[Débat] Quel avenir pour la 3D chez soi ?

C’est en ce mois d’avril 2010, que la 3D (stéréoscopique) va débarquer dans nos salons, Samsung, Sony, Panasonic ou encore LG vont en effet sortir les premiers modèles de TV 3D avec lunettes actives. C’est donc le moment de faire petit point sur cette « technologie » centenaire et sur son avenir…

LX900_CF090952_BD_ON

L’historique

(via numerama)

C’est Charles Wheatstone, dans les années 1840, qui est à l’origine de la technologie. Son stéréoscope consistait en deux grands miroirs formant un angle contre lequel s’appuie l’utilisateur, et à travers desquels il était alors possible de percevoir une image en relief. Mais c’est en 1844 que le physicien anglais David Brewster, inventeur du kaléidoscope, améliora la stéréoscopie à réflexion de Wheatstone pour la remplacer par un système de stéréoscopie à réfraction.

brewster

Les premiers stéréoscopes consistaient à envoyer, par un jeu de miroirs, deux images légèrement différentes entre elles à chaque oeil pour créer la sensation de relief. Ceux qui suivront y apporteront quelques améliorations, comme le stéréoscope à réflexion totale ne nécessitant plus qu’une seule image, ou le monostéréoscope qui permettait à plusieurs spectateurs à la fois de voir les images en relief.

En 1858 eu lieu la première projection d’images fixes en relief, celle de l’inventeur des anaglyphes, le physicien d’Almeida. Le professeur rendit possible la perception d’images stéréoscopiques sur un écran à l’aide de simples filtres verts et rouges. Louis Ducos Du Hauron finira de mettre au point ce système en 1981, qui préfigurerait déjà le cinéma stéréoscopique.

Comme c’est souvent le cas pour des technologies assez spécifiques, la 3D a connu diverses phases d’engouement. Traversant les générations, la 3D devient à la mode dans les années 50, où un certain nombre de films avaient même était réalisé ! Puis on en entend reparler dans les années 80, pour finalement voir des choses plus concrètes dans les années 2000 et une réelle considération par les industriels et le public.

Comment ça marche ?

Si nous voyons notre environnement en trois dimensions, c’est grâce à notre cerveau qui associe simultanément les informations captées par l’oeil droit et par l’oeil gauche. Mais pour recréer de la 3D sur un écran de cinéma ou sur une TV, ce n’est pas si simple !

Tout le monde connait les lunettes anaglyphes aux verres rouges et bleus qu’on nous offre encore avec un paquet de céréales… Rassurez-vous, même si cette technologie est encore utilisée pour des opérations marketing, les choses ont énormément évolué depuis quelques années. En effet, pour profiter de la 3D dans une qualité bien supérieure, une paire de lunettes dite polarisée vous sera nécessaire. Ces lunettes filtrent des dizaines d’images par seconde – dédiées à l’oeil gauche et à l’oeil droit – grâce à des obturateurs à cristaux liquides pilotés par infrarouge par exemple.

Il existe deux types de lunettes :

– les lunettes passives, successeur des lunettes rouges et bleues. Pour simplifier, à l’écran, une image est filmée pour ressortir via un filtre rouge et l’autre via un filtre bleu. Vos deux yeux voient bien chacun une image différente sur les deux projetée en même temps par deux projecteurs sur le même écran. Le rendu est en général assez bon, mais la qualité d’image est divisée par deux. De plus, cette technologie est plus couteuse, car les cinéastes doivent créer deux pistes (une pour chaque œil), alors que les lunettes sont elles bien moins chères.

– les lunettes actives, technologie poussée par l’industrie du cinéma et choisie par les industriels. Le principe consiste à projeter l’image en alternance : un coup pour l’œil gauche, un autre pour l’œil droit. Les lunettes intègrent des écrans LCD se polarisant en même temps que l’image. En résumé elles cachent un œil puis l’autre à tour de rôle. L’avantage de cette technologie est que chaque œil voit une image pleine (1920 x 1980) et la résolution est du coup bien meilleur. En contrepartie, l’obturation des verres provoque une perte d’information et le rendu couleur est un peu plus fade.

activ-passiv

Vous l’aurez donc compris, tout comme la majorité des cinémas équipés, les TV 3D disponibles embarquent la technologie active pour le moment du moins, car un jour l’idéal serait d’avoir une 3D sans lunettes…

Au passage, petit bémol pour les lunettes actives que peu de gens savent : en plus d’être vendues à prix d’or en complément d’une TV, il vous faudra regarder la TV assis bien droit dans votre canapé, car les lunettes doivent être l’horizontal pour fonctionner. En effet, si vous êtes couché sur votre canapé ou que vous penchez la tête, ça ne fonctionnera plus !

