VTC : Uber veut permettre aux taxis d’être réservés sur sa plateforme

Android

Par Henri le

À quelques jours d’une grève massive des taxis, le directeur général d’Uber France vient de faire une proposition qui risque de faire fulminer les taxis.

2092_2015-07-02_16-35-30_uber_taxi

La guerre entre Uber et les taxis est décidément loin d’être terminée. Et pour preuve, ces derniers préparent une grève massive dès le mardi 26 janvier, comme l’a indiqué Serge Metz, PDG des taxis G7.

«Nous pensons que la manifestation risque d’être fortement suivie et très dure. [….] Il y a beaucoup plus de chauffeurs qu’en 2015 qui veulent descendre dans la rue. »

C’est dans ce contexte tendu que Thibaud Simphal a jeté de l’huile sur le feu, en proposant aux taxis de s’inscrire sur la plateforme Uber, afin de pouvoir alterner course conventionnelle et travail de VTC.

« Compte tenu de ce contexte, ce que nous voulons, c’est ouvrir Uber aux taxis, leur permettre d’utiliser la plateforme. […] Il s’agirait de permettre aux taxis d’être réservés sur une plateforme de VTC, en tant que VTC, en conduisant une voiture qui ne serait pas un taxi. […]On va regarder comment on va le faire, mais on veut permettre aux taxis d’utiliser la plateforme Uber, on encourage toutes les plateformes qui existent, pas seulement Uber mais nos concurrents, Chauffeur-Privé, SnapCar, etc à faire la même chose. »

Greve-contre-UberPop-Cazeneuve-demande-au-prefet-de-prendre-un-arrete-d-interdiction

La proposition n’en est bien sûr qu’à l’état de projet, mais Serge Metz a bien fait comprendre que cela ne sera pas finalisé, en dénonçant une « provocation ».

« C’est une provocation de plus qui intervient à cinq jours d’une mobilisation des taxis. Il est irresponsable de jeter ainsi de l’huile sur le feu. »

Cette initiative a pourtant convaincu d’autres pays comme l’Allemagne. Sur les 8000 taxis berlinois qui parcourent la ville, plus d’un millier coopère avec Uber comme l’explique Christian Freese, qui dirige Uber Allemagne. Si cela était mis en place, les taxis auraient bien sûr à payer un pourcentage pour chaque course (environ 10 %), mais pourraient voir leur clientèle augmenter.

Un appel de phare qui ne fera pas rire tout le monde !