Kim Dotcom peut être extradé vers les États-Unis

Business

Par Elodie le

La justice néo-zélandaise a autorisé l’extradition du fondateur de Megaupload vers les États-Unis où il devra répondre des charges retenues contre lui : fraude, association de malfaiteurs, blanchiment d’argent, actes de racket et violation du droit d’auteur.

uncle-sam-we-want-you1

C’est une victoire… pour les États-Unis. Depuis janvier 2012 et le raid sur la villa du VRP de Megaupload en Nouvelle-Zélande, le pays de l’oncle Sam fait des pieds et des mains pour attraper dans ses filets Kim Dotcom.

Après 4 ans de procédures, reports d’audience et gel de procédure, un juge néo-zélandais a estimé qu’il existait des preuves « accablantes » à l’encontre de Kim Dotcom, de son vrai nom Kim Schmitz.

En arrivant à l’audience devant statuer sur son sort, le fondateur de Megaupload a lancé à la presse : « C’est Noël. Voyons ce que le père Noël a dans sa hotte ».

Kim Dotcom a déjà fait savoir qu’il ferait appel de toute décision contraire à ses intérêts. Ce qu’attend la ministre de la Justice néo-zélandaise avant de donner son feu vert à son extradition.

« Si ce n’est pas le cas, je devrais alors évaluer la détermination du tribunal et les conseils du ministère de la Justice », a-t-elle précisé. « Comme ce jugement est susceptible d’être frappé d’appel, il ne serait pas approprié pour moi de faire davantage de commentaires ».

kim-dotcom-extrader-états-unis

La procédure d’extradition de Kim Dotcom a débuté au mois de septembre dernier et a duré 9 semaines.

Depuis 2012 et la fermeture du site, Dotcom et le gouvernement US se rendent coup pour coup : lorsque Kim Dotcom obtient des reports, gel de procédure ou le déblocage de ses avoirs pour subvenir à ses besoins (dont sa défense qui se chiffre en millions), les États-Unis empochent 67 millions de dollars d’avoirs de l’Allemand.

L’administration US et le FBI accusent Kim Dotcom de s’être enrichi de quelques 175 millions de dollars et causé un préjudice de 500 millions de dollars aux ayants droit, dont la puissante Motion Picture Association of America (MPAA), qui réclament sa tête à cor et à cri.

En cas d’extradition et de condamnation aux États-Unis, Kim Dotcom et ses trois coaccusés risquent 20 ans de prison et des millions de dollars d’amende. L’ancien développeur de la plateforme a été condamné à 1 an de prison dans une procédure de plaider coupable.

Kim Dotcom a tenu à remercier ses soutiens et les encourage à profiter des fêtes :


« Je vous remercie pour votre soutien. la lutte continue. Profitez des vacances. Je suis heureux d’être avec mes enfants. Il y a des choses plus importantes que le copyright 🙂 ».

Une chose est sur, Kim Dotcom ne se défait pas de sa légendaire bonhomie.

Source: Source