A noter aussi qu’il y a une différence entre les écrans LCD et les écrans Plasma. En effet, on sait que le temps de réponse joue énormément, il vous faudra donc des écrans certifié 3D ou 3D Ready ou encore à défaut avec une fréquence de 120Hz minimun. D’ailleurs, actuellement, les LCD (CCFL, LED, Full LED, etc …) sont moins performants que les Plasmas. A titre d’exemple, alors que chez Panasonic, on a droit à de vrais images en 1920x1080p (à raison de 60 images par secondes par oeil), chez les constructeurs LCD, ce sont des images en 1920x1080i.

Pas de panique cependant, à l’oeil nu et au jour d’aujourd’hui, on ne voit aucune différence mais peut-être que plus tard, quand la technologie sera parfaitement maîtrisée, on assistera à une grosse différence.

Quel contenu ?

Si aller voir un film en 3D au cinéma va devenir de plus en plus courant, mais également un peu plus couteux, regarder du vrai contenu 3D chez soi ne va pas être si simple.

En voyage de presse chez Sony Pictures la semaine dernière à Los Angeles, nous avons pu découvrir que le géant japonais croit énormément à la 3D. De la caméra professionnelle pour filmer en 3D, au studio de post production pour traiter les films en 3D, jusqu’à la TV 3D, Sony contrôle la chaine de A à Z, une chaine de création et de distribution que ses concurrents n’ont pas.

matos-3d

Les films d’animation 3D existent depuis quelques années déjà, mais le vrai défi va être de réaliser de vrais films en 3D ainsi que du contenu live. Car mis à part Avatar (et encore), Alice au pays des Merveilles ou encore le Choc de Titans, ce sont souvent des films tournés plus ou moins en 2D puis après adaptés à la 3D. En effet, filmer en 3D nécessite, pour les réalisateurs, de réapprendre en quelques sortes à faire un film, car pour avoir un réel effet 3D, l’approche et la manière de filmer sont totalement différentes. Récemment un seul vrai événement a été tourné entièrement en 3D, il s’agit du concert U23D du groupe U2 en 2008.

3d-film

Maintenant, si vous achetez une TV 3D, nulle doute que le contenu sera un des critères premiers pour vous, mais aussi un maillon essentiel pour imposer la technologie 3D dans nos foyers. Malgré tout, en 2010, alors que les écrans 3D arrivent sur le marché, il ne devrait malheureusement y avoir que 5 ou 6 Blu-Ray 3D disponibles d’ici la fin de l’année et à peine le double en 2011, du moins, pour la France. Heureusement, les constructeurs ont prévu une compensation à cela puisque leurs équipements permettent d’upscaler une source 2D en 3D, ça sera toujours mieux que rien au départ ! A tester quand même parce qu’on le sait tous, les solutions temporaires, ne sont justement que temporaires et ne remplace pas vraiment la technologie visée.

Côté TV, le groupe Canal+ a par exemple annoncé qu’une chaine 3D serait disponible en fin d’année également, espérons que d’autres suivront rapidement ! Sony filmera quelques matchs de la Coupe du Monde, mais ceux-ci ne seront pas visibles à la TV, il faudra aller dans des lieux publics ou au cinéma comme pour le Tournoi des 6 Nations. Rien à voir avec Sky qui, outre-Manche, diffuse déjà les matchs de la Premier League en 3D ! En gros, on peut dire que les deux ou trois ans qui arrivent vont être déterminants pour l’avenir de la 3D chez soi, car tout dépendra encore une fois du contenu.

Quel matériel ?

Série-LED8700_image-3D (1)

Dans quelques jours, les TV 3D de Samsung, Panasonic et LG devraient être disponibles avec en moyenne un prix de 2000/2500 euros (paire de lunettes incluse) pour une taille de 42″. Sony arrivera en juin avec des modèles sensiblement identiques en terme de prix, tout comme Philips qui préfère par contre vendre des TV 3D ready pour lesquels il faudra acheter en plus un kit 3D pour vraiment profiter de la technologie.

Sony_BDP-S770_Blu-ray_3D_Player_lg

Dans le même laps de temps, des lecteurs Blu-Ray 3D seront aussi disponibles, mais il faut noter que si vous avez déjà un lecteur celui-ci pourrait être compatible après une simple mise à jour du firmware, comme la PS3 d’ailleurs !

tdg-br100_ccw_ww_b-600

Enfin, les lunettes actives seront vendues en général séparément pour un prix moyen de 100 euros la paire. Attention, les paires de lunettes ne sont pas compatibles entre les différentes marques, car il n’y a pas encore de standard défini ou plutôt imposé.

Et vous alors ?

Les fabricants sont bien gentils de vouloir imposer la 3D aussi bien au cinéma que chez soi, mais vous, qu’en pensez-vous ?
Allez-vous acheter une TV 3D dès leur sortie ? Préférez-vous attendre de voir comment ça évolue ? Quel prix comptez-vous y mettre ?
Quel avenir voyez-vous pour la 3D ? Cela vous intéresse-t-il vraiment ?