Le Japon prend des champignons, les transforme en filles et les fait combattre

Par Corentin le

Bonjour. C'est l'heure de la news qui ne fait aucun sens. Après les bateaux de KanColle, je vous présente les champignons de KinColle. Je ne crois...

Bonjour. C’est l’heure de la news qui ne fait aucun sens. Après les bateaux de KanColle, je vous présente les champignons de KinColle.

KinColle

Je ne crois pas avoir parlé de KanColle dans les colonnes du Journal du Gamer. Il s’agit pourtant d’un truc énorme en ce moment au Japon. Pour la faire courte, KanColle, contraction de « Kantai » (flotte) et « Collection » est un free to play sur navigateur qui fait s’affronter des navires de guerre anthropomorphisés en jeunes filles mignonnes. C’est très concept. Très Japon.

KanColle

Le jeu est un énorme succès, les produits dérivés s’arrachent, des conventions entières sont dédiées à la licence (j’ai même été dans l’une d’entre elles, c’était bizarre) et une série animée est même prévue la saison prochaine, en janvier 2015.

Sauf qu’un autre éditeur de free to play ne compte pas se laisser faire et va lancer un jeu mobile intitulé Kinoko Collection. « Kinoko » signifiant « Champignon », je pense que vous voyez où tout cela nous achemine. On a donc quelques fiches personnages sur le site officiel avec différentes variétés de champignon, comme ici pour le hypsizygus marmoreus (ou Buna-shimeji) :

KinColle1

Ou encore le pholiota microspora, représenté ici en maillot de bain scolaire :

KinColle2

Ou bien le pleurotus eryngii (plus connu sous le nom de pleurote) qui porte une de ces armures très protectrices des parties les plus importantes du corps humain et typiques des J-RPG :

KinColle3

Mais l’histoire finit complètement de perdre le peu de sens qui lui restait quand Destructoid nous apprend que l’idée viendrait d’une rivalité entre deux marques de friandises japonaises : Takenoko-no Sato (Le village des pousses de bambou) et Kinoko-no Yama (Les champignons de la montagne). Rivalité néanmoins sympathique puisque les deux friandises sont toutes deux produites par l’entreprise Meiji.

champiwar

Et comme je ne suis plus très sûr du fondement même de la réalité après avoir écrit cette news, je m’en vais me faire un café pour me réveiller. En espérant que les Japonais n’auront pas inventé KōColle (Kōhī Collection) en partenariat avec Nespresso entre-temps.

3 min.