[SonyLeaks] Le boss de Snapchat est « dévasté »

Sur le web

Par Elodie le

Il fait partie des victimes collatérales du piratage dont a été victime Sony Pictures. Aujourd’hui, Evan Spiegel, CEO de Snapchat, se dit « dévasté » et « en colère ».

evan_spiegel_snapchat_sonyleak

Quel rapport entre Sony Pictures et Evan Spiegel, le CEO de Snapchat ? Le PDG de Sony Entertainment, Michael Lynton, est membre du conseil d’administration de la start-up. À ce titre, il échangeait régulièrement avec le PDG de Snapchat à propos de stratégie et de projets futurs.

Et c’est bien ça qui le met en colère, plusieurs années de stratégie et plans de développement de Snapchat ont été rendus public mercredi 17 décembre par les pirates du groupuscule les Guardians of Peace : acquisitions secrètes de sociétés high-tech (dans le domaine des lunettes connectées se faisant un potentiel concurrent des Google Glass, QR Code, etc.), refus du rachat par Facebook de la firme pour 3 milliards de dollars, ce qui n’avait jamais été confirmé.

Evan Spiegel a fait part de son désarroi dans une lettre intitulée (Keeping secrets, garder les secrets) adressée aux salariés de l’entreprise puis publiée par la suite sur Twitter.

« J’ai ressenti beaucoup de choses depuis que notre stratégie a été rendue publique la nuit dernière », il se dit « en colère » et « dévasté ».

Snapchat-sonyleak

« J’ai eu le sentiment que j’allais pleurer toute la matinée, alors je suis sorti marcher et penser à certaines choses. J’ai même rencontré un de mes professeurs de design du secondaire. Elle m’a serré très fort dans ses bras. J’en avais vraiment besoin ». Ajoutant : « Je suis désolé que le fruit de notre travail ait été violé et exposé ».

À ceux que ces acquisitions secrètes intriguent, Evan Spiegel répond que « Nous gardons le secret car nous arrivons à faire notre travail libre de tout jugement – jusqu’à ce que nous soyons prêts à le partager. Nous avons des secrets car cela vous donne la possibilité de changer d’avis jusqu’à ce que vous soyez sûr d’avoir fait le bon choix ».

Mais il en faudrait plus au CEO de Snapchat pour plier, il tient donc à préciser : « lorsque nous aurons fini d’être en colère et bouleversés, nous allons continuer à faire exactement ce que nous voulons […] On va changer le monde parce que ce n’est pas dans celui-là que nous voulons vivre ».

À bon entendeur…