TF1 sera-t-elle la dot du mariage entre Orange et Bouygues Télécom ?

Business

Par Elodie le

Un temps annoncé puis démenti, notamment par le patron de la première chaîne, Nonce Paolini, TF1 ferait finalement partie des négociations… ultérieures.

v

Parmi les rumeurs évoquant le prochain rapprochement entre les deux opérateurs Orange et Bouygues Télécom, Le Canard Enchaîné assurait que TFI faisant partie de l’équation.

Si les principaux intéressés ont confirmé ce 3 janvier la tenue de « discussions préliminaires », l’information concernant TF1 a été démentie par Nonce Paolini, le patron de la chaîne (jusqu’au 17 février où il sera remplacé par Gilles Pélisson).

Oui, mais. TFI serait toujours dans la balance, sans être un point clé des négociations, son éventuel entrée dans le deal se ferait dans un second temps.

« La question des rapprochements éventuels entre les grands acteurs du contenu et notamment de l’image et des télécoms se pose à nouveau », a ainsi confié Stéphane Richard au micro de RTL, sans s’étaler davantage.

Pour Le Canard, le gouvernement ne serait pas étranger à ce rapprochement, flairant l’aubaine de devenir actionnaire de la première chaine française.

« Les politiques se contrefichent de l’accord sur les télécoms. Tout ce qui les intéresse, c’est TF1. Ils raisonnent encore comme il y a 30 ans. Dès qu’on parle du 20 heures, ils ont les yeux qui brillent », assure un acteur du marché. Ce que dément le PDG d’Orange.

Les opérateurs télécoms lorgnent de plus vers les médias : Martin Bouygues avec TF1, Patrick Drahi (SFR-Numéricable) avec Vivendi (Canal +), Libération, L’Express puis Next Radio (BFM Tv, RMC), mais aussi Xavier Niel qui, avec Mathieu Pigasse et Pierre Bergé, est coactionnaire du groupe Le Monde et L’Obs. Les trois hommes ont par ailleurs créé un « SPAC » (Special purpose acquisition company), un fonds destiné à des acquisitions dans le secteur des médias.

Il n’est donc pas surprenant que le groupe Orange ait aujourd’hui les mêmes ambitions.