Space X explore désormais la piste du sabotage pour expliquer l’explosion du 1er septembre

Général

Par Gaël Weiss le

Space X ne sait toujours pas ce qui a pu causer une brèche dans l’un des réservoirs de la fusée Falcon 9 et provoquer son explosion sur le pas de tir, le 1er septembre dernier. La société américaine n’écarte aucune piste et enquête désormais auprès de ses concurrents afin de vérifier qu’aucun sabotage n’a été commis.

screenshot-5

Elon Musk ne comprend pas. Près d’un mois après l’accident du 1er septembre, le PDG de Space X ne parvient toujours pas à expliquer comment une brèche dans le réservoir de la fusée a pu se produire et faire exploser son joujou à 200 millions de dollars. Officiellement, il a demandé de l’aide à Internet et au monde entier. Mais officieusement, il commence à se demander si cette explosion n’est pas le fruit d’une action malveillante en provenance d’un concurrent.

La thèse du sabotage par la concurrence examinée

C’est en tout cas ce qu’explique le Washington Post dans ses colonnes. Après avoir analysé toutes les vidéos possibles du pas de tir, Space X a décidé d’explorer les pistes les moins vraisemblables. L’une d’entre elles concernait une ombre étrange qui a été vue sur un hangar situé à un peu plus d’un kilomètre de distance, sur un hangar voisin du pas de tir. Sur l’une des vidéos, on pourrait ainsi voir apparaître un point blanc près de cette ombre à l’horizon quelques secondes avant l’explosion.

Space X s’est donc renseigné sur ce hangar. Et, surprise, il appartient à United Launch Alliance (ULA), le concurrent direct de Space X qui vient de perdre de gros contrats de lancement de satellites avec la NASA, du fait des prix cassés de la société d’Elon Musk. Space X a donc envoyé des enquêteurs demander à ULA s’ils pouvaient jeter un œil sur ce hangar. Ce qu’ULA a refusé. Elle a en revanche accepté que des enquêteurs de l’US Air Force aillent le vérifier à leur place. Et ces derniers ont déclaré ne rien avoir trouvé de suspect.

Explorer toutes les pistes possibles, y compris les plus improbables

Officiellement, la piste du sabotage par ULA est donc écartée. Il faut bien admettre que la thèse du concurrent qui engage un sniper pour tirer sur une fusée concurrente est pour le moins peu vraisemblable (et peu discrète, il faut bien l’admettre). Mais cela prouve surtout que Space X pense désormais sérieusement à la piste de l’action extérieure et d’un possible sabotage.


C’est ce qui s’appelle avoir le nez creux

Il y a quelques jours, lors de la conférence de presse dévoilant son projet de colonisation de Mars, Elon Musk était revenu sur l’accident sur 1er septembre. Il avait alors indiqué. « Nous avons éliminé toutes les possibilités évidentes sur ce qu’il s’est passé. Ce qu’il reste désormais, ce sont les réponses les plus improbables ». Le sabotage en fait partie.

Space X va toutefois continuer ses lancements de fusée. Le prochain est prévu pour le mois de novembre prochain.

Source: Source