Courageux, mais pas téméraire, Sony se dédouane de la débâcle No Man’s Sky

Par Corentin le

Le fameux vaisseau offert en pré-commande : l'Horizon Omega

Le sémillant Shuhei Yoshida, président de Sony’s Worldwide Studios, a commenté la polémique entourant No Man’s Sky. Le jeu du studio anglais Hello Games a suscité une forte attente durant son développement ainsi qu’une déception visible au moment de la sortie, au point qu’un grand nombre de joueurs a cherché à se faire rembourser le jeu.

Dans les colonnes d’Eurogamer, il commence par expliquer qu’il a adoré No Man’s Sky, mais reconnaît que Sean Murray, le principal créateur du jeu, n’a pas fait un bon travail de communication.

« Je comprends les critiques, surtout celles que Sean Murray essuie, parce qu’on dirait qu’il a promis des choses qu’on a pas vraiment eues au premier jour. »

« Ce n’était pas une bonne stratégie de communication »

Shuhei Yoshida semble d’ailleurs totalement se dédouaner des différentes stratégies de communication adoptées par Hello Games. Il pousse la classe jusqu’à laisser entendre l’incompétence de Sean Murray sur le sujet des relations presse.

« Ce n’était pas une bonne stratégie de communication, car il n’avait pas d’attaché presse pour l’aider. Au bout du compte, il est avant tout un développeur indé. Mais il dit qu’il compte continuer à développer des choses sur No Man’s Sky, donc j’ai quand même hâte de continuer à jouer au jeu. »

Yoshida ne pense cependant pas que les affaires qui ont écorné l’image de No Man’s Sky ait fait du mal à la marque PlayStation. Il faut dire que Sony a souvent montré ouvertement son soutien au jeu qui était souvent présenté lors des conférences du constructeur.

« Je suis super content du jeu en réalité, et je suis impressionné par les ventes que le jeu a obtenues, aussi je ne suis pas la bonne personne pour juger si le jeu a “écorné” la marque PlayStation. Personnellement, je ne pense pas. Dans tous les cas, je suis fier que les gens puissent jouer à No Man’s Sky aussi bien sur PS4 que sur PC. »

Rejeter entièrement la faute sur Hello Games paraît un peu fort de café. Après tout, c’est aussi parce que Sony a soutenu le projet que celui-ci est passé de simple petit jeu indé sans prétention à une espèce de conglomérat de hype qui a un peu énervé tout le monde. Quelle que soit sa responsabilité dans cette affaire, il n’y a pas beaucoup de risque à dire que Sony n’est pas tout blanc non plus.

stopwatch 2 min.