[Vidéo] Ça y est, certains joueurs finissent Zelda : Breath of the Wild en moins d’une heure

Jeux Vidéo

Par Corentin le

Avec certains runners qui finissaient The Legend of Zelda: Breath of the Wild en 1 h 24 il y a une semaine, il n’est pas si étonnant d’en voir passer sous la barre de l’heure de jeu. C’est d’ailleurs ce qui est arrivé ce week-end.

La course au record de vitesse continue sur The Legend of Zelda: Breath of the Wild dans la catégorie any% qui consiste à simplement finir le jeu sans autre condition particulière. L’excellent jeu (notre test) sorti il y a 10 jours seulement permet déjà à certains joueurs de montrer qu’ils savent aller très vite quand on le leur demande gentiment.

Comme d’habitude, je vous fais le laïus habituel : si vous pensez que vous pouvez continuer de lire après ce screenshot sans vous faire spoiler, évidemment, vous vous trompez. Allez ! Zou ! Revenez quand vous aurez fait le jeu !

Et notre gagnant du jour est encore une fois Venickle même que la semaine dernière – qui finit le titre en 54 minutes et 5 secondes. Ce n’est pas le premier à parvenir sous le seuil symbolique de l’heure comme on peut le voir sur ZeldaSpeedRuns.com, mais c’est lui qui détient actuellement le record du monde.

Une des avancées majeures qui a été trouvée depuis la semaine dernière est une technique d’une simplicité confondante appelée « whistle sprinting ». Vous pouvez l’essayer vous-même, il suffit de maintenir le bouton de sifflement (flèche bas sur la croix directionnelle) et d’appuyer régulièrement sur la touche de sprint tout en penchant le stick dans la direction désirée. Link va alors se mettre à courir à toute vitesse, les doigts dans la bouche et sa barre d’endurance ne se videra jamais. J’ai moi-même mis en pratique cette astuce ce week-end : non seulement ça marche, mais ça sert dans un grand nombre de situations.

Les amis de mes amiibos sont-ils mes amis ?

Vient ensuite l’épineuse question des amiibo, dont Venick fait encore une fois l’usage. Il y a actuellement débat dans la communauté des speedrunners sur le bien-fondé de l’utilisation des petites figurines. Y faire appel en jeu vous octroie des objets ou, en l’occurrence, Épona, le destrier emblématique de la série. En sortant de la zone d’introduction du jeu, un simple passage de la figurine sur le lecteur NFC permet ainsi de faire apparaître une monture toute trouvée permettant de filer droit vers le château d’Hyrule.

Cependant, le gain de temps n’est pas substantiel pour le moment, quelques secondes tout au plus. Non loin du plateau de départ, un endroit où apparaissent des chevaux existe et il est possible d’en récupérer un ici, même si c’est au coût d’un petit détour. Les détracteurs de cette méthode estiment que rien n’empêcherait d’utiliser les amiibos pour trouver un bon équipement (ce qui prend quelques minutes dans la route classique).

Ceux qui n’y voient pas d’inconvénients estiment que la méthode n’est pas nouvelle. Ils invoquent l’exemple du Poste de Tingle, objet présent dans The Wind Waker et qui pouvait être utilisé dans le cadre de speedrun. Cet objet permettait d’obtenir certains effets désirés dans le jeu en branchant une Game Boy Advance sur la GameCube. Il était ainsi possible de déclencher des explosions – pratiques pour du damage boost, le fait de prendre des dégâts pour aller plus vite – ou de restaurer sa barre de magie.

Bien que pour l’instant sans trop de conséquences, le débat autour des amiibos pourrait devenir plus virulent quand le record du monde se jouera à 5 ou 10 secondes. À ce moment-là, la communauté devra trancher en autorisant les amiibo, en les interdisant ou en créant deux catégories distinctes. Toutes répondent à différents objectifs inhérents à la philosophie du speedrun : aller le plus vite possible par tous les moyens que le jeu permet d’un côté et permettre une épreuve intéressante et passionnante à regarder de l’autre.