Pour se protéger de la NSA, le Brésil et l’Europe vont travailler ensemble

Sur le web

Par Pierre le

La semaine dernière, nous vous parlions de la volonté Européenne d’éviter les États-Unis sur Internet en créant un réseau de communication 100% européen. Un projet qui n’a finalement pas séduit François Hollande qui a rejeté l’idée. Néanmoins, aujourd’hui, un pas a été fait dans un réseau évitant les États-Unis. Un pas qui a été réalisé avec le Brésil.

Undersea_cable_laying

En effet, lors du 7eme sommet UE Brésil, qui s’est tenu à Bruxelles, un accord a été trouvé entre les deux parties. Le but est d’éviter que les informations passent par les États-Unis, territoire de la NSA. Pour cela, un câble sous-marin va être installé entre l’Europe et le Brésil, afin d’échanger des flux de données sans faire un détour par le pays de l’oncle Sam.

Le câble sera déployé l’année prochaine et reliera Lisbonne à Fortaleza, au Brésil. Il sera financé par Telebras et IslaLink Submarine Cables, respectivement brésilien et espagnol. Le tout sera financé par des fonds d’investissements européens et brésiliens et va coûter 135 millions d’euros, selon la président brésilienne Dilma Roussef.

Techniquement, il existe déjà un câble reliant le Brésil à l’Europe. Mais celui-ci est vieux et dépassé technologiquement. Il ne sert aujourd’hui qu’aux communications vocales. Pour établir la communication avec l’Europe, le Brésil devait alors passer par les États-Unis. Mais depuis l’affaire Snowden, la révélation de l’espionnage de la NSA sur la présidente Roussef et les dirigeants Européens, les choses se sont compliquées.

Certes, tout cela ne va pas créer un réseau de communication 100% Européano-Brésilien, mais cela va permettre au moins d’éviter de passer par les USA dans le cas d’échange de données entre les deux parties.

Source: Source