Luc Besson a bien plagié New York 1997 avec Lock-Out, estime la justice

Business

Par Pierre le

Lock-Out est un film tout naze qui n’a pas marqué le public, mais qui a apporté bien des ennuis à Luc Besson. Aujourd’hui, la justice indique que le film est bien un plagiat de New York 1997 de Carpenter et condamne Luc Besson à 465 000 € d’amende.

lockout

Lock-Out, sorti en 2012, est un film de SF qui met en scène Guy Pierce, un gars un peu blasé, qui doit infiltrer une prison de haute-sécurité pour secourir un VIP. Ecrit par Luc Besson, James Mather et Stephen St Leger, le générique indique « sur une idée originale de Luc Besson ». Mais la chose n’a pas vraiment plu à John Carpenter. La légende a en effet estimé que c’était un gros pompage de son New York 1997, qui dispose d’une histoire similaire (et qui est bien meilleur).

Début 2014, Carpenter et StudioCa­nal, qui détiennent les droits, décident de porter l’affaire devant la justice. Ils estiment qu’en plus d’être un plagiat, le film emprunte tout un tas de choses à New York 1997 dans les plans, les scènes, les retournements de situation, etc… Et Besson est condamné par la Justice à verser 85 000 € de dommages et intérêts.

Besson fait alors appel et aujourd’hui, il perd une deuxième fois. Mais cette fois, Besson et EuropaCorp sont condamnés à payer une lourde somme de 485 000 €. La Justice Française a en effet estimé qu’en plus d’avoir plagié NY 97, Lock-Out a fait capoter le remake du film de Carpenter, alors en chantier en 2012 (et c’est toujours le cas, d’ailleurs, à ce qu’il paraît).

107dd147

En tout cas, c’est un revers sérieux pour Besson qui, on l’espère, arrivera à rebondir avec un Valerian très prometteur.

Ah, et si vous n’avez jamais vu New York 1997, vous savez ce que vous faites ce soir.

Source: Source