Des Allemands veulent prouver que la conquête de la Lune a bien été une réalité

Espace

Par Jules le

Dans le cadre du Google Lunar X-Prize, une équipe d’ingénieurs allemands escompte envoyer un couple de sondes près du site d’Apollo 17 afin de mettre fin aux théories du complot.

nasa_apollo_17_lunar_roving_vehicle

Parmi les théories du complot les plus répandues, on trouve celle du faux alunissage, arguant que tous les séjours sur notre satellite naturel auraient été filmés en studio (avec le concours d’un certain Stanley Kubrick). Malgré les nombreuses preuves du passage de l’Homme sur la Lune, cette théorie à la peau dure.

Histoire de rabattre le caquet des adeptes des complotistes les plus acharnés, une équipe allemande participant au Google Lunar X-Prize, a décidé d’envoyer deux sondes sur la Lune pour inspecter les restes du rover lunaire abandonné par les astronautes de la mission Apollo 17. L’équipe s’est associée au constructeur automobile Audi pour confectionner les deux robots. Pour amener ces derniers sur la Lune, les Allemands ont signé un accord avec l’entreprise Spaceflight Industries, qui se chargera d’intégrer les sondes au prochain vol commercial vers la Lune.

Objectif Lune

La mission Apollo 17, qui s’est tenue du 11 au 14 décembre 1972 est la dernière visite de l’Homme sur la Lune. L’équipe allemande compte faire alunir ses sondes à une distance de 3 à 5 kilomètres de la zone d’alunissage d’Apollo 17. Une fois à la surface, les robots ne pourront pas s’approcher à moins de 200 mètres du site. Cette restriction imposée par la NASA a pour but de protéger l’intégrité du lieu. Ainsi, aucun appareil ne peut alunir à moins de 2 kilomètres du site, ni circuler à moins de 200 mètres.

Pour rappel, Google Lunar X-Prize est une compétition internationale dans laquelle seize équipes s’affrontent pour remporter la somme de 30 millions de dollars. Pour cela, ils doivent être capables d’envoyer un robot sur la Lune en 2017. Ce dernier devra parcourir 500 mètres et envoyer bon nombre de vidéos, clichés et autres données vers la Terre.

Source: Source