Des détenus des Baumettes s’illustrent sur Facebook

Buzz

Par Elodie le

Cette page Facebook crée la polémique. Si bien qu’une enquête a été diligentée. Et pour cause, selfies, rires, liasses de billets, téléphones portables et drogues… en direct de la prison des Baumettes à Marseille. Ça fait tâche !

mdr_o_baumettes_facebook

« MDR o Baumettes » : vous n’êtes pas sur la page Facebook d’un jeune vantant ses souvenirs de vacances, mais sur celles des détenus de la prison phocéennes des Baumettes.
Rien de scandaleux, si cela est encadré par les autorités pénitentiaires, sauf qu’elle ne l’est pas et que sur celle-ci, créée pendant les fêtes, plusieurs détenus s’illustrent, seuls ou en groupe, munis de téléphones portables, de barrettes de shit, de liasses de billets, sourire aux lèvres.

Autant de choses qu’on ne s’attend pas à voir dans les mains de prisonniers, elles sont tout simplement interdites. En filigrane, un véritable affront aux autorités, ces jeunes semblant dire à travers leurs posts qu’ils sont rois en leur royaume.

Et c’est bien ce qui gêne aux entournures, révélée par La Provence, cette page porte une lumière crue sur l’état de nos prisons françaises – sans en faire une généralité, ce constat a été maintes fois établi (surpopulation carcérale et personnel débordé).
Comme le rapporte Jimmy Delliste, président de FO Direction, principal syndicat des directeurs de prison, au Figaro :

Tant que l’on continuera à avoir une mentalité de bisounours en matière de fouille et de téléphone, on sera confronté régulièrement à ce type d’incident par des détenus qui narguent publiquement l’administration pénitentiaire.

Une situation qui se serait accentuée avec l’abandon de la fouille au corps systématique à la sortie des parloirs, le manque de personnels – 1 surveillants pour 100 à 150 détenus – réduisant ainsi la fouille des cellules – qui peut prendre jusqu’à 2h par cellule – mais aussi par des sanctions allégées face aux infractions constatées.

mdrobaumettes_fb

L’administration pénitentiaire a donc ouvert une enquête administrative et s’est tournée vers le procureur de Marseille. Entre temps, la page en question, totalisant 4800 likes, a été fermée par son auteur car « ça a commencé à se savoir » selon le directeur de la prison des Baumettes, Philippe Perron. Las, quelques heures plus tard, une page identique apparaissait déjà sur la toile et comptabilise à ce jour plus de 3000 likes, la médiatisation faisant le reste.

« La page aurait été ouverte par des détenus fraîchement libérés et ayant donc agi de l’extérieur. Mais une chose est sûre, les photos et les vidéos ont été prises par les détenus eux-mêmes. Tous possèdent des téléphones », déplore un surveillant.

La prison des Baumettes à Marseille
La prison des Baumettes à Marseille

Syndicats et personnel pénitentiaire en profitent donc pour tirer la sonnette d’alarme, notamment sur leurs conditions de travail qu’ils « dénonce[nt] depuis des mois » ainsi qu’une situation qu’ils jugent « intenable ».

Les détenus visibles sur les photos ont tous été identifiés et passeront en commission disciplinaire. La plupart travaillaient au sein de la prison et ont d’ores et déjà été déclassés.

Source: Source