[Wikipedia wins] Universalis dépose le bilan

Business

Par Elodie le

L’encyclopédie en ligne Universalis dépose le bilan. La société française Encyclopædia Universalis a entrepris le virage du numérique beaucoup trop tard et n’a pas réussi à tirer son épingle du jeu face à Wikipedia.

encyclopedia_universalis_fin

Placée en redressement judiciaire fin octobre, ce n’est que ce week-end que l’information a filtré dans un article du Monde. C’est le tribunal de Nanterre qui est en charge de la procédure, qui s’étalera sur une période de 6 mois, jusqu’au 24 mars 2015.

Selon Isabelle Didier, l’administratrice judiciaire :

Il n’est pas question de liquider la société. Universalis a une marque forte, une base documentaire de qualité, des clients. Cette procédure peut constituer un bon outil pour réussir la transformation nécessaire.

L’espoir perdure si un investisseur se montre intéressé par une reprise. Quoiqu’il en soit, c’est tout de même une page qui se tourne. Au plus fort de son succès, Universalis comptait encyclopédies physiques, CD-ROM dès 1995 qui voit l’encyclopédie se dématérialiser et s’installer durablement dans la plupart des CDI dans les collèges et lycées, et enfin le site internet voit le jour en 1999. La société éditrice conclue de nombreux partenariats avec des acteurs éducatifs.

Pourtant, Universalis ne marque pas l’essai avec le numérique et se laisse doubler par le gratuit et le participatif incarné par Wikipédia crée en 2001.
À son arrivée Wikipedia écrase tout sur son passage et Universalis ne fait pas le poids face à la machine américaine, fort d’une structure mondiale et qui bénéficie en outre de l’apport de milliers de bénévoles quand Universalis n’emploie que 45 personnes.

universalis_encyclopédies

Par ailleurs il est dommage de constater qu’Universalis n’a pas joué la carte de la fiabilité de son contenu et de ses sources (auteurs reconnus, universitaires notamment) face à son principal concurrent souvent montré du doigt pour ses approximations, erreurs, articles payés par des entreprises privés, etc.

Mais surtout, Universalis a pris trop de retard dans son passage au tout numérique, la société française a attendu 2012, autant dire une éternité sur la toile. D’autant que Wikipedia peut compter sur des mises à jour permanentes et un accès gratuit quand Universalis a sorti 7 éditions en 40 ans.

universalis_depose_bilan
capture d’écran

Fondée en 1968 par le Club français du livre et l’Encyclopædia Britannica (« la plus réputée des encyclopédie américaine »), Universalis emploie 45 personnes.

Source: Source