Facebook a-t-il plagié Room avec Rooms ?

culture geek

Par Elodie le

Deux entrepreneurs français accusent Facebook d’avoir plagié leur application lancée un mois avant le géant du net. Une accusation à laquelle Facebook n’a pas encore réagi. Coïncidence ou plagiat ?

facebook_rooms_plagiat_room

Lancée le 23 octobre, ‘Rooms’, l’application de Facebook, revenait à la genèse d’Internet en offrant la possibilité de créer des chatrooms et d’interagir via des ‘chambres’ de discussions privées.

Deux entrepreneurs français, Frank-David Cohen et Damien Rottemberg, accusent aujourd’hui Facebook d’avoir littéralement copié leur application de discussion anonyme, Room , lancée le 18 septembre sur l’Appstore (disponible en français et en anglais). Outre l’évidente similarité du nom de l’application : Room pour les Français, Rooms pour la version de Palo Alto, d’autres similitudes apparaissent et jettent le trouble.

L’application, dont le slogan est « What happens in the Room stays in the Room », permet la création de « mini réseaux sociaux » et a été décrite de cette manière par Franck-David Cohen son co-fondateur, lors d’une interview donnée à nos confrères de FrenchWeb :

Room permet de créer des mini réseaux sociaux privés, confidentiels et sécurisés, qui regroupent jusqu’à 500 personnes. Il n’y a pas de profil compliqué à remplir, juste un pseudo et une photo. La création d’un réseau – appelé une room – ne prend que quelques secondes. Les utilisateurs peuvent le rejoindre par invitation ou avec un mot de passe. Si l’invité n’a pas encore l’application, il reçoit un SMS d’invitation. L’intérieur d’une Room est un mur où les membres peuvent partager textes et médias, commenter, liker et se parler en aparté dans un chat privé.

room_appstore

Alors quand Facebook lance Rooms un mois plus tard c’est l’effarement, d’autant qu’il compte des dirigeants de la plateforme parmi ses amis Facebook.

« Qu’une appli similaire avec un nom différent sorte aurait pu être une coïncidence. Il existe déjà d’autres produits sur le même principe. Mais je ne peux pas croire un seul instant que Facebook a sorti son appli sans savoir que le nôtre existait. J’ai, parmi mes amis Facebook des dirigeants du réseau social. Ils ont forcément vu dans mes statuts que je sortais cette appli », a-t-il expliqué à 01net

.

Il explique d’ailleurs le déroulement du projet et tente de comprendre d’où a pu partir la fuite : « Nous avons travaillé d’arrache-pied pendant huit mois sur ce projet. Nous avons fondé une entreprise en mars dernier et nous avons entamé en même temps des démarches pour déposer le nom ‘Room’. Nous venions de commencer un tour des investisseurs pour faire une levée de fonds. Certains sont évidemment très proches du monde de la high-tech. La fuite est peut-être venue de là ».

Cependant, les entrepreneurs français n’entendent pas s’en laisser compter, quand bien même le combat s’annonce titanesque et inéquitable, ils envisagent de poursuivre Facebook en justice sur leur territoire, aux États-Unis : « Aujourd’hui, ils nous empêchent clairement d’exister. Ce comportement est un doigt d’honneur à l’entrepreneuriat et à la créativité », tempête Franck-David Cohen.

Un remake de David contre Goliath est donc annoncé très prochainement. Facebook n’a pas encore réagi à ces accusations de plagiat.

Source: Source