Catalyst E2 : un bus électrique capable de rouler 500 kilomètres sans recharge

Ville de Geeks

Par Malo le

Proterra est une entreprise américaine qui développe des bus électriques depuis 2004. Son dernier modèle en date est un mastodonte qui peut rouler sur plus de 500 km en une seule recharge.

1_proterra-e214-1024x635

Le Catalyst E2 Max est un bus électrique destiné à un usage public citadin. Selon Proterra, son constructeur, il est capable de rouler une journée entière – ou 500 kilomètres – lorsque la batterie est entièrement chargée. Plus léger qu’un bus standard, il est équipé de deux batteries de 660 kWh. C’est très largement supérieur à ce qu’on peut trouver sur les autres véhicules électriques. A titre de comparaison, la plus performante des Tesla Model S dispose d’une batterie de 100 kWh pour une distance maximale d’environ 500 kilomètres.

Alors pourquoi un tel écart d’énergie ? Tout simplement parce que le bus de la série Catalyst E2 devra transporter 39 personnes de plus qu’une voiture personnelle. Il est également équipé d’un système de récupération de l’énergie de freinage. C’est à dire que les batteries se rechargent quand le véhicule freine (de la même façon que ce que l’on trouve sur les voitures hybrides, notamment de chez Toyota). Proterra dit pouvoir récupérer 90% de l’énergie cinétique du bus.

3_proterra-e210-1024x374

Un tarif prohibitif

Comme tous les véhicules propres, le Catalyst E2 Max a son « petit » défaut : il coûte 700 000 euros, deux fois plus cher que les bus fonctionnant au diesel. Cela pourrait bien dissuader les villes de passer au vert. Pourtant, l’entreprise explique que le différentiel de prix sera compensé sur d’autres plans comme l’entretien, l’absence de carburant et de pollution ou encore les aides gouvernementales accordées à ceux qui passent le cap.

Aux États-Unis, les transports en commun jouent pour 26% des émissions de gaz à effet de serre. Mais les bus ne représentent qu’une maigre part de ce chiffre (4%). Comme le fait remarquer Wired, « ces bus écologiques ne transformeront pas la face des villes, mais ils peuvent donner l’envie et la détermination aux citoyens d’agir dans le bon sens ».

Autre défi de taille à relever : l’origine de l’énergie électrique. Cela ne sert à rien de rouler électrique si cette énergie a été produite en brûlant du charbon ou du pétrole. Mais ça, c’est aux villes et aux gouvernements de mettre la main à la pâte.

2_proterra-e212-1024x671

Le Catalyst E2 pourrait débarquer sur les routes américaines en 2017. La ville de Las Vegas a déjà commandé les siens. Notez que les bus électriques ne sont pas une nouveauté. À Lyon, mais aussi à Grenoble ou Limoges, une très grande partie du réseau d’autobus (appelés trolleybus) tourne à l’énergie électrique grâce à des câbles installés au-dessus de la route.