Voici ce que contiennent les données sur Donald Trump piratées aux Démocrates

Sur le web

Par Elodie le

Le hacker à l’origine du piratage du Conseil National Démocrate (CND) a transmis les données subtilisées à deux sites américains qui les ont publiées.

données_trump_volées_démocrates

Il se fait appeler « Guccifer 2.0 », en référence au hacker roumain emprisonné pour le piratage de plusieurs personnalités américaines en 2013, et assure être l’auteur du piratage du Conseil National Démocrates qui a permis le vol d’un ensemble de données collectées sur leur rival républicain Donald Trump.

Données qu’il a transmises aux sites Gawker et The Smoking Gun, y compris un rapport de 237 pages sur Donald Trump, des mémos internes et données.

Si la société en cybersécurité CrowdStrike, dépêchée en urgence par la CND, attribuait cette cyberattaque à deux groupes de hackers russes, Guccifer 2.0 dément ces accusations.

Le rapport daté de décembre 2015 regroupe une série d’informations sur le candidat républicain allant de sa carrière de businessman, à ses finances en passant par sa vie privée.

Le document s’ouvre sur cette affirmation : « Une chose est sure à propos de Donald Trump, il n’y a qu’une personne qui l’intéresse, et c’est lui-même. Que ce soit les travailleurs américains, le Parti républicain ou ses femmes, Trump n’est fidèle qu’à lui-même et il a démontré qu’il n’a aucun problème à mentir au peuple américain. »

rapport-trump-démocrate

Autant de cartouches listées dans le sommaire du rapport : « Trump n’est loyal qu’envers lui-même », « Trump est un menteur », « Trump veut bannir tous les musulmans », « Mauvais business man », « climatosceptique », etc.

Comme l’explique Gawker, ce document ressemble à un résumé de la stratégie du parti Démocrate pour délégitimer le candidat Républicain aux présidentielles US. Notamment sur ses qualités supposées de self-made-man et de businessman couronné de succès, dont la légende serait usurpée, mais aussi sur son rapport très personnel aux femmes :

« En dépit de ses grands discours sur ses succès de businessman, il a connu plusieurs échecs financiers dans sa carrière et son parcours pose sérieusement la question de sa capacité à affronter les défis de ce pays », peut-on lire dans le rapport. Quatre de ces entreprises ont connues la faillite, jetant « le doute sur sa capacité à aborder les problèmes budgétaires du pays ».

S’il se revendique protectionniste – « Nous allons obliger Apple à fabriquer ses foutus ordinateurs aux États-Unis » -, le rapport pointe ses contradictions, notamment en soulignant qu’il n’a pas hésité à externaliser ses usines de production en Chine ou au Mexique pour profiter d’une main-d’œuvre à moindre coût.

sommaire-rapport-Trump-démocrate

Concernant les femmes, le CND le qualifie de « misogynist in chief », Trump estimant que « le rôle principal des femmes est de plaire aux hommes » et rappelle ses mariages aussi « tumultueux » que « médiatisés », l’une de ses ex-femmes l’ayant même accusé de viol.

Contrairement à ce qu’a prétendu le CND, des données personnelles et financières semblent avoir été dérobées. Concernant la probable candidate démocrate, Guccifer 2.0 affirme avoir dérobé « des documents secrets de l’ordinateur d’Hillary » Clinton lorsqu’elle était secrétaire d’État. Ce qui ne manquera pas de relancer l’emailgate, déjà largement exploité par Donald Trump à l’encontre de sa rivale.

Le hacker confirme par la même les soupçons de CrowdStrike sur la méthode de piratage usitée : « J’ai d’abord infiltré les boîtes email de plusieurs démocrates. Avant d’utiliser les informations trouvées pour pénétrer les serveurs du comité. »
Guccifer2.0 dévoile ainsi ce qu’il assure être des listes de donateurs sur lesquelles apparaissent plusieurs noms, dont celui de Morgan Freeman et Steven Spielberg, avec les montants alloués au parti.

En marge de la diffusion de ces documents, que le hacker a également publiés sur un blog ouvert pour l’occasion, CrowdStrike confirme qu’il s’agit bien d’une attaque fomentée par les Russes. Ajoutant: « Qu’il s’agisse ou non d’une campagne de désinformation des renseignements russes, nous allons étudier ces documents ».

Russes ou non, Guccifer 2.0 assure que ce piratage fut « très facile » à opérer. Une cyberattaque que Donald Trump n’a pas tardé à attribuer… au parti démocrate. Le CND se serait ainsi « piraté lui-même ».

« Il s’agit d’informations connues depuis des années. La majorité d’entre elles est fausse ou complètement erronée. Nous pensons que le [CND] est à l’origine de ce “piratage”, qui lui permet de détourner l’attention des nombreux problèmes qui entourent leur candidate bourrée de défauts, qui est aussi une chef de parti incompétente. Dommage que le CND n’a pas hacké les 33 000 emails manquants de la malhonnête Hillary. » »

Une thèse qui parait pourtant bien difficile à créditer, si le CND avait voulu se tirer une balle dans le pied et dévoiler son jeu, il se s’y serait pas mieux pris.

Quoi qu’il en soit, les révélations risquent de se poursuivre puisque Guccifer 2.0 précise : « J’ai remis l’essentiel des données, soit des milliers de documents et d’emails, à WikiLeaks. Ils les publieront bientôt. »

Source: Source