SETI sur les tentatives de contacter les aliens : « Vous en faites pas, les gars, on risque rien ! »

Science

Par Pierre le

Les scientifiques du programme SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence) scrutent le ciel en quête de signaux extra-terrestres depuis des années. Et SETI va tenter le processus inverse : envoyer des signaux dans l’espace. Devant les craintes de la communauté scientifique, SETI monte au créneau en affirmant qu’une telle opération n’est absolument pas dangereuse.

"Humains, vous commencez à nous fatiguer"
« Humains, vous commencez à nous fatiguer »

Après l’annonce de SETI qui exprimait sa volonté d’envoyer des signaux ciblés vers des systèmes potentiellement habités, certains scientifiques se sont inquiétés. Le plus emblématique, Stephen Hawking, a par exemple affirmé qu’une telle chose était irresponsable. Pourquoi ? Car si nous signalons notre présence à des aliens beaucoup plus évolués que nous, ces derniers auraient peut-être envie de nous exploser la tronche. Stephen Hawking prend pour exemple l’histoire humaine, où quand un peuple rencontrait un autre moins évolué technologiquement, ça se finissait toujours mal. La conquête du continent américain par les Européen en est le parfait exemple.

Mais aujourd’hui, SETI rassure. Pour les scientifiques de l’institut, cette crainte n’est que de la paranoïa et que de toute façon, nous avons envoyé tellement de signaux dans l’espace que si aliens dans le coin il y a, ils savent déjà que nous sommes là.

La nouvelle ambition de SETI est donc d’envoyer des signaux ciblés. Et pour commencer, l’institut va viser les systèmes proches du notre, de préférence ceux constitués d’exoplanètes potentiellement habitables. SETI affirme ainsi inverser le processus. Pendant des années, l’institut n’a fait qu’écouter les étoiles. Maintenant, il « leur parle ».

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce ne sera pas la première fois que des signaux seront envoyés dans le ciel dans le but de contacter les petits hommes verts. En effet, on peut notamment citer les sondes Voyager, qui transportent avec elles des témoignages de l’Histoire humaine, ou le message envoyé par le satellite russe Yevpatria en 1999. Et il y a une multitude d’autres exemples.

Envoyer des signaux ciblés sera plus efficace que de les précédentes tentatives, celles-ci s’apparentant plus à une bouteille à la mer. Néanmoins, comme le dit SETI, il est trop tard pour cacher notre présence, alors autant y aller à fond. Mais bien que nous soyons visibles comme un sapin de Noël au milieu de l’espace, personne ne s’est encore manifesté. C’est ce qu’on appelle le paradoxe de Fermi.

Et comme le dit Henri du Journal du Gamer à chaque fois que nous abordons le sujet : « Tout ça, c’est bien joli, mais ça n’explique toujours pas ces fichues lumières de Phoenix !« 

Source: Source