Un télévangéliste américain parle d’Undertale en direct

Par Corentin le

Lors d'une émission récente du 700 club, une émission co-animée par le télévangéliste américain Pat Robertson, le message d'une maman inquiète concernant les images sataniques sur...

Spooky Scary Skeletons

Lors d’une émission récente du 700 club, une émission co-animée par le télévangéliste américain Pat Robertson, le message d’une maman inquiète concernant les images sataniques sur le téléphone de sa fille a été lu en direct.

« Recemment, j’ai regardé dans le téléphone de ma fille, et j’ai trouvé de nombreuses images d’un squelette avec un œil bleu lumineux et portant un sweat à capuche. Quand j’ai demandé à ma fille pourquoi elle avait de telles images sataniques sur son téléphone, elle ma dit qu’il n’avait rien de mal à ça parce que ça venait d’un jeu vidéo. Comment puis-je aider ma fille à ne pas être attirée par des choses aussi démoniaques ? »

Alors, un squelettes avec un œil bleu portant un hoodie, il n’y en a pas des milliers dans le jeu vidéo. Il y en a d’ailleurs qu’un, il vient du formidable jeu Undertale, il s’appelle Sans et voici à quoi il ressemble :

Sans from undertale by Nibroc-Rock

Fan-art par Nibroc-Rock

Sans est paresseux, il adore faire des mauvaises blagues et, contrairement aux autres personnages du jeu, tous ses dialogues sont écrits en Comics sans. D’où son nom. On a vu plus démoniaque, vous en conviendrez.

Pat Robertson n’avait, bien entendu, aucune connaissance dudit jeu. Il ne pouvait pas savoir qu’Undertale était justement un titre où il était possible d’être parfaitement pacifiste.

Mais il a quand même donné un conseil qui, en ce qui me concerne, me semble tout à fait sensé, même s’il ne s’applique évidemment pas à Undertale.

« Il doit bien y avoir quelques jeux vidéo qui ne sont pas aussi mauvais, mais c’est vrai que les jeux sont remplis de violence et de brutalité, c’est irréel ! Et c’est ce à quoi les enfants jouent, et ils disent “je ne fais que jouer à un jeu vidéo !”. Oui, c’est ça, “Pan pan boum”. »

En soi, il n’a pas tout à fait tort sur le fait que les jeunes joueurs devraient, de temps en temps, jouer à des jeux un peu moins violents. La violence est cependant un thème très récurrent dans ce média et il séduit souvent un public très jeune. Il suffit de se promener à la Paris Games Week pour s’en rendre compte.

Aussi, je me réjouis que même des télévangélistes américains, aujourd’hui, puissent dire en direct que les jeux vidéo ne sont pas intrinsèquement mauvais. Je pense qu’il y a quelques années, la réponse d’un Pat Robertson aurait été : « Les jeux vidéo ? Vous laissez votre fille jouer aux jeux vidéo ? Mais vous êtes fou ma parole ! C’est Satan, les jeux vidéo ! »

> Via Destructoid

stopwatch 4 min.