Espagne : Google devra payer les éditeurs de presse

Business

Par Membre rédacteur le

Google nourrit une relation particulière avec l’Europe, où la présence massive du moteur de recherche chez les internautes du vieux continent n’est pas sans provoquer quelques frictions avec les autorités de certains pays.

Bart_Simpson_Blackboard

C’est le cas en Allemagne et en France, mais également en Espagne : en décembre dernier, Google y était ainsi condamné à une amende de 900.000 euros pour avoir modifié en toute discrétion ses règles en matière de confidentialité.

Le pays est décidément un point noir pour l’entreprise américaine. Le Parlement espagnol a ainsi décidé que les moteurs de recherche et les agrégateurs d’actualité (Google News, en quelque sorte) allaient devoir mettre la main à la poche lorsqu’ils créent des liens vers des sites web d’information; ces derniers pourront fixer des frais qui permettront à ces services d’afficher tout ou partie de leur contenu. Cette décision prendra effet le 1er janvier 2015.

On ignore le montant qui sera demandé à Google et aux autres acteurs; le moteur de recherche a fait part de sa déception et expliqué qu’il cherchait à augmenter le trafic sur les sites de presse, charge ensuite à eux de monétiser cette audience. Google veut continuer à travailler avec les organes de presse afin d’améliorer leurs revenus en ligne.

En France, un problème similaire a été réglé avec la mise en place d’un fonds de soutien destiné à la numérisation de la presse traditionnelle. En Allemagne, Google se contente désormais d’afficher les gros titres : plus d’images, de résumés ou de premières lignes des articles.

Source: Source