Vertu trouve (encore) un repreneur

Smartphone

Par Olivier le

Vertu, le constructeur de téléphones luxueux (mais technologiquement plutôt milieu de gamme), vient d’être acheté… De nouveau. Cette fois, c’est un milliardaire qui s’offre l’entreprise.

Vertu a une histoire un peu compliquée depuis sa vente par Nokia en 2012. Le constructeur anglais a été acquis par un fond d’investissements suédois, EQT VI, pour la somme de 175 millions de livres (environ 200 millions d’euros). En 2015, Vertu était de nouveau vendu à un prix inconnu à un fond de Hong-Kong, Godin Holdings.

L’entreprise change donc de nouveau de propriétaire. Hakan Uzan reprend Vertu pour 50 millions de livres (environ 57 millions d’euros). Une fraction de la somme de 2012 donc, qui reflète la santé économique vacillante de la société. Dans son bilan financier le plus récent qui date de 2014, Vertu accusait des pertes de 53 millions de livres pour un chiffre d’affaires de 110 millions de livres.

Un prix moyen très haut de gamme

En 2015, le fabricant a vendu 450 000 appareils pour un prix moyen de 6 000 $ pièce. C’est la grande force de Vertu : même si les smartphones vendus ne sont pas les plus performants du marché, ils offrent suffisamment de clinquant pour continuer à attirer les utilisateurs fortunés. Preuve en a encore été donnée en début d’année avec le Constellation.

Le nouveau propriétaire explique que Vertu est une « marque puissante avec un marché de niche ». Il entend investir pour aider l’entreprise à atteindre son « plein potentiel ». Hakan Uzan est l’héritier d’une famille turque à qui la France a accordé l’asile politique suite à de retentissantes faillites en Turquie. En 2004, le gouvernement du pays saisissait 200 entreprises liées de près ou de loin à cette famille ; la revente de ces sociétés a permis d’éponger une dette estimée à 5,7 milliards de dollars.

Source: Source