Ils ont imprimé en 3D des oreilles, des os et des muscles vivants

Science

Par Zacharia G le

Par vivants, nous entendons “composés de cellules vivantes”. Nous ne parlons pas d’organes conscients avec des bras et des jambes, prêts à se lever et à tuer des humains, comme dans tout mauvais film d’horreur. Non, ces organes sont imprimés pour être greffés !

dnews-files-2016-02-living-ear-bone-cartilage-3d-printed-670-jpg

Ce n’est pas la première fois que des organes synthétiques sont fabriqués. Ce sont toutefois les seuls organes de ce genre à pouvoir être véritablement greffés à un corps humain. Les autres sont trop petits ou leur structure s’est avérée trop instable. Cette nouvelle étude plus concluante est menée par des scientifiques du Wake Forest Baptist Medical Center, ceux-là même qui ont créé la fameuse imprimante.

bioprint.0

Cette bio-imprimante est parvenue à assembler des cellules vivantes pour former des tissus humains, de lapins, de rats et même de souris. Toutes ont survécu au procédé, ce qui est loin d’être simple à accomplir ! Pour la fabrication de l’organe, l’imprimante superpose des couches de gel, contenant des cellules, et de matières similaires au plastique, biodégradables. Le tout est recouvert d’une coquille temporaire pour s’assurer que la structure tienne durant l’opération.

supplied_160212_0940_0010

Afin de savoir si leur création fonctionne, les scientifiques ont effectué plusieurs greffes sur des souris et des rats. Les résultats sont prometteurs : les oreilles artificielles ont gardé leur forme et du cartilage se serait même développé. Pour les muscles, des formations nerveuses ont fini par naître. En ce qui concerne les os, de nouveaux vaisseaux sanguins les ont recouverts.

incredible-3d-bioprinter-can-create-transplantable-human-ear-muscles-and-bone-tissues-4

Pour l’instant, aucun test direct n’a encore été effectué sur des humains. Adam Feinberg, ingénieur biomédical à la Carnegie Mellon University, se montre néanmoins très enthousiaste :

C’est plutôt cool — même s’ils ne parviennent qu’à réussir une oreille [chez l’humain], ça serait bénéfique d’un point de vue cosmétique comme fonctionnel.

Gordana Vunjak-Novakovic, une autre ingénieure biomédical ajoute :

Ils ont réussi à construire (des organes) plus gros et viables assez longtemps pour être greffés, ce qui est loin d’être trivial. C’est une étude importante qui montre de manière efficace et élégante, que ces tissus sur mesure peuvent être produits en laboratoire dans des formes et des tailles cliniques et anatomiquement correctes (…).

Ces recherches ont en partie été financées par l’armée américaine. Celle-ci cherche sûrement un moyen rapide et efficace de soigner ses soldats blessés. Bien sûr, rien ne prouve encore qu’un tel procédé permettra de remplacer des membres entiers perdus.

Source: Source