La 4G ne suffirait pas à sauver les opérateurs

Smartphone

Par Jerome Durel le

Attendue parfois comme le messie par certains utilisateurs, la 4G pourrait ne pas être la panacée pour les opérateurs. Selon une étude réalisée par Exane BNP Paribas et le cabinet Arthur D. Little citée par Les Échos, le relais économique offert par la 4G ne suffirait pas à compenser les pertes de revenus liées à […]

Attendue parfois comme le messie par certains utilisateurs, la 4G pourrait ne pas être la panacée pour les opérateurs. Selon une étude réalisée par Exane BNP Paribas et le cabinet Arthur D. Little citée par Les Échos, le relais économique offert par la 4G ne suffirait pas à compenser les pertes de revenus liées à la voix et aux SMS.

Si la 4G permettra aux opérateurs de proposer des forfaits avec de grosses quantités de données – 6,8, voire 10Go par mois – à des tarifs naturellement plus élevés ; les SMS et la voix sont de moins en moins utilisés, car concurrencés par les services de VoIP et de messagerie instantanée comme Facebook Messenger ou WhatsApp.

4g


D’après l’étude les revenus des opérateurs européens mobiles européens continueront donc à baisser de 2,6% par an entre 2012 et 2016. Pour les données, l’Arpu (revenu moyen mensuel par utilisateur) ne devrait ainsi passer que de 10 euros aujourd’hui à 12 en 2016.

Les opérateurs ne pourront pas se reposer sur la 4G seule pour renouer avec la croissance. Ils devront miser sur d’autres services rendus possibles par cette technologie. Jean-Laurent Poitou, responsable mondial de la stratégie et du développement pour le secteur Télécoms, Média et Technologie chez Accenture, mentionnait sur ZDNet la TV connectée par exemple.