L’Intel ISEF : l’E3 des jeunes scientifiques

Evénement

Par Anh Phan le

À la veille de l’été, le soleil de Los Angeles se fait sentir sur nos visages, le Convention Center est toujours aussi grand mais cette fois-ci on n’y est pas pour l’E3, du moins, pas encore. En effet, on est encore en mai et le plus grand salon des jeux-vidéo ne commencera pas avant le mois de juin.

Pourquoi est-on au Convention Center de Los Angeles (« Elle Aye » pour les intimes) alors ? Pour l’Intel ISEF 2014 voyons ? Mais qu’est-ce que l’ISEF ? C’est en fait l’International Science and Engineering Fair, la plus grande compétition scientifique mondiale réservées aux lycéens. Nous y étions et c’était très intéressant.

isef-2014-live-01

C’est quoi ? Et pourquoi ?

Déjà, pourquoi le Journal du Geek ? Tout simplement parce que le Geek qui sommeille en nous s’intéresse forcément aux sciences et qu’on ne se limite pas forcément à l’électronique grand public, aux comics, au cinéma ou encore aux jeux-vidéo. Les sciences représentent notre futur, tout comme les lycéens qui y participent. Après une compétition acharnée au niveau régional puis national, les meilleurs participants de tous les pays se retrouvent pour la grand finale, avec à la clé plus de 5 millions de dollars en gains et aussi l’assurance éventuelle d’une bourse d’étude, très prisée aux États-Unis.

ISEF_Logo_LA

L’ISEF est organisée par la Society for Science & the Public, une association à but non lucratif dédiée à l’éducation et la recherche scientifique. Elle a été créée en 1950 par la National Science Fair et est principalement sponsorisée par Intel depuis 1997 pour promouvoir les mathématiques et les sciences qui, apparemment, subissent un désintérêt depuis quelques temps de la part des lycéens du monde entier.

isef-2014-live-03

Pour cette édition 2014, ce n’est pas moins de 1700 lycéens finalistes, de plus 70 pays, qui se sont retrouvés à Los Angeles pour les finales. On était un peu déçus d’apprendre que la France n’était représentée que par une seule équipe alors que d’autres pays alignaient pas moins de 5 équipes dans des domaines aussi divers que variés. Voici les différents thèmes et tous les projets, le grand gagnant repartait avec le Gordon E. Moore Award, un prix de 75.000$ offert par Intel Foundation. Les second et troisième repartaient avec le Intel Foundation Young Scientist Award, soit un prix de 50.000$ chacun.

isef-2014-live-25

Mais ce n’est pas tout puisque le meilleur de chaque catégorie recevait aussi un prix, tout comme les trois suivants, tous de la part d’Intel Foundation. Cependant, la firme américaine n’est pas le seul sponsor et différentes sociétés et écoles y sont aussi allées de leur prix et surtout bourse d’étude, comme ce fut le cas pour la West Virginia University. C’est ainsi que plus de 500 finalistes ont reçu prix et récompenses. Et parce qu’être finaliste, c’est déjà pas mal, Intel Foundation a récompensé tous les autres projets d’un prix de 1000$.

Intel Foundation

Vous connaissez déjà Intel, fondeur américain qui équipe en processeurs une bonne partie des ordinateurs de la planète. Néanmoins, il ne faut pas confondre avec Intel Foundation – qui appartient bien à l’entreprise américaine mais qui est totalement autonome. La Fondation Intel a été créée en 1989 et est une organisation philanthropique oeuvrant pour le développement de programmes éducatifs et culturels à travers le monde. Avec différentes subventions nationales ou internationales, Intel permet de venir en aide à l’éducation en introduisant les technologies dans les salles de classe et en développant l’intérêt autour des mathématiques et des sciences.

« Ainsi, la Fondation Intel sponsorise l’Intel Science Talent Search et l’Intel International Science and Engineering Fair (dont il est question aujourd’hui), deux programmes de la Society for Science & the Public. En outre, le Intel Schools of Distinction Award récompense les établissements scolaires américains qui mettent à profit les dernières innovations dans leurs salles de classe, tandis que l’Intel+UC Berkeley Technology Entrepreneurship Challenge supporte toutes les initiatives visant à créer un nouveau marché ou une nouvelle industrie.

