Une puce sous-cutanée pour contrôler son état de santé

Gadget

Par Jerome le

Dans la lignée du tatouage thérapeutique, les chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Lausanne, en Suisse, ont mis au point un implant sous-cutané capable de mesurer en temps réel, diverses substances (comme le glucose) et contrôler ainsi son état de santé.

La chose a été présentée hier lors du congrès européen de design de systèmes électroniques ou DATE, à Grenoble. Elle ne mesure que 14 millimètres de long et seulement deux de diamètre, mais embarque 5 capteurs, une alimentation et un émetteur radio pour envoyer les données recueillies.

Elle ne possède toutefois pas de batterie. Pour qu’elle fonctionne convenablement, le patient devra porter un patch sur la peau – juste au-dessus de la puce – qui émet un champ magnétique capable de fournir l’énergie nécessaire (0,1 W). Le patch servira aussi à retransmettre les informations via Bluetooth à un smartphone ou une tablette, qui transmettra à son tour au médecin.

d5243f46-9151-11e2-bd38-eb973d14ac56-493x328
Cela ne devrait pas être trop gênant. (c) EPFL

Au rang des applications possibles on trouve bien sur le suivi des patients atteints de diabète, mais pas seulement. En monitorant d’autres substances, on pourrait aussi prévenir les attaques cardiaques ou encore juger de l’efficacité d’une chimiothérapie et ajuster les doses en conséquence.

Comme le note le Professeur Giovanni de Micheli qui dirige les recherches :

Cet implant pourrait améliorer la qualité de vie des patients qui aujourd’hui subissent des prises de sang régulières.

Il faudra encore quelques ajustements avant qu’elle arrive sur le marché, notamment augmenter sa durée de vie pour le moment limitée à un mois et demi. Les chercheurs espèrent pouvoir mettre l’implant sur le marché d’ici 5 ans. Un long parcours du combattant nécessaire pour effectuer des tests approfondis et obtenir toutes les autorisations nécessaires.

Source: Source