Un groupe d’adolescents derrière le piratage de Talk Talk ?

culture geek

Par Elodie le

Le FAI britannique a subi une attaque informatique d’ampleur le 26 octobre dernier : les données de 4 millions d’utilisateurs ont été subtilisées. La police a annoncé l’arrestation de plusieurs adolescents.

4_adolescents_arrêtés_piratage_talk-talk

Et de 4 ! Depuis l’arrestation, le 28 octobre dernier, d’un adolescent de 15 ans en Irlande du Nord, trois autres personnes ont été arrêtées, deux adolescents de 16 ans, dont l’un le 29 octobre à Feltham, et un jeune homme de 20 ans, arrêté le 31 octobre et libéré sous caution le lendemain.

Comme ses prédécesseurs, le garçon arrêté mardi 3 novembre dans la ville Norwich, située dans le comté de Norfolk, est soupçonné du piratage du FAI britannique Talk Talk et poursuivi pour infraction à la loi dite « Computer Misuse Act 1990 ». Elle prévoit notamment l’accès non autorisé à du matériel informatique (passible d’un an de prison) ainsi que l’accès non autorisé avec l’intention de commettre ou faciliter la commission d’autres infractions (peine maximum de 5 ans d’emprisonnement).

Le 23 octobre dernier, le FAI britannique Talk Talk confirmait « la cyberattaque et la tentative de chantage dont [le] site a été victime ». Talk Talk est un opérateur majeur proposant la télévision payante, des services de téléphonie fixe et mobile ainsi qu’un accès internet.

Les pirates ont ainsi eu accès à un fichier réunissant les données personnelles de 4 millions de clients, et pas des moindres : nom, adresse, date de naissance, adresse mail, numéro de téléphone, informations de compte Talk Talk, coordonnées bancaires et détails de la carte de crédit.

Prétendant être en Russie et former un groupe de cyberdjihadistes islamistes, ils menaçaient de divulguer des données subtilisées si une rançon ne leur était pas versée.

L’enquête, confiée à l’unité de cybercriminalité de Scotland Yard, Metropolitan Police Cyber Crime Unit, avait permis l’arrestation d’un adolescent de 15 ans en Irlande du Nord.