En marge de ces différents programmes, la Fondation Intel est très impliquée auprès des enfants via l’Intel Computer Clubhouse Network et l’Intel Learn Program, qui encouragent et stimulent les enfants à découvrir la technologie, la manière dont elle peut résoudre des problèmes importants et installe une collaboration constante entre les gens et les peuples. »

isef-2014-live-06

Chaque année, la Fondation Intel essaie de financer des programmes partout dans le monde, dans l’éducation bien sûr, mais pas seulement. Pour en savoir plus, c’est par ICI.

Avant tout des lycéens

Je vous avouerais que c’était une grande première et je ne m’attendais pas à un tel engouement sur place. Il est vrai qu’en France on ne met pas assez en avant les concours scientifiques ou concours tout court d’ailleurs. En discutant avec l’équipe française, j’ai découvert que l’initiative venait d’un des trois élèves participants, ça en dit long sur l’implication de nos enseignants. C’est encore plus flagrant après discussion avec les autres pays où la majorité ont pris connaissance des concours scientifiques par leurs enseignants.

isef-off-marketing-live-04

L’ambiance était festive et tous les lycéens représentaient fièrement les couleurs de leur pays respectif. Ce fut une sorte de Coupe du Monde avant l’heure (Oui, je suis fan de foot et alors ? 😛 ). Lors de la cérémonie d’ouverture, voir les 70 pays participants défiler les uns après les autres était très rafraichissant. Les lycéens étaient fiers d’être là, la possibilité de rencontrer d’autres lycéens d’horizons divers ne pouvaient qu’être bénéfique pour leur culture personnelle. D’un autre côté, il ne pouvait en être autrement puisque les Américains savent organiser les salons et les rencontres de ce type.

isef-off-marketing-live-11

D’ailleurs, je m’attendais à quelque chose plutôt orienté amateur pour un concours de lycéens mais que neni. L’Intel ISEF, c’est le Convention Center avec des bâches dans tous le sens, du personnel pour vous orienter, pour les inscriptions, pour l’organisation générale, pour dépanner les étudiants en cas de problème matériel. J’étais vraiment impressionné par les moyens mis en place. Pour organiser la Geek’s Live chaque année et aussi découvrir d’autres salons, je peux vous dire que l’ISEF n’a rien à envier aux plus grands. Pour vous donner une idée, c’est aussi bien organisé que l’E3 par exemple et donc à des années lumières de ce qu’on fait en France. C’est grand, impressionnant et sans doute mieux pour préparer le futur.

Les Projets

En sachant que c’était un concours réservé aux lycéens, à quoi pouvait-on s’attendre ? Quel était le niveau, la faisabilité et le sérieux des projets ? Bref, j’avais tout un tas d’apriori en tête mais ça, c’était avant de découvrir ces fameux projets.

isef-2014-live-27

Parce que oui, j’ai été impressionné. Ne serait-ce déjà que par le projet de nos petits frenchies : une mousse liquide capable d’absorber la radioactivité en cas de fuite. Alors oui, ça reste encore très théorique mais la faisabilité était réelle et ça, c’est impressionnant. En découvrant les allées et en rencontrant quelques un des 1700 élèves, je suis tombé sur des projets plus intéressants les uns que les autres. Mais c’est surtout la diversité des projets qui a rendu la visite de l’Intel ISEF très riche et intéressante. Par exemple, j’ai pu découvrir le projet d’une élève qui consistait à utiliser la peau de porc pour recréer de la peau humaine et ainsi s’en servir dans le cadre d’une greffe. Oui, contrairement à ce qu’on peut croire, la peau de cochon est plus proche de la peau humaine que la peau de singe. Ou encore la possibilité de commander des petites voitures sur un circuit électrique par la simple pensée. D’autres élèves se sont aussi focaliser sur les effets des réseaux sociaux sur notre concentration dans la vie de tous les jours. Je vous passe aussi tous les projets médicaux où je n’ai pas compris un traitre mot. Ou bien la création de gants à destination des aveugles qui intègrent une caméra capable de lire n’importe quel texte (en anglais) et de le synthétiser vocalement. Ces gants intègrent en plus des capteurs ultrasons qui permettent ainsi aux aveugles de ressentir des vibrations dès lors qu’ils s’approchent de trop près d’un obstacle. Dans les exemples, je finis sur le projet d’une jeune bulgare qui a redéfinie la conception des panneaux photovoltaïques afin de les optimiser et capter plus d’énergie.

