Remember Me s’affranchit des stéréotypes

Par Cyril le

Le directeur créatif de Remember Me a déclaré vouloir s’éloigner des clichés habituels rencontrés dans les jeux vidéos.

Jean-Maxime Moris désire en effet pousser le joueur à s’interroger sur la relation que nous entretenons avec les réseaux sociaux. Et lorsqu’un journaliste de CVG lui fait remarquer que la plupart des blockbusters d’aujourd’hui mettent en scène « des hommes, des armes et une tonne de cibles », sa réponse est sans appel :

Le jeu vidéo est devenu un média très formaté, mais il s’agit toujours du plus puissant média au monde. Nous voulons faire les choses de manière différente. Et vous pourriez dire « homme blanc » à la place « d’homme ». Quel peut être le degré de bêtise de cette industrie pour que nous soyons arrivés à un point où on ne parie que sur les stéréotypes ?

Les gens sont nourris avec ce genre de choses, y deviennent habitués et en redemandent ensuite. Notre héroîne Nilis est une femme métis, son orientation sexuelle ne regarde qu’elle, et elle court, elle saute, elle grimpe, elle botte le cul des mecs… et elle fait tout ça dans un jeu qui ne contient pas une goutte de sang.
Nous avons fait le choix de dire à nos joueurs « regardez, vous pouvez avoir un jeu qui déchire, quelque chose de vraiment bon, sans passer par l’ultraviolence ».

Bien qu’on en sache peu sur le jeu en dehors d’une présentation assez classique clairement faite pour séduire les joueurs lors de son annonce, Remember Me est un des titres les plus prometteurs de 2013. L’ambiance du neo-Paris de 2084 promet déjà beaucoup, et on a hâte d’en savoir plus sur le jeu en attendant mai 2013.

stopwatch 2 min.