Free Mobile : la 4G est une “priorité”, refarming en vue

Smartphone

Par Jerome Durel le

Après Bouygues et SFR, Free a annoncé le premier septembre ses résultats financiers pour le premier semestre 2013 où l’opérateur annonçait notamment détenir 10% de parts de marché. Le document publié sur son site et à destination des investisseurs cachait quelques surprises à propos de la 4G, repérées par Numérama. Trois bandes Iliad indique en premier lieu que la 4G est une “priorité” et s’explique […]

Après Bouygues et SFR, Free a annoncé le premier septembre ses résultats financiers pour le premier semestre 2013 où l’opérateur annonçait notamment détenir 10% de parts de marché. Le document publié sur son site et à destination des investisseurs cachait quelques surprises à propos de la 4G, repérées par Numérama.

Trois bandes

Iliad indique en premier lieu que la 4G est une “priorité” et s’explique un peu sur le stratégie qui sera adoptée pour lancer son réseau. La société indique ainsi posséder 20 MHz sur la bande-fréquence de 2 600 MHz.

C’est bien, mais ce n’est pas tout, car l’opérateur mentionne également le “refarming” de la bande de 1 800 MHz en 4G. Tour de passe-passe bienvenu pour Free Mobile dont la 4G tarde à arriver.

article_free

Léger retournement de veste pour l’opérateur. En effet, ce dernier avait vivement critiqué Bouygues pour sa réaffectation en déposant même un recours devant le Conseil d’État, jugeant que l’autorisation de l’ARCEP créait une distorsion concurrentielle.

On apprend enfin que Xavier Niel mise gros sur la bande de 700 MHz (utilisée actuellement pour la TNT) que l’ARCEP devrait libérer en 2015.  Free juge d’ailleurs que le timing est “favorable”.

50% de la population couverte 

Sur un sujet distinct, mais lié, le document nous apprend également que l’opérateur couvre désormais 50% de la population sur son propre réseau grâce aux 3799 antennes (dont 1158 4G) répertoriées par antennesmobile.fr (qui tire ses chiffres de l’Agence National des Fréquences).

Fort de ces chiffres, Free réaffirme qu’il arrivera à atteindre son nouvel objectif de 75% de la population couverte en propre d’ici 2015. Rendu possible notamment grâce à une mutualisation des réseaux qui peut être une “opportunité”. La chose n’a d’ailleurs pas échappé à Bouygues et SFR