Une IA s’appuie sur le cinéma pour apprendre à détecter les armes à feu sur des vidéos

Sur le web

Par Jules le

Qu’ont Pulp Fiction, Le Monde ne suffit pas, Mission Impossible : Rogue Nation et Mr. Bean en commun ? Ils aident tous une intelligence artificielle à s’améliorer dans la détection d’armes à feu sur des images de vidéosurveillance. Oui, même Mr. Bean.

Un groupe d’ingénieurs de l’Université de Grenade travaillent sur un réseau neuronal convolutif qui a de quoi laisser rêveuses les entreprises spécialisées dans la surveillance. En effet, ce dernier est capable de détecter automatiquement une arme à feu sur une vidéo.

C’est une arme dans ta poche, ou t’es simplement content de me voir ?

Capable de gérer 144 millions de paramètres différents, cette intelligence artificielle a appris à reconnaître une arme à feu en se basant sur leur forme et leur couleur. Cependant, elle se limite pour le moment qu’à un certain type d’arme, à savoir les revolvers, les pistolets semi-automatiques et automatiques, les pistolets à silex et les Derringers (ce petit pistolet utilisé par Christopher Waltz pour tuer Leonardo DiCaprio dans Django Unchained).

Lors de son entrainement, l’IA s’est principalement appuyée sur le region proposals approach. Sur chacune des images proposées, les ingénieurs ont entouré les pistolets avec une boîte de délimitation afin de mettre en évidence leur emplacement. L’IA pouvait alors déployer ses algorithmes d’analyse sur une zone précise, afin de ne pas gaspiller de puissance de calcul sur des pixels inutiles.

Dans un premier temps, les chercheurs lui ont fait analyser des milliers de photographies pour qu’elle apprenne à différencier un pistolet d’un objet moins dangereux comme un téléphone ou un stylo (même si le Joker ou John Wick parviennent à tuer avec ce dernier). Ensuite, ils ont mis l’IA face à des extraits de mauvaise qualité de Pulp Fiction, Mission Impossible : Rogue Nation, Le Monde ne suffit pas ou Mr. Bean pour qu’elle détecte des armes sur un flux vidéo. Et dans plus de 84% des cas, l’IA est parvenue a identifier correctement un revolver.

Bon travail, mais peut mieux faire

Sur une image de 1000 × 1000 pixels, l’IA n’a besoin que de 0,19 seconde pour marquer une arme à feu. Si le pourcentage qui accompagne le cadre entourant le pistolet est supérieur à 50%, l’arme est considérée comme clairement identifiée. Si tout cela est bien prometteur, l’équipe de chercheur a expliqué avoir déjà été approchée par un acteur majeur de la surveillance et de la sécurité, leur technologie doit encore se perfectionner avant d’être utilisée à grande échelle.

L’IA éprouve encore quelques difficultés à identifier une arme lorsque cette dernière est sortie rapidement, ou que le contraste et la luminosité sont trop faibles, comme on peut le voir sur cette scène de Pulp Fiction.

Les pistolets de John Travolta et d’Amanda Plummer ne sont pas détectés par l’IA, contrairement au Star model B de Samuel L. Jackson qui, lui, est parfaitement identifié.

4 réponses à “Une IA s’appuie sur le cinéma pour apprendre à détecter les armes à feu sur des vidéos”

    • Je me demandais justement si cette IA serai capable de faire la différence entre un airsoft et un vrai flingue (vu qu’elle à encore du mal à identifier un vrai flingue je pense que non). Si c’était le cas, pourrait faire en sortie de modifier/maquiller notre flingue pour le faire passer pour un airsoft…?

      • Une réplique d’airsoft, contrairement à une réplique de paintball, est strictement identique à une arme réel, sauf au niveau des marquages/gravures quelques fois, donc c’est impossible de faire une différence, surtout pour un ordinateur.
        Après dans certains pays les répliques d’airsoft doivent avoir un embout orange au bout du canon, la la différence peut se détecter à la limite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *