La PS Vita 2 n’est pas en développement, car vous jouez trop avec votre téléphone

Par Corentin le

Shuhei-Yoshida1

Invité aux EGX 2015, un événement jeu vidéo anglais organisé par le site Eurogamer, Shuhei Yoshida, président de Sony Computer Entertainment Worldwide Studios, a été interrogé sur l’éventualité d’un système successeur à la formidable (mais mal-aimée) PS Vita.

La réponse est plutôt claire : pas pour le moment. D’après lui, le contexte est trop difficile sur le marché des consoles portables pour se lancer dans une telle aventure, la cause première étant, je vous le donne en mille, un marché du jeu mobile trop envahissant.

« Les gens ont des téléphones portables et il est très facile de jouer à des jeux. De plus, beaucoup de jeux sur téléphone sont gratuits, ou au moins gratuits au début.

Je suis moi-même un grand fan de la PS Vita et nous avons travaillé très dur pour faire le design de tous les aspects de la console. Les jeux tactiles sont amusants — il y en a beaucoup qui ont un très bon design —, mais le fait d’avoir des sticks et des boutons rend les choses complètement différentes.

Ainsi j’espère, comme beaucoup d’entre vous, que la culture du jeu sur console portable continuera, mais le climat n’est pas sain pour le moment à cause de l’énorme domination du marché du jeu mobile. »

Cette déclaration assez forte peut-être une clef de lecture intéressante dans les différentes décisions concernant la PS Vita ces dernières années. La console qui, disons-le, est plutôt abandonnée par son constructeur, s’est même vue retirer une de ses seules licences exclusives fortes lors du dernier TGS, avec le deuxième épisode de Gravity Daze qui sortira uniquement sur PS4.

La console, encore populaire au Japon, ne fonctionne malheureusement pas dans le reste du monde, et est devenu un sanctuaire pour certains jeux de niches nippons et pour les jeux indépendants. Une telle ludothèque ne demandant pas beaucoup d’investissement de la part de Sony, elle permet au constructeur de maintenir un succédané de ludothèque sur la portable.

Une bien triste destinée pour une si bonne machine. Quant à cette dernière phrase sur l’espoir d’un maintien de « la culture du jeu sur portable », elle laisse penser que Yoshida se fait également du souci pour les consoles du roi de cette catégorie, Nintendo, dont les ventes de 3DS, si elles restent concrètes, ont commencé à péricliter depuis l’année dernière.

> Source Eurogamer