[MàJ] Ils risquent la prison pour avoir triché dans un jeu vidéo (peut-être à raison, finalement)

Par Corentin le

[MàJ – 14h38] Kotaku révèle du nouveau concernant l’affaire des tricheurs de Sudden Attack.

Apparemment, les trois mineurs derrière les tricheries se seraient fait 80 000 $ en revendant ces cheats.

Dans un communiqué, l’éditeur Nexon a même déclaré de pas avoir eu connaissance de l’identité des tricheurs avant de demander à la police d’enquêter.

Le devoir de Nexon est de procurer un environnement équilibré et amusant pour tous les joueurs. Ayant reçu un grand nombre de plaintes et de réclamations concernant les tricheurs, nous avons décidé d’aller voir la police pour régler cette affaire. Une fois l’enquête lancée, la police nous a contactés pour obtenir des informations supplémentaires et nous avons coopéré à la procédure. La société n’était pas consciente que des mineurs étaient impliqués, ou avaient un rôle précis, dans l’utilisation et la vente d’outils [de triche] avant que les progrès de la police n’aient attiré notre attention sur ces faits. La police a décidé d’elle-même de lancer une procédure judiciaire, car ils avaient le droit de lancer des poursuites pour entrave à l’activité économique de leur propre volonté. Il n’était pas de notre ressort de lancer ou non une procédure. Depuis le début, le fait de contacter la police a simplement été motivé par notre volonté de défendre notre réputation d’entreprise auprès des joueurs.

Ces dernières informations changent quelque peu la donne.


[Article original]

Un éditeur de jeu vidéo attaque 3 joueurs japonais pour avoir triché dans un FPS en free to play. Le jeu, c’est sérieux.

CheatPrison

Vous n’avez peut-être jamais entendu parler de Sudden Attack, mais il s’agit d’un FPS sur PC en free to play assez populaire au Japon. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que son éditeur, Nexon, n’y va pas avec le dos de la cuiller avec les tricheurs.

Trois jeunes joueurs âgés de 17 à 18 ans ont fait l’objet de poursuite par l’éditeur pour avoir triché sur le jeu. Et quand on parle de tricher, c’est comme quand vous tombez sur des relous qui utilisent de l’auto aim sur Counter Strike ou des outils pour voir à travers les murs. Ça n’apporte pas grand-chose à ces joueurs, sinon le plaisir d’embêter les autres joueurs et de gonfler artificiellement son score.

Kotaku, qui rapporte cette histoire, a réuni plusieurs vidéos de cheats qui auraient pu être utilisés.

Nexon affirme que l’utilisation répétée de ses outils a été dommageable pour la société et pour le jeu. Très bien. Et sinon, Nexon, le bannissement, vous en pensez quoi ? Ça peut être tout aussi efficace et moins cher en frais de justice, non ?

stopwatch 2 min.