isef-2014-live-10

Bref, je ne vais pas pouvoir énumérer tous les projets mais je vous avoue que j’ai vraiment été agréablement surpris de la diversité et du sérieux des projets. Du côté informatique, on notera surtout que le sujet qui intéressait le plus les élèves, c’était la sécurisation des données avec différentes méthodes de cryptage notamment. Mon plus grand malheur durant ces quelques jours, fut de découvrir le salon pour la première fois, du coup, je ne sus pas trop par quoi commencer, si ce n’est essayer de découvrir un maximum de choses. Mais comme souvent, à force de vouloir tout essayer, on ne fait pas tant de choses et avec tous les projets sur place, j’ai eu cette sensation d’ingurgiter trop d’informations et de ne plus rien comprendre au final 😛 L’avantage, c’est que la prochaine fois, je saurais comment m’y prendre, ça me rappelle un peu mes toutes premières fois au CES, à l’E3 ou encore à l’IFA.

Les grands gagnants

isef-off-winners-live-03

Pour toutes compétitions, il y a des gagnants. Et c’est Nathan Han de Boston, 15 ans, qui a gagné le premier prix Gordon E. Moore, soit 75.000$ tout de même. Lennart Kleinwort (Allemagne) et Shannon Lee (Singapour) complètent le podium et remportent chacun 50.000$. Pour faire simple, Nathan Han a développé une machine (ou plutôt un logiciel) capable d’étudier les mutations du gène lié au cancer du sein. Nathan s’est servi des différentes bases de données publiques disponibles et a examiné en détail les caractéristiques des multiples transformations du gène suppresseur de tumeur BRCA1 afin d’apprendre à sa machine comment différencier les mutations qui mènent au cancer du sein des autres. Avec 81% de précision, son logiciel s’est montré particulièrement précis et pourra aider à mieux identifier les mutations du gène BRCA1.

isef-off-winners-live-01

Lennart Kleinwort, 15 ans aussi, a développé un nouvel outil mathématique à destination des smartphones et des tablettes qui permet à l’utilisateur de dessiner des courbes, lignes et autres formes géométriques et de voir le système générer des formules et équations correspondantes ! On finit avec Shannon Xinjing, 17 ans, qui a développé une nouvelle technologie à destination de nos chères batteries. À base d’aubergines carbonisées, les résultats sont meilleurs que les batteries lithium-ion et surtout, ces futures batteries coûteraient moins cher et seront plus écologiques. Avouez que c’est quand même impressionnant tout ça !

Voici sinon la liste des autres lauréats par catégorie :

ISEF - Liste Gagnants

Au final

« Le monde a besoin de plus de scientifiques, d’inventeurs et d’entrepreneurs afin de créer de nouveaux jobs, d’aider à la croissance économique et résoudre divers challenges mondiaux » a précisé Wendy Hawkins, Directeur Exécutif d’Intel Foundation. « Intel est certain que ces jeunes sont la clé pour l’innovation, et nous espérons que ces gagnants et finalistes inspireront de plus en plus d’étudiants vers les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques« .

isef-off-awards-ceremony-live-03

Comme je l’ai déjà dit plus haut, j’ai aimé la bonne ambiance, l’engouement, le fair play des participants. Très honnêtement, je vais me répéter mais je m’attendais à tout sauf à ça. Les projets, même s’ils ne sont pas tous réalisables, démontrent à quel point il y a encore tant de choses à faire et à découvrir. Alors oui, pour l’ISEF, Intel était le grand sponsor mais il faut savoir qu’aux États-Unis, les grandes entreprises financent d’autres concours de ce type et comme l’esprit de compétition est extrêmement développé Outre-Atlantique, cela se ressent dans l’ambiance générale. Les étudiants sont là pour gagner. C’est vraiment dommage que les français n’ait pas été mieux représentés, faute, d’après les étudiants sur place, à un manque de motivation de la part du corps enseignant.

isef-off-awards-ceremony-live-07

Si vous aimez les sciences, parlez-en à vos professeurs afin qu’il puissent éventuellement vous permettre de participer aux différentes compétitions nationales avant d’aller voir du côté de l’international et décrocher le gros lot. C’était vraiment sympa et si j’avais su, j’aurais sans doute voulu y participer !