Trop de smartphones en Corée du Sud ?

Smartphone

Par Pierre le

Qu’arrive-t-il quand un marché national est saturé en termes de téléphonie ? Nous devrions très bientôt le savoir. En effet, la Corée du Sud est le premier marché mondial qui connaît un point de saturation au niveau des smartphones et tablettes. Ici, nous parlons bien de smartphones et non de feature phones. La Corée du […]

Qu’arrive-t-il quand un marché national est saturé en termes de téléphonie ? Nous devrions très bientôt le savoir. En effet, la Corée du Sud est le premier marché mondial qui connaît un point de saturation au niveau des smartphones et tablettes.

KOREA

Ici, nous parlons bien de smartphones et non de feature phones. La Corée du Sud compte 48 millions d’habitants et 33 millions de smartphones et tablettes en circulation. Autant dire que presque 100 % des personnes en âge de posséder un smartphone en ont un dans la poche. Une situation inédite sur le marché sur laquelle s’est penchée le cabinet Flurry. La société voit en effet dans la Corée du Sud un cas intéressant, une sorte de laboratoire grandeur nature qu’il faut surveiller de très près.

La première conséquence du marché saturé, c’est bien entendu une croissance ralentie dans le secteur concerné. Ainsi entre août 2012 et août 2013, le marché des smartphones a bondi de 81% à l’international. En Corée, ce même marché n’a connu qu’une progression de 17% et ce chiffre devrait encore baisser cette année. Un cas qu’il faut surveiller de près, puisque ça arrivera bien un jour chez nous.

Sans surprise, c’est Samsung qui domine le marché coréen, le constructeur ayant 60% de parts de marché. De même, notons une bonne performance des phablets, qui chipent 41 % du marché national, alors que ce chiffre ne s’élève qu’à 7 % au niveau mondial.

Si tous les coréens ont un smartphone, il va donc falloir innover pour continuer à vendre, selon l’étude. C’est là qu’entre en jeu les objets connectés, comme les montres, ou les smartphones à écran flexible. Une étude de cas très intéressante, qu’il faudra suivre avec beaucoup d’assiduité.

Source: Source