Perquisitionné pour avoir décelé des failles dans un logiciel de vote électronique

Sur le web

Par henel le

ajuda me

La vie est injuste, comme vous l’affirmera Joaquin Sorianello, le chercheur qui a découvert les failles de sécurité présentes au sein du vote électronique mis en place par Magic Software Argentina (MSA) à la Mairie de Buenos Aires. La firme ayant fourni le logiciel l’attaque en justice.

On se serait cru dans un épisode de Cops. Joaquin Sorianello s’est fait interpeller le mois dernier par la police argentine, après une perquisition effectuée à son domicile. Résultat, l’homme a perdu l’ensemble de son matériel informatique (qu’il n’a pas récupéré depuis). Cette charmante visite a eu lieu peu après sa démonstration concernant le système de vote de la mairie de Buenos Aires. Il a prouvé qu’il était possible d’envoyer de faux résultats aux bureaux de vote. En gros, de magouiller les résultats des élections municipales.

Avant l’intervention surprise de la police, le professeur en informatique s’est permis de mettre en ligne le code source ( normalement confidentiel) pour appuyer sa démonstration.

Ces révélations ont été faites le 25 juin et l’élection municipale a eu lieu le 5 juillet, ce qui aurait pu être suffisant, en termes de temps, pour colmater les brèches du logiciel. Cependant, il semblerait que rien n’a été fait et qu’en prime, MSA a attaqué le lanceur d’alerte. Ce dernier n’a pas les moyens suffisants pour payer ses avocats. Il demande une aide financière de 30 000 pesos, soit 3000 euros environ.

Source: Source