des économies sur des nombreuses branches de leurs métiers.