[Commission européenne] La détection des bloqueurs de publicité par les sites web jugée illégale ?

Sur le web

Par Elodie le

Illicite la détection des adblockers par les sites web ? C’est ce que suggère la Commission européenne.

commission_européenne_détection_adblocker_illégale

Ah les adblockers. Les internautes les adorent, les éditeurs et autres sites web les conchient. Il faut dire que chaque partie a des arguments. Pour les uns, ils permettent de surfer tranquillement sans être constamment dérangé par des publicités indésirables, mais surtout fort peu discrètes, qui consomment beaucoup de bande passante et ralentissent le temps de chargement des pages web. Pour les autres, les bloqueurs de publicités représentent une attaque faite à leur modèle économique, pour beaucoup basé sur les revenus publicitaires (notamment les sites d’informations gratuits).

Face au nombre toujours plus croissant d’internautes installant ces petits logiciels sur leur ordinateur (200 millions selon un récent rapport) et maintenant sur leur mobile, les initiatives se multiplient du côté des éditeurs de presse et des sites web français et étrangers. Wired aux États-Unis ou Bild en Allemagne bloque leur contenu aux internautes pourvus de bloqueurs de publicité et les incite à intégrer le média sur leur liste blanche ou à s’offrir un abonnement payant pour surfer sans publicité.

Une initiative qui a récemment trouvé un écho en France avec l’offensive des sites de presse pilotée par Le Geste, l’organisation qui fédère les principaux éditeurs professionnels de contenus et de services en ligne.

Lequipe_bloqueur_publicité

Ces actions sont-elles illégales ? C’est la question posée par un internaute à la Commission européenne. Plus précisément, par le Britannique Alexander Hanff, un militant de la protection de la vie privée et fondateur de la société Think Privacy, spécialiste dans la fourniture de services qui ne requièrent aucune collecte de données personnelles.

La réponse de la Commission suggère que ces éditeurs pourraient enfreindre la loi européenne puisqu’ils requièrent l’accès aux données personnelles des internautes. Un accès effectué sans leur accord. En effet, la Commission estime que les éditeurs agissent de plein droit si les scripts insérés dans les pages web pour détecter d’éventuels adblockers respectent la directive 2002/58/CE du 12 juillet 2012, communément appelée, « directive vie privée et communications électroniques ».

Son article 5.3 prévoit que « les États membres garantissent que l’utilisation des réseaux de communications électroniques en vue de stocker des informations ou d’accéder à des informations stockées dans l’équipement terminal d’un abonné ou d’un utilisateur ne soit permise qu’à condition que l’abonné ou l’utilisateur, soit muni, dans le respect de la directive 95/46/CE, d’une information claire et complète, entre autres sur les finalités du traitement, et que l’abonné ou l’utilisateur ait le droit de refuser un tel traitement par le responsable du traitement des données ».

Un logiciel bloqueur de publicité est donc considéré comme une « information stockée » et doit donc être protégée comme telle.

Le_Monde_bloqueur_publicités

Chose qui n’est pas respectée, loin s’en faut. Si on suit l’esprit de l’article, les éditeurs doivent obtenir le consentement de l’internaute avant d’envisager de détecter s’il possède ou non un bloqueur de publicités sur son ordinateur.

Alexander Hanff va donc partir en croisade contre les sites qui agissent illégalement selon lui et publier une « name and shame », soit une liste des sites internet dont il pense qu’ils agissent illégalement.

« Pour tous les éditeurs qui détectent actuellement les adblockers en Europe, prenez garde, je viens vers vous et je suis très bien armé #vieprivée #logicielespion »

Toutefois, la directive précise que « cette disposition ne fait pas obstacle à un stockage ou à un accès techniques visant exclusivement à effectuer ou à faciliter la transmission d’une communication par la voie d’un réseau de communications électroniques, ou strictement nécessaires à la fourniture d’un service de la société de l’information expressément demandé par l’abonné ou l’utilisateur ». Une brèche dans laquelle les éditeurs pourraient tenter de s’engouffrer… bien difficilement, on vous l’accorde.

La Commission européenne vient-elle d’adouber les bloqueurs de publicités ?

photofunky

Source: Source