Xiaomi achète les brevets à tour de bras pour assurer son lancement à l’international

Smartphone

Par Olivier le

Xiaomi prépare le lancement de ses smartphones sur les marchés occidentaux, à commencer par les États-Unis. Il est déjà possible d’acheter, sur la boutique officielle du constructeur, quelques-uns de ses produits… mais il s’agit d’accessoires.

Cette fois, c’est du sérieux. Xiaomi entend bien se faire une place sur le marché occidental très convoité des smartphones. Le constructeur a plusieurs atouts à faire valoir, comme il l’a d’ailleurs démontré tout récemment avec la maîtrise technique du Mi Mix. Mais il ne suffit pas de proposer des produits beaux et innovants : il lui faut d’abord s’assurer qu’il ne sera pas accablé par les plaintes de la concurrence.

Le lourd passif de Xiaomi

Car Xiaomi traîne un lourd passif, celui de cloneur. Les premiers smartphones du constructeur étaient des copiés/collés de l’iPhone et des appareils vedette de l’époque. L’entreprise a su sortir de ce carcan, mais elle n’est pas à l’abri de poursuites en justice de la part d’Apple ou d’autres après le lancement de nouveaux smartphones sur le sol américain.

C’est pourquoi Xiaomi engrange un maximum de brevets ces derniers temps. Le cabinet Richardson Oliver Law a établi que le constructeur avait tout simplement été un des plus gros acquéreurs de brevets cette année. Xiaomi rate le podium, mais il n’en est pas moins quatrième, devant Facebook, Google, Huawei, ou encore Microsoft. C’est aussi la première fois qu’il se fait une place dans ce classement.

Le coffre-fort de Xiaomi contient plus de 7 000 brevets. Ils ne seront pas de trop pour défendre le constructeur et ses futurs produits qu’il présentera durant le CES de janvier. L’entreprise a également signé un accord avec Microsoft : en échange d’une pré-installation des applications et services de l’éditeur dans ses smartphones, Xiaomi peut accéder à 1 500 brevets possédés par la société américaine.

Source: Source