Streaming musical : 5 600 dollars pour 178 millions d’écoutes

Business

Par henel le

streaming_dépasse_ventes_cd_usa

Cette décennie, les services de streaming se sont imposés peu à peu comme LE moyen d’écouter de la musique. Pour s’en persuader, il n’y a qu’à jeter un coup d’œil du côté de la SNEP, qui nous informe que le streaming représente 43 % du marché total. Loin d’être dans la tourmente, le modèle économique ne parvient toutefois pas à satisfaire tout le monde. En particulier, les artistes.

Lors d’une conférence à propos des droits d’auteurs qui a eu lieu à l’université de Belmont, à Nashville, ce week-end, l’auteur-compositeur Kevin Kadish a tenu à s’exprimer:

« Vous pouvez être un auteur-compositeur reconnu et avoir été numéro un dans plus de 78 pays. Mais [avec le streaming] vous n’obtenez que 5 600 dollars. Comment voulez-vous nourrir votre famille ? »

Cette somme de 5 600 dollars, c’est ce qu’il a récolté pour 178 millions d’écoutes pour la musique « All About That Bass », un titre qu’il a coécrit avec la chanteuse Meghan Trainor. En règle général, l’auteur-compositeur explique qu’il touche 90 dollars pour un million de streams via Spotify. L’un des organisateurs de cette réunion, Doug Collins a souhaité apporter son soutien pour une législation appelé Songwriter Equity Act. Le Tennessean retransmet ses propos:

« Doug Collins dit qu’il faut écouter les créateurs à propos de l’impact que provoque le marché du streaming. The Recording Industry Association of America rapporte que les revenus engendrés par le streaming ont dépassé le milliard de dollars. Cependant, les compositeurs et les éditeurs affirment qu’ils ne reçoivent pas une part suffisante de ce gâteau ».

Face au problème de rémunération, il semblerait que les auteurs-compositeurs ne soient pas en position de négocier. Ars Technica souligne qu’aux États-Unis, le ratio écoute/argent est décidé par le gouvernement. Le Songwriter Equity Act a pour vocation de changer tout ça.

S’il s’agit ici d’une réunion ouverte à la discussion, on se souviendra des tollés qu’a provoqués Tailor Swift contre Apple Music (par rapport à la rémunération des artistes durant la période d’essaie du service). Un peu dans le même genre que dans le cas de Kevin Kadish, Pharrell Williams n’a récupéré que 2700 dollars en royalties pour sa musique Happy (un titre joué plus de 43 millions de fois sur Pandora).

En France, si vous êtes intéressé par « Comment se répartissent les 9,99 euros d’un abonnement de streaming? », la SNEP vous en donne la réponse.

Source: Source