Hater : Rencontrez quelqu’un… qui déteste les mêmes choses que vous !

Android

Par Henri le

Les sites de rencontre se ressemblent tous un peu, mais Hater a une manière originale de sélectionner votre future âme sœur.

Hater

Vu le paysage numérique actuel, il est bien difficile de se lancer dans le business des sites de rencontre tout en étant original. Il faut bien dire que l’écrasante domination de Tinder, Adopteunmec.com et autres Meetic n’aident pas.

Un concept innovant

Ce n’est pas un souci pour Brendan Alper, un ancien employé de la banque Goldman Sachs devenu comédien, qui a décidé de se lancer sur le marché avec Hater. Le principe est simple. Au lieu de vous rapprocher selon vos goûts, l’application vous met en relation avec des personnes qui détestent les mêmes choses que vous !

02_onwhite-664x680

Il y a pour l’instant plus de 3000 sujets à détester, directement proposés dans l’application. Et il y en a pour tous les gouts ! Les bermudas, les gens qui prennent leurs fesses en selfies, ceux qui marchent lentement… Le site devrait même rajouter des catégories créées par les utilisateurs dans les mois à venir. Pour Alper, le dégoût mutuel est important.

Ce que l’on déteste fait partie de notre personnalité, et c’est souvent écrasé par le personnage public que nous mettons en avant. Nous voulons que les gens s’expriment plus honnêtement. De plus, détester les cornichons est une bonne manière de commencer une conversation.

hater_app_1096

Un accueil plutôt bon

À chaque nouveau sujet, l’utilisateur pourra swiper vers les quatre point cardinaux pour dire si « il aime », « adore », « n’aime pas » ou « déteste » ce qu’il voit. Associé à un service de géolocalisation, l’application le redirigera vers des personnes avec qui il partage le dégoût de toutes ces choses. On ne sait pas si le fond du message est très glorieux, mais cela a le mérite d’être amusant.

Prévu pour le 8 février prochain, Hater est déjà disponible en bêta-test sur iOS, alors que les utilisateurs d’Android devront patienter jusqu’au printemps. Le concept semble avoir reçu un bon accueil dans la ville de New York. Les trois sujets les plus détestés furent l’élection présidentielle américaine, le non-respect des conventions lorsque l’on marche sur les trottoirs de la grosse pomme et… les cheveux qui bouchent le lavabo. Vu notre actualité, on a hâte de voir ceux des